Rechercher

L’Iran « très content » du dialogue entre la Turquie et la Syrie

Mais Damas a estimé de son côté que les réunions syro-turques en cours, sous l'égide de Moscou, devraient d'abord aboutir à "la fin de l'occupation" turque du territoire syrien

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu (R) et son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian se serrent la main à la fin de leur conférence de presse conjointe à Ankara, le 17 janvier 2023. (Crédit : Adem Altan/AFP)
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu (R) et son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian se serrent la main à la fin de leur conférence de presse conjointe à Ankara, le 17 janvier 2023. (Crédit : Adem Altan/AFP)

L’Iran est « très content » du dialogue entre la Turquie et la Syrie, a affirmé mardi le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian.

« Nous sommes très contents de voir que les relations entre Damas et Ankara sont en train de changer », a affirmé le ministre en visite mardi en Turquie lors d’une conférence de presse avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu à Ankara.

« Nous pensons qu’un quelconque développement positif entre les deux pays sera bénéfique pour notre région et nos pays », a ajouté M. Abdollahian.

La Turquie et la Syrie ont récemment entrepris une normalisation de leurs relations tendues depuis plusieurs années.

Une rencontre tripartite a déjà eu lieu en décembre à Moscou entre les ministres turc, syrien et russe de la Défense, la première depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, qui a fortement tendu les rapports entre Ankara et Damas.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de son côté indiqué qu’il pourrait rencontrer son homologue syrien Bachar al-Assad après des rencontres au niveau des ministres de la Défense puis des Affaires étrangères.

Ankara soutient depuis 12 ans les rebelles syriens qui tentent de renverser le régime du président Bachar el-Assad.

M. Cavusoglu a précédemment déclaré qu’il comptait rencontrer son homologue syrien Faisal Mekdad au cours de la deuxième quinzaine de janvier.

Mais Damas ne semble pas partager les désirs d’ouverture d’Ankara. M. Assad a estimé la semaine dernière que les réunions syro-turques en cours, sous l’égide de Moscou, devraient d’abord aboutir à « la fin de l’occupation » turque du territoire syrien.

La Turquie a lancé depuis 2016 trois offensives sur le sol syrien contre les forces kurdes dans le nord, qui lui ont permis de contrôler une bande frontalière côté syrien, une « occupation » dénoncée par Damas.

La possibilité d’une réconciliation entre les deux pays a alarmé les dirigeants de l’opposition syrienne, qui résident principalement dans les régions syriennes qui sont sous le contrôle indirect d’Ankara.

Elle a également suscité l’inquiétude de Washington, mais a reçu l’aval de Moscou, principal soutien militaire de Damas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.