Rechercher

L’Israélien MeMed lève 93 M $ pour sa technologie immunitaire prometteuse

Le test sanguin BV de l'entreprise, qui permet de distinguer les infections bactériennes des infections virales, a été récemment autorisé par la FDA

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Les fondateurs de MeMed Diagnostics, le Dr Kfir Oved et le Dr Eran Eden. (Courtoisie)
Les fondateurs de MeMed Diagnostics, le Dr Kfir Oved et le Dr Eran Eden. (Courtoisie)

La société israélienne MeMed Diagnostics, une entreprise de technologie médicale basée à Haïfa qui développe des solutions de diagnostic pour contrôler l’état immunitaire du corps, a levé 93 millions de dollars dans un tour de financement privé pour aider à commercialiser ses outils, a déclaré la société lundi.

Cet investissement porte le total des capitaux levés par MeMed à plus de 200 millions de dollars avec des investisseurs tels que Horizons Ventures, basé à Hong Kong, la société d’investissement du magnat des affaires Sir Li Ka-shing ; Shavit Capital de Jérusalem ; La Maison Partners de Paris ; les géants israéliens de l’assurance Clal Insurance et Phoenix Insurance ; et Poalim Equity.

La société israélienne a récemment reçu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour un test sanguin, MeMed BV, capable de distinguer les infections bactériennes et virales chez les adultes et les enfants.

MeMed a également développé un test de gravité COVID-19 qui, selon la société, peut fournir une indication précoce de la détérioration et prédire la progression de la maladie et la guérison. Ce test a reçu le marquage CE l’été dernier et est autorisé à être utilisé en Europe.

Le Dr Eran Eden, cofondateur et PDG de MeMed, a déclaré que ce nouvel investissement permettra à MeMed d’étendre ses activités en se concentrant sur les États-Unis, où la société travaillait auparavant avec le ministère de la Défense.

Patrick Zhang, investisseur chez Horizons Ventures, a déclaré que la société est fermement convaincue « que la stratégie de MeMed consistant à utiliser les technologies de réponse immunitaire de l’hôte constitue une avancée significative dans l’amélioration de deux problèmes majeurs dans le domaine des soins médicaux aujourd’hui : l’augmentation de la résistance antimicrobienne due à la prescription inutile d’antibiotiques et le triage efficace des patients infectés par le COVID-19. »

L’équipe de la société israélienne MeMed Diagnostics, spécialisée dans la réponse aux hôtes. (MeMed)

« Nous sommes impatients de jouer un rôle dans la façon dont MeMed, un leader de catégorie dans ce domaine, transforme la façon dont les maladies sont diagnostiquées et traitées pour améliorer les soins de santé des patients dans le monde entier », a-t-il ajouté.

Distinguer les origines bactériennes et virales des infections aiguës est un défi croissant pour les prestataires de soins de santé et peut modifier de manière significative la trajectoire des soins aux patients, a expliqué Eden au Times of Israel.

Ne pas reconnaître le déclencheur de l’infection peut conduire à une utilisation inappropriée des antibiotiques, ce qui contribue à la menace mondiale croissante que représente la résistance aux antimicrobiens (RAM). Celle-ci se produit lorsque des bactéries, des virus, des champignons et des parasites s’adaptent au fil du temps, rendant les infections plus difficiles à traiter. En conséquence, des médicaments éprouvés deviennent inefficaces.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la RAM était l’une des dix principales menaces pour la santé publique mondiale auxquelles l’humanité était confrontée ces dernières années.

Le Dr Eran Eden, cofondateur et PDG de MeMed (à droite), assis avec le Dr Kfir Oved, cofondateur et directeur technique. (Courtoisie : MeMed)

M. Eden a déclaré que l’autorisation de la FDA pour le test était une « percée dans le domaine de la réponse avancée de l’hôte ».

« Ainsi, dans un scénario clinique, disons que vous allez chez le médecin avec votre enfant qui a de la fièvre. Souvent, la question clinique est de savoir s’il s’agit d’une infection bactérienne ou virale, et si vous devez la traiter avec des antibiotiques ou non. Souvent, les infections bactériennes et virales peuvent être cliniquement indiscernables et il y a beaucoup d’incertitude, et cette incertitude conduit à une surconsommation d’antibiotiques. Cette surconsommation d’antibiotiques, à son tour, entraîne une résistance aux antimicrobiens, l’un des plus grands défis sanitaires de notre époque », a-t-il expliqué.

Le but du test est « d’indiquer au médecin si le corps déclare la guerre à une bactérie ou à un virus, et simplement s’il faut traiter avec des antibiotiques ou non », a ajouté M. Eden. « Des antibiotiques, ou, en pratique, de la soupe de poulet ».

L’autorisation permet à la société d’appliquer la technologie pour tout type d’infection aiguë présumée, donc qu’il s’agisse de reniflements, de toux, d’infections des voies respiratoires supérieures ou inférieures, d’infections des voies urinaires, d’infections systémiques, etc. C’est très, très large ».

Il a souligné que le test MeMed BV ne « remplace pas le jugement clinique » mais agit comme un outil de soutien essentiel pour aider les médecins à faire la distinction entre les infections : « En fin de compte, ce [test] s’associe au jugement clinique pour prendre des décisions plus éclairées. C’est une pièce importante du puzzle ».

L’analyseur de MeMed est un dispositif de test « au point de besoin » permettant de savoir rapidement si une infection est virale ou bactérienne (Courtoisie).

L’autorisation de la FDA s’appuie sur une étude de validation clinique multicentrique en aveugle, à laquelle ont participé plus de 1 000 enfants et adultes. Le test fournit des résultats précis avec une aire sous la courbe (AUC, une indication qui fournit des informations sur le degré d’exposition à un médicament et son taux de clairance du corps) de 90 % et 97 % (critères d’évaluation primaires et secondaires), a déclaré MeMed.

L’idée de MeMed a été conçue il y a plus de dix ans par Eden et le Dr Kfir Oved, qui ont tous deux étudié au Technion – Institut de technologie – et ont effectué des travaux universitaires ensemble, explorant les comportements complexes des systèmes immunitaires.

« L’une des choses auxquelles nous avons immédiatement pensé est la suivante : pourquoi ne pas profiter de la réponse immunitaire du patient pour différencier les maladies bactériennes et virales qui peuvent être présentes. Ce faisant, nous pourrions éliminer l’un des facteurs les plus importants de la surconsommation d’antibiotiques, à savoir les infections virales mal diagnostiquées », avait déclaré M. Oved au Times of Israel en septembre.

« C’est probablement l’entité responsable d’environ 80 % de la surconsommation d’antibiotiques ».

MeMed a été fondée en 2009, après que le problème est apparu aux fondateurs. Au cours des 12 dernières années, elle a développé un vaste portefeuille de propriété intellectuelle sur des applications liées à la réponse immunitaire aux maladies infectieuses. La société a des bureaux à Haïfa et à Boston.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...