L’Israélienne qui a attrapé le coronavirus au Japon quitte l’hôpital rétablie
Rechercher

L’Israélienne qui a attrapé le coronavirus au Japon quitte l’hôpital rétablie

Rachel Biton rentrera du Japon en Israël mercredi et sera de nouveau examinée à son arrivée à l'aéroport Ben Gurion, selon des informations

Rachel Biton est autorisée à quitter un centre médical japonais après avoir été testée négative au coronavirus, le 25 février 2020. (Capture d'écran/Douzième chaîne)
Rachel Biton est autorisée à quitter un centre médical japonais après avoir été testée négative au coronavirus, le 25 février 2020. (Capture d'écran/Douzième chaîne)

L’Israélienne qui a contracté le coronavirus sur un bateau de croisière placé en quarantaine est pleinement rétablie et a été autorisée à quitter un centre médical au Japon, ont indiqué mardi les membres de sa famille.

Selon les médias israéliens, Rachel Biton doit rentrer en Israël mercredi. Il n’est pas certain qu’elle soit autorisée à monter à bord d’un avion commercial.

Mme Biton aurait été testée deux fois négative au virus et sera de nouveau examinée à son arrivée en Israël avant d’être autorisée à rentrer chez elle.

Selon le site d’information Ynet, elle ne sera pas contrainte de rester isolée si ses tests sont encore une fois négatifs.

Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir l’intéressée portant un masque et traînant une valise alors qu’elle semble quitter l’établissement médical.

Un parent de la femme reste hospitalisé au Japon, mais les membres de la famille ont dit qu’ils espéraient qu’il serait également bientôt libéré.

Quinze Israéliens faisaient partie des quelque 3 700 personnes qui ont été retenues sur le navire pendant deux semaines au large des côtes japonaises, après qu’un passager qui avait déjà débarqué à Hong Kong s’est révélé porteur du virus.

Quatre Israéliens, dont Mme Biton, ont contracté le COVID-19 alors qu’ils étaient à bord du bateau et ont été traités dans des centres médicaux spéciaux au Japon. Ils seraient tous en bonne condition. Les onze autres sont arrivés en Israël vendredi matin. Plus tard dans la journée, le virus a été diagnostiqué chez l’un des passagers, en faisant le premier cas signalé en Israël.

Des Israéliens qui étaient à bord du bateau de croisière Diamond Princess mis en quarantaine au large du Japon sont vus dans un avion qui les ramène en Israël, le 20 février 2020. (Ambassade d’Israël au Japon)

Dimanche, le ministère de la Santé a annoncé qu’un deuxième Israélien avait été diagnostiqué avec le coronavirus à son retour du Japon, après avoir passé deux semaines en quarantaine sur le bateau de croisière où l’infection s’est rapidement propagée. Le ministère de la Santé a souligné que le patient, traité au centre médical Sheba de Tel Hashomer, n’a pas contracté le virus en Israël.

Israël a mis en place des règles d’entrée strictes pour les visiteurs d’un certain nombre de pays et des interdictions pour les ressortissants étrangers en ayant récemment visité d’autres.

Le ministère de la Santé a émis lundi des recommandations à l’attention des voyageurs à destination de l’Italie, en raison d’une recrudescence de cas de coronavirus dans ce pays.

Le directeur général du ministère, Moshe Bar Siman-Tov, a déclaré qu’un ordre de quarantaine pour les voyageurs revenant d’Italie serait probablement être inefficace, car toute personne souhaitant éviter la quarantaine pourrait « prendre un train vers un pays voisin, puis un avion pour Israël à partir de là ».

L’Italie a fait état mardi d’une forte augmentation du nombre de cas, qui est passé de 222 à 283. Sept personnes sont décédées, toutes âgées et souffrant d’autres pathologies. Plus de 50 000 personnes, dans une dizaine de villes du nord de l’Italie, ont été invitées à rester chez elles. La police a mis en place des points de contrôle pour faire respecter le cordon sanitaire.

La police arrête des voitures à la frontière d’une zone en quarantaine en raison d’une épidémie de coronavirus à Casalpusterlengo, en Italie du Nord, le 23 février 2020. (Crédit : Claudio Furlan/LaPresse via AP)

Un hôtel touristique des îles Canaries a été placé en quarantaine mardi après qu’un médecin italien qui y séjournait s’est révélé positif au virus, preuve que l’épidémie en Europe se propage avec les Italiens en vacances.

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche que tout Israélien revenant d’Italie, d’Australie et de Taïwan qui présente des symptômes de maladie doit être examiné selon les procédures détaillées sur son site web.

Le ministère des Affaires étrangères a exhorté dimanche les Israéliens à ne pas se rendre au Japon et en Corée du Sud par risque d’être exposés au virus. La notice à l’attention des voyageurs recommande également aux Israéliens qui se trouvent actuellement en Corée du Sud d’envisager de quitter le pays.

Parallèlement, les visiteurs sud-coréens quittent Israël en masse après la montée du nombre de cas dans ce pays d’Asie de l’Est et un jour après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné que tous les Sud-Coréens en Israël soient rapidement évacués par avion. L’autorité aéroportuaire israélienne a déclaré dans un communiqué lundi que 622 ressortissants coréens avaient quitté le pays depuis dimanche soir, et que 800 à 900 se trouvaient toujours dans le pays.

Des touristes coréens attendent un vol retour à l’aéroport international Ben Gurion, craignant d’être porteurs du coronavirus, 23 février 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

À partir de lundi, Israël a interdit l’entrée dans le pays à tous les ressortissants étrangers qui se sont rendus en Corée du Sud et au Japon au cours des 14 derniers jours. Israël refusait déjà l’entrée aux visiteurs venus de Chine, de Hong Kong, de Macao, de Thaïlande et de Singapour, et est apparemment le seul pays à avoir pris des mesures aussi drastiques jusqu’à présent pour contenir le virus.

Samedi, le ministère de la Santé a déclaré qu’un groupe de touristes sud-coréens récemment arrivés en Israël avait été testé positif au coronavirus, envoyant des centaines d’Israéliens qui se trouvaient à proximité des voyageurs en quarantaine chez eux.

Quelque 200 étudiants et enseignants israéliens ont été contraints de rester en isolement parce qu’ils se trouvaient dans plusieurs sites touristiques en même temps que le groupe. Le ministère de la Santé a publié l’itinéraire de voyage du groupe à travers Israël et la Cisjordanie. Les touristes sud-coréens ont été diagnostiqués à leur retour chez eux.

Mardi, en Iran, le nombre de morts confirmées est passé à 15. L’épidémie a poussé des pays voisins à interdire l’entrée sur leur territoire des ressortissants iraniens.

Des gens portent des masques pour se protéger du coronavirus dans une rue du centre-ville de Téhéran, en Iran, le 23 février 2020. (Ebrahim Noroozi/AP)

Le Bahreïn et le Koweït ont annoncé lundi leurs premiers cas de virus, ont indiqué les ministères de la Santé des deux États du Golfe, ajoutant que tous provenaient d’Iran. Le Koweït a fait état de trois cas d’infection, et le Bahreïn, d’un cas.

La Jordanie, voisine d’Israël, a annoncé qu’elle refusait l’entrée aux non-Jordaniens venant d’Iran et de Corée du Sud, en plus d’une interdiction précédente pour ceux arrivant de Chine. Les ressortissants de ces pays seront mis en quarantaine.

Le coronavirus, connu officiellement sous le nom de COVID-19, est apparu en Chine en décembre.

Le nombre de décès dans la République populaire a continué à monter en flèche, avec 2 663 décès sur 77 658 cas en date de mardi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...