Deuxième cas de coronavirus en Israël
Rechercher

Deuxième cas de coronavirus en Israël

Il s'agit d'un passager du Diamond Princess, placé en quarantaine à son arrivée ; 180 écoliers ont été isolés après avoir rencontré des Sud-coréens ayant contracté le virus

Des Israéliens qui étaient à bord du bateau de croisière Diamond Princess mis en quarantaine au large du Japon sont vus dans un avion qui les ramène en Israël, le 20 février 2020. (Ambassade d'Israël au Japon)
Des Israéliens qui étaient à bord du bateau de croisière Diamond Princess mis en quarantaine au large du Japon sont vus dans un avion qui les ramène en Israël, le 20 février 2020. (Ambassade d'Israël au Japon)

Les autorités israéliennes ont annoncé dimanche un deuxième cas de nouveau coronavirus sur une personne qui avait été placée en quarantaine sur le paquebot Diamond Princess avant d’être rapatriée en Israël.

Dans le même temps, près de 200 écoliers israéliens ont été appelés à rester cloîtrés chez eux pendant 14 jours après avoir été en contact avec des touristes sud-coréens ayant contracté le nouveau coronavirus.

« Un autre passager qui se trouvait sur le bateau de croisière au Japon a été testé positif », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

« Le patient est en quarantaine (…) et n’a pas été infecté en Israël », a-t-il ajouté.

Les autorités israéliennes avaient fait état vendredi d’un premier cas, une femme qui avait été, elle aussi, placée en quarantaine sur le paquebot Diamond Princess, le plus important foyer de contagion hors de Chine.

Onze des 15 Israéliens qui avaient été placés en quarantaine sur ce navire étaient arrivés en Israël vendredi. Ils ont tous été placés en quarantaine pour une période de 14 jours à l’hôpital Sheba de Tel Hashomer (centre).

Des employés à l’intérieur d’un bâtiment du centre médical de Sheba qui a été réquisitionné pour recevoir les Israéliens qui étaient en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess au Japon en raison de la propagation du coronavirus arrivés en Israël le 20 février 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé la formation d’une équipe ministérielle « pour gérer au quotidien cette menace majeure ».

Dans ce contexte d’inquiétude croissante, le ministère de l’Education a ordonné à 180 écoliers, scolarisés dans trois établissements à travers le pays, de rester chez eux pendant 14 jours, après avoir récemment rencontré lors d’excursions des pèlerins chrétiens venus de Corée du Sud.

Dix-huit de ces touristes ont été diagnostiqués positifs au nouveau coronavirus à leur retour en Corée du Sud, a indiqué dimanche le ministère qui a aussi ordonné à 18 enseignants et à un garde de sécurité de rester cloîtrés.

Le ministère de la Santé a publié samedi sur son site le détail des visites des touristes sud-coréens, demandant aux Israéliens ayant été en contact avec eux de se mettre en quarantaine et de contacter les autorités sanitaires.

Les « fausses nouvelles »

Quelque 200 passagers non Israéliens d’un avion en provenance de Séoul n’ont pas pu débarquer samedi à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, les autorités ayant pris de nouvelles mesures d’interdiction d’entrée sur le territoire pour lutter contre le nouveau coronavirus.

Le ministère de la Santé a affirmé dimanche que l’interdiction d’entrée s’appliquerait également aux non-Israéliens débarquant du Japon à partir de lundi.

Par ailleurs, une mise en quarantaine à domicile de 14 jours sera obligatoire pour tout Israélien revenant du Japon, de Chine, Corée du Sud, Hong Kong, Macao, Singapour et Thaïlande.

Et « toute personne ayant séjourné à Taïwan, en Italie ou en Australie au cours des 14 derniers jours et développant les symptômes de la maladie doit être examinée », a indiqué le ministère.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan (Crédit : Flash90)

Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a par ailleurs mis en garde contre toute tentative d’exploiter l’inquiétude suscitée par l’épidémie pour troubler les législatives du 2 mars.

« Certains pourraient tenter de propager de fausses nouvelles sur cette question afin d’influencer la participation le jour du vote », a-t-il affirmé. « Il s’agit d’une infraction pénale ».

Côté palestinien, la ministre de la Santé Mai Al-Kaila a affirmé qu’il n’y avait pas de cas confirmé de coronavirus, faisant état de coordination avec l’Egypte, la Jordanie et Israël pour gérer la menace.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...