Loi sur l’Etat juif : Les Bédouins portent plainte devant la Haute-cour
Rechercher

Loi sur l’Etat juif : Les Bédouins portent plainte devant la Haute-cour

Rejoignant les Druzes et d'autres minorités, les Bédouins demandent l'annulation de la loi controversée ou son changement pour assurer l'égalité entre tous les citoyens

Les soldats bédouins vus dans une tente montée dans un champ à proximité de la frontière de Gaza dans le sud d'Israël, le 6 juillet 2014 (Crédit : (Hadas Parush/Flash90)
Les soldats bédouins vus dans une tente montée dans un champ à proximité de la frontière de Gaza dans le sud d'Israël, le 6 juillet 2014 (Crédit : (Hadas Parush/Flash90)

Deux membres de la communauté des Bédouins israéliens, anciens officiers dans l’armée israélienne, ont déposé plainte dimanche contre la loi sur l’Etat-nation controversée devant la Haute-cour de justice.

Dans leur plainte, Hasan Heeb et Yaqob abu al Elkien ont demandé l’abolition du texte ou sa modification, de manière à ce qu’il s’applique également à tous les citoyens israéliens.

Cette plainte survient dans un contexte de vive indignation de la part de la communauté druze contre la législation. Les Druzes – notamment des députés de la Knesset issus de cette communauté, au nombre de trois – ont d’ores et déjà déposé plainte contre la loi et environ 50 000 à 100 000 personnes ont participé samedi à une manifestation à Tel Aviv.

La législation, qui dit que « le droit à l’exercice de l’auto-détermination nationale au sein de l’Etat d’Israël revient exclusivement aux Juifs », a été critiquée comme étant discriminatoire envers les groupes minoritaires et a suscité la colère. Le gouvernement, pour sa part, le dément.

L’avocat Mohamed Rahel, qui représente les plaignants, a écrit que le texte contredit la législation israélienne déjà établie sur les droits fondamentaux, a fait savoir la chaîne Hadashot.

« Nous maintenons que cette loi est une loi illégale et qu’elle doit être annulée sans délai parce qu’elle contredit complètement les droits fondamentaux sur la dignité et la liberté humaines ainsi que la déclaration d’indépendance », a-t-il écrit.

Rahel a cité des versets de l’Ancien testament qui prônent l’acceptation des minorités et notamment un extrait du Lévitique (19:33) qui dit « Tu ne maltraiteras point l’étranger, et tu ne l’opprimeras point ».

« Malheureusement, cette législation détruit ce qu’il y a de meilleur et elle a un impact sur toutes les belles valeurs qui ont été tirées du judaïsme, depuis la tradition et l’héritage du peuple juif en exil pendant des milliers d’années jusqu’à l’établissement de l’Etat », a ajouté Rahel.

Des dizaines de milliers de personnes participent à un rassemblement à Tel Aviv contre la loi sur l’Etat-nation organisé par les druzes, le 4 août 2018 (Crédit: Adam Rasgon/ Times of Israel staff)

Dimanche, Netanyahu a défendu le texte, estimant qu’il « était « vital » pour garantir que « Israël restera l’état-nation juif pour les générations à venir ».

Les propos de Netanyahu lors de la réunion du cabinet hebdomadaire à Jérusalem ont été tenus après plusieurs journées de protestation de la part de la minorité druze et d’autres suite à l’adoption de la loi, le 19 juillet.

La communauté druze sert dans l’armée israélienne et elle a exprimé une stupéfaction particulière devant les dispositions de la loi, disant qu’elle faisait d’eux des citoyens de seconde zone. Un grand nombre de Bédouins servent également dans l’armée israélienne.

Plus de 50 000 Israéliens se sont rassemblés samedi soir sur la place Rabin de Tel Aviv, brandissant les drapeaux israéliens et druzes et réclamant l’égalité, pour faire part de leur mécontentement suite à l’adoption de la loi controversée sur l’état-nation juif. Les leaders de la communauté druze se trouvaient parmi les principaux organisateurs de cette manifestation.

Des manifestants brandissent des drapeaux israéliens et druzes lors d’une manifestation contre la loi sur l’Etat-nation organisée à Tel Aviv, le 4 août 2018 (Crédit : Luke Tress / Times of Israel staff)

Au-delà des Druzes, le texte a suscité de vives et nombreuses critiques au sein des minorités du pays, de la communauté internationale et des groupes juifs de l’étranger.

La législation, disent ses partisans, placerait les valeurs juives et démocratiques sur un pied d’égalité. Ses critiques affirment toutefois que le projet de loi est discriminatoire envers les communautés arabes et les autres minorités d’Israël. Elle est devenue par son adoption l’une des « lois fondamentales » du pays qui, comme une constitution, définissent le système légal d’Israël, qui sont plus difficiles à abroger que les textes de loi classiques.

Contrairement aux Israéliens arabes, les membres issus des communautés druze et circassienne effectuent le service militaire au sein de l’armée et ils servent en grand nombre aux côtés des soldats israéliens dans certaines des unités les plus élitistes. Netanyahu a tenté d’apaiser la colère des druzes en leur offrant de nouveaux avantages.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...