Londres : Des drapeaux du Hezbollah seront déployés à un défilé anti-israélien
Rechercher

Londres : Des drapeaux du Hezbollah seront déployés à un défilé anti-israélien

La police a indiqué qu'elle ne pourra pas empêcher le déploiement des drapeaux au rassemblement annuel de la "Journée de Jérusalem" dimanche

Illustration: AUn drapeau du Hezbollah lors d'un défilé de la Journée de Jérusalem à Londres (Crédit : Steve Winston/via Jewish News)
Illustration: AUn drapeau du Hezbollah lors d'un défilé de la Journée de Jérusalem à Londres (Crédit : Steve Winston/via Jewish News)

Des milliers de manifestants pro-palestiniens doivent se rassembler à Londres, dimanche, pour une marche annuelle souvent marquée par une rhétorique anti-israélienne extrême. Le déploiement du drapeau du Hezbollah sera autorisé.

Le défilé de la « Journée de Jérusalem » – prévu à 15 heures, heure de Londres, aux abords de l’ambassade saoudienne – surviendra quelques jours après la tenue de manifestations similaires en Iran, en Syrie et dans d’autres pays. Lors de ces rassemblements, les manifestants brûlent des drapeaux et scandent « mort à Israël ».

Au début du mois, la police a confirmé qu’elle n’empêcherait pas les participants de déployer le drapeau du groupe terroriste libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, a fait savoir le Jewish Chronicle.

Les forces de l’ordre ont expliqué que la politique britannique ayant seulement identifié comme groupe terroriste l’aile armée du Hezbollah – et non sa branche politique – la présence de ce drapeau était une expression politique légitime.

Dans le passé, la vue de ce drapeau dans les rues de Londres avait suscité la colère de la communauté juive et d’autres. Le Hezbollah, groupe mandataire de l’Iran, est responsable d’une série d’attaques meurtrières contre des cibles israéliennes et juives dans le monde entier perpétrées au cours des dernières décennies et notamment de l’explosion d’un bus transportant des touristes israéliens en Bulgarie, en 2012.

« Brandir un drapeau n’est pas nécessairement une incitation en tant que telle à la haine raciale ou religieuse. Ce sont les mots et les actes de la personne qui tient le drapeau qui peuvent causer une incitation », a commenté Jane Conners, commandante au sein de la police, dans une lettre sur le sujet à la députée Louise Ellman, selon le JC.

Ellman a appelé le parlement à adopter une nouvelle loi plaçant sur liste noire le Hezbollah dans sa totalité, une initiative à laquelle l’Europe a traditionnellement résisté, citant le rôle important tenu par le groupe au sein de la politique libanaise.

« Si nous voyons encore une fois le drapeau arborant une mitraillette d’un groupe terroriste antisémite dans les rues de Londres, en ce mois de juin, ce sera en raison de l’inaction du gouvernement – il doit agir maintenant », a écrit Ellman en réponse, selon l’article.

La Fédération sioniste a indiqué prévoir une contre-manifestation, avertissant les membres radicaux de l’extrême-droite de ne pas rejoindre le rassemblement pro-israélien.

« Tandis que nous sommes fiers de nous dresser face à cette haine, nous sommes précisément conscients que des éléments de l’extrême-droite et des groupes néo-nazis pourraient encourager leurs membres et leurs partisans à se rassembler également contre la Journée de Jérusalem », a commenté la fédération dans un communiqué, selon le Jewish News basé à Londres.

Manifestation pour la journée mondiale d’Al Quds, à Londres, le 18 juin 2017. (Crédit : capture d’écran)

Lors d’un défilé organisé pour cette Journée à Londres, en 2017, les participants avaient déployé des drapeaux du Hezbollah et attribué aux « sionistes » la responsabilité d’un incendie qui avait dévasté le complexe d’appartements de la Grenfell Tower, occupé par des familles à bas revenus, qui avait fait 79 morts.

« Cette manifestation demande à ce que justice soit faite pour Grenfell. Certains des plus grands partisans du parti conservateur sont sionistes. Ils sont responsables du meurtre de ces gens à Grenfell. Les sionistes soutiennent les Tory. Libérez, libérez la Palestine », avait crié un homme au micro pendant la marche, selon le JC.

La Journée al-Quds – Journée de Jérusalem – est un événement appuyé par l’Iran et qui a lieu tous les ans à l’occasion du dernier vendredi du Ramandan depuis la révolution islamique dans le pays. Elle est organisée cette année dans un cadre de tensions plus fortes qu’à la normale le long de la frontière avec Gaza, où un mouvement de protestation d’ampleur a actuellement lieu toutes les semaines et dans un cadre de nervosité portant sur une confrontation possible entre l’Iran ou le Hezbollah et Israël en Syrie. Les Palestiniens et leurs soutiens ont également été outrés par la décision prise par les Etats-Unis de transférer leur ambassade à Jérusalem et de reconnaître la ville en tant que capitale d’Israël.

Quds est le nom arabe désignant Jérusalem.

Capture d’écran d’une vidéo de la marche Al-Quds à Londres, juin 2017 (Capture d’écran : YouTube/Richard Millett)

Dans un discours prononcé à l’occasion de cette journée, vendredi, le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah a menacé d’une guerre prochaine.

« Nous ne voulons ni détruire, ni tuer, ni jeter qui que ce soit à la mer », a-t-il dit. « Prenez vos avions et vos bateaux, et retournez dans les pays d’où vous êtes venus ».

Mais si « vous insistez sur l’occupation, le jour de la grande guerre va survenir, le jour où nous prierons tous à Jérusalem ».

La semaine dernière, le président iranien Hassan Rouhani a émis un message appelant les populations, dans le monde entier, à assister aux rassemblements de la Journée de Jérusalem.

« La Journée Al-Quds est une journée historique, où tout un chacun manifeste contre les tyrans et exprime son soutien à un peuple opprimé qui a été déplacé de son foyer depuis 70 ans », aurait-il dit, des propos repris par le site internet officiel Mehr News.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...