Rechercher

Londres gèle plus de 13 milliards de dollars d’actifs de deux proches d’Abramovich

Selon le ministère britannique des Affaires étrangères, les sanctions contre Eugene Tenenbaum et David Davidovich priveront de fonds la "machine de guerre de Poutine"

Roman Abramovich, ancien propriétaire de Chelsea, sourit après la victoire de l’équipe lors de la Ligue des Champions de l’UEFA à Porto, Portugal, le 29 mai 2021. (Crédit : Alexander Hassenstein - UEFA/UEFA/Getty Images via la JTA)
Roman Abramovich, ancien propriétaire de Chelsea, sourit après la victoire de l’équipe lors de la Ligue des Champions de l’UEFA à Porto, Portugal, le 29 mai 2021. (Crédit : Alexander Hassenstein - UEFA/UEFA/Getty Images via la JTA)

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi la saisie des avoirs de deux proches de Roman Abramovich, dans le cadre de nouvelles sanctions contre l’oligarque russo-israélien et son entourage suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Selon le ministère britannique des Affaires étrangères, les sanctions portent sur des actifs d’une valeur de près de 10 milliards de livres sterling (soit 13 milliards de dollars) appartenant à Eugene Tenenbaum et David Davidovich.

« Ainsi, ces actifs ne pourront pas être rapatriés en Russie et utilisés pour financer la machine de guerre de Poutine », peut-on lire dans un communiqué du gouvernement.

Tenebaum est actuellement le directeur de l’équipe de football anglaise de Chelsea, qu’Abramovich a été contraint de vendre. Le site Web du club de Premier League le qualifie de « plus proche associé » d’Abramovich.

Des responsables ont déclaré que Tenenbaum avait pris le contrôle d’Evrington Investments Ltd., société d’investissement liée à Abramovich, immédiatement après l’invasion du 24 février.

Davidovich est un partenaire d’affaires d’Abramovich, décrit par Forbes comme son « très discret bras droit ».

Des informations indiquent qu’Abramovich a transféré le contrôle de certains actifs à Davidovich après l’invasion, dont un yacht.

Le Royaume-Uni a également imposé une interdiction de voyager à Davidovich.

« Nous resserrons la nasse autour de la machine de guerre de Poutine et ciblons le cercle des personnes les plus proches du Kremlin. Nous maintiendrons les sanctions jusqu’à ce que Poutine échoue en Ukraine », a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, citée dans le communiqué.

« Rien ni personne n’est hors de portée. »

L’annonce est intervenue un jour après que Jersey, paradis fiscal dépendant de la couronne britannique, connu de longue date pour attirer de grandes quantités d’investissements directs étrangers, a déclaré geler plus de 7 milliards de dollars d’actifs qu’elle pense liés à Abramovich.

Abramovich, qui a assumé un rôle officieux dans les négociations entre l’Ukraine et la Russie visant à mettre fin à la guerre, a déjà été sanctionné par le Royaume-Uni et figure sur la liste des nouvelles sanctions édictées par l’Union européenne en mars.

En réaction contre l’invasion de l’Ukraine, les pays occidentaux, dont les États-Unis et l’UE, ont imposé des sanctions sans précédent contre la Russie, en plaçant notamment oligarques et autres personnes proches de Poutine sur des listes de sanctions.

Des agences de presse ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...