L’OSCE critique les « allégations infondées » de Trump sur l’élection
Rechercher

L’OSCE critique les « allégations infondées » de Trump sur l’élection

Les observateurs internationaux de l'OSCE ont jugé que les accusations de Donald Trump sur des fraudes "affaiblissaient la confiance du public dans les institutions démocratiques"

Le président Donald Trump prononce un discours dans l'East Room à la Maison Blanche, le 4 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)
Le président Donald Trump prononce un discours dans l'East Room à la Maison Blanche, le 4 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)

Les observateurs internationaux de l’OSCE ont durement critiqué mercredi les « allégations infondées » du président Donald Trump sur des fraudes lors de l’élection présidentielle américaine, soulignant qu’elles « affaiblissaient la confiance du public dans les institutions démocratiques ».

« Personne – aucun politicien, aucun élu – ne devrait limiter le droit de vote de la population », a indiqué le député allemand Michael Georg Link, coordinateur des observateurs de l’Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe chargés de suivre ce scrutin. 

« Après une campagne aussi tendue, s’assurer que chaque vote est compté est une obligation fondamentale pour toutes les branches du gouvernement », a-t-il ajouté dans un communiqué.

La mission de l’OSCE a conclu que « l’élection du 3 novembre a été efficace et bien gérée malgré les nombreux défis posés par la pandémie de Covid-19 ». Mais elle ajoute que « la campagne électorale a été caractérisée par des divisions profondes qui ont parfois fait obstacle au débat politique et a inclus des allégations infondées de fraudes systématiques ».

Alors que les résultats étaient en train de tomber dans la nuit de mardi à mercredi, Donald Trump a revendiqué prématurément sa « grande victoire » à la présidentielle américaine, accusant les démocrates de tenter de la lui « voler » en déposant des votes après la fermeture du scrutin.

« Ces déclarations par un président candidat à sa réélection sapent la confiance du public dans les institutions étatiques et ont été perçues par beaucoup comme un risque accru de violence politique après les élections », ajoute l’organisation dans un rapport préliminaire.

Avec ses 57 membres, dont les Etats-Unis, la Russie, la Turquie et tous les pays d’Europe, l’OSCE est un des rares forums de dialogue entre l’Occident et les anciens pays soviétiques. Outre ses missions de surveillance électorale, elle a notamment été chargée d’une mission dans le conflit en Ukraine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...