Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

L’OTAN fête ses 75 ans à l’horizon parsemé d’incertitudes

Les dirigeants de l'Alliance, fondée en 1949 et qui s'est élargie à la Finlande et la Suède après l'invasion russe de l'Ukraine, auront à cœur d'afficher leur unité

Cette combinaison d'images créées le 5 juillet 2024 montre (à gauche) le président hongrois Viktor Orban arrivant au centre de congrès Ifema le dernier jour du sommet des chefs d'État de l'OTAN, à Madrid, le 30 juin 2022 ; le président russe Vladimir Poutine prononçant un discours lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), à Saint-Pétersbourg, le 7 juin 2024. (Crédit : Bertrand Guay ; Anton Vaganov/POOL/AFP)
Cette combinaison d'images créées le 5 juillet 2024 montre (à gauche) le président hongrois Viktor Orban arrivant au centre de congrès Ifema le dernier jour du sommet des chefs d'État de l'OTAN, à Madrid, le 30 juin 2022 ; le président russe Vladimir Poutine prononçant un discours lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), à Saint-Pétersbourg, le 7 juin 2024. (Crédit : Bertrand Guay ; Anton Vaganov/POOL/AFP)

Cela s’annonçait comme une grande fête pour les 75 ans d’une Alliance élargie et requinquée : le sommet de l’OTAN cette semaine à Washington, risque, au contraire, d’être assombri par les incertitudes sur l’Ukraine et les turbulences politiques des deux côtés de l’Atlantique.

Il planera comme une drôle d’atmosphère sur la capitale des États-Unis de mardi à jeudi, lorsque Joe Biden accueillera ses 31 homologues de l’OTAN tant les débats autour de sa capacité à affronter Donald Trump à la présidentielle de novembre inquiètent bien au-delà de son pays.

Le président français Emmanuel Macron ne sera pas en reste, après le séisme politique provoqué par l’ascension inédite de l’extrême droite aux législatives.

Sans parler du trouble-fête Viktor Orban, le Premier ministre hongrois qui assure la présidence de l’Union européenne (UE), après son déplacement controversé vendredi à Moscou où il s’est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine.

Une série d’événements qui risque d’animer les discussions entre les dirigeants lors des sessions de travail, d’un dîner solennel et des apartés en marge du sommet.

« Il y a beaucoup d’échanges, de doutes, liés à nos situations intérieures respectives », avait confié la semaine dernière un responsable européen. L’objectif du sommet « sera de dissiper ces perceptions », avait-il avancé sous couvert d’anonymat.

Les dirigeants de l’OTAN, fondée en 1949 du temps de l’Union soviétique et qui s’est élargie à la Finlande et la Suède après l’invasion russe de l’Ukraine, auront à cœur d’afficher leur unité.

Quel message adresser à l’Ukraine en particulier ? Ce sera la grande question de ce sommet où le président Volodymyr Zelensky est aussi attendu.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à droite) embrassant le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg (à gauche) avant leur réunion au siège de l’OTAN à Bruxelles, le 27 juin 2024. (Crédit : SERVICE DE PRESSE DU PRESIDENT UKRAINIEN/AFP)

Débats sur l’adhésion de l’Ukraine

Depuis le sommet de Vilnius l’année dernière, où Zelensky avait singulièrement agacé les Américains, les dirigeants de l’OTAN font miroiter une adhésion à terme de Kiev.

Mais ils ne sont pas prêts à lui envoyer une invitation en bonne et due forme tant que la guerre avec la Russie se poursuit.

« Les chances pour nous d’obtenir une invitation à joindre l’OTAN sont proches de zéro », Washington et Berlin y étant opposés, déplorait récemment une source diplomatique ukrainienne.

Les États-Unis parlent plutôt d’un soutien permettant de jeter « un pont vers l’adhésion », sur la base d’un programme robuste d’aide et d’accords bilatéraux de défense, tandis que nombre de pays européens plaident pour inscrire le caractère « irréversible » de cette adhésion dans le communiqué final.

« Cela continue d’être discuté », reconnait-on de sources diplomatiques.

L’idée est que « lorsque les 32 alliés s’accorderont sur l’adhésion de l’Ukraine à l’Alliance, ce pays soit prêt, véritablement prêt, dès le premier jour, à se brancher sur le reste de l’Alliance », a assuré un haut responsable américain.

Parmi les décisions attendues, la prise en charge par l’OTAN de la coordination de l’aide militaire occidentale à l’Ukraine, jusqu’à présent assurée par les États-Unis.

Ce serait une première car les alliés se sont montrés réticents à tout ce qui pourrait provoquer une escalade avec la Russie.

L’OTAN devrait aussi officialiser un soutien militaire à l’Ukraine de 40 milliards d’euros par an et fournir de nouveaux moyens de défense aérienne, selon des diplomates.

Le secrétaire-général de l’OTAN Jens Stoltenberg pendant une conférence de presse au siège de l’OTAN, à Bruxelles, le 16 novembre 2022. (Crédit: Olivier Matthys/AP)

L’Asie en ligne de mire

L’idée avancée par le secrétaire général sortant Jens Stoltenberg, qui cèdera sa place au Néerlandais Mark Rutte en octobre, c’est « d’institutionnaliser » le soutien de l’OTAN.

Histoire aussi de se protéger des aléas politiques des deux côtés de l’Atlantique, alors que les alliés européens s’inquiètent d’une victoire de Trump et son « imprévisibilité ».

Les Européens ont dans le même temps répondu aux appels à augmenter leurs dépenses militaires, ce que l’OTAN mettra en exergue cette semaine.

L’autre grand sujet sera la main tendue à des pays partenaires dans l’Asie-Pacifique, les dirigeants japonais, coréen, australien et néo-zélandais étant invités à participer au sommet jeudi, aux côtés de l’UE.

L’OTAN est géographiquement limitée à la zone euro-atlantique. Mais les États-Unis ont appelé à plusieurs reprises l’Alliance à répondre à la montée en puissance de la Chine.

Des pays comme la France estiment que l’OTAN n’a rien à faire dans la zone, mais plaident une coopération accrue en s’engageant davantage par exemple dans le cyber, le spatial et les technologies.

Le sommet devrait déboucher sur une ferme condamnation du soutien de Pékin à la Russie, qui, selon les pays occidentaux, permet à Moscou de maintenir à flot son effort de guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.