L’UE installe un nouvel émissaire à temps plein à Jérusalem
Rechercher

L’UE installe un nouvel émissaire à temps plein à Jérusalem

Federica Mogherini cherche à instaurer de nouvelles influences dans les négociations de paix

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le président Reuven Rivlin avec la chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Federica Mogherini, à la résidence du président à Jérusalem le 21 mai 2015 (Crédit : Mark Neyman / GPO)
Le président Reuven Rivlin avec la chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Federica Mogherini, à la résidence du président à Jérusalem le 21 mai 2015 (Crédit : Mark Neyman / GPO)

Le chef de la politique étrangère de l’UE Federica Mogherini a déclaré jeudi que l’Europe augmenterait ses efforts pour promouvoir les pourparlers de paix israélo-palestinien, et a annoncé la nomination d’un émissaire de paix basé à Jérusalem.

Mogherini était en Israël cette semaine pour une visite de deux jours qui comprenait des entretiens avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et d’autres hauts responsables en Israël et en Cisjordanie.

Mogherini a réitéré la volonté européenne de relancer les pourparlers de paix au cours d’une conférence de presse jeudi dans lequel elle a présenté le représentant spécial de l’UE pour le processus de paix au Moyen-Orient, Fernando Gentilini.

Gentilini, 53 ans, est arrivé avec Mogherini mercredi, après avoir été nommé à ce poste le mois dernier. Le diplomate italien était précédemment le directeur pour l’Europe occidentale, les Balkans occidentaux et la Turquie au Service européen pour l’action extérieure.

Contrairement à ses prédécesseurs, Gentilini vivra en permanence à Jérusalem, même si on ne sait pas encore s’il résidera dans l’est ou l’ouest de Jérusalem. Les précédents envoyés au Moyen-Orient faisaient la navette entre Bruxelles et la région.

Fernando Gentilini, le futur envoyé spécial au processus de paix au Moyen-Orient (Crédit : CC BY ResoluteSupportMedia/Flickr)
Fernando Gentilini, le futur envoyé spécial au processus de paix au Moyen-Orient (Crédit : CC BY ResoluteSupportMedia/Flickr)

« Cette nomination souligne la détermination de l’Union d’augmenter son implication dans le processus de paix », a déclaré Mogherini.

« Gentilini travaillera pour renouveler les négociations avec l’objectif d’arriver à un accord de paix global, basé sur une solution à deux Etats », a ajouté Mogherini.

Jeudi, Mogherini s’est également entretenue avec le ministre de l’Intérieur, Silvan Shalom, qui a été nommé par Netanyahu, négociateur avec les Palestiniens en chef du gouvernement.

« Israël veut reprendre les négociations immédiatement », a déclaré Shalom.

« L’Europe peut toujours avoir un rôle central dans le Quartet », a-t-il insisté, se référant au groupe diplomatique composé de quatre membres : les Etats-Unis, l’Union européenne, la Russie et les Nations unies, qui a servi d’organe central de coordination des efforts internationaux pour les pourparlers de paix.

« Toutefois, [l’Europe] doit adopter une politique plus équilibrée », a déclaré Shalom, fiasant écho à une déclaration similaire faite par le dirigeant de l’opposition, Isaac Herzog, plus tôt dans la journée.

Mogherini a rencontré le député Herzog (Union sioniste) jeudi matin. « Je suis convaincu qu’une position plus équilibrée de votre part recevrait une oreille plus sympathique en Israël », a déclaré Herzog à la responsable européenne.

Lors de sa conférence de presse conjointe avec Shalom, Mogherini souligné l’importance de renforcement de la confiance des deux côtés.

La nomination de Shalom comme négociateur de paix a été dénoncée par les responsables palestiniens qui ont soulevé l’argument que l’ancien ministre des Affaires étrangères ne soutient pas la solution à deux Etats. Shalom a répondu à la critique, en affirmant à Mogherini que les dirigeants palestiniens n’agissaient pas de manière à instaurer une confiance.

« Cela ne peut être que dans le même temps [alors qu’ils disent qu’ils cherchent à faire des progrès de la paix, les Palestiniens] veulent se tourner vers La Haye, vers le Conseil de sécurité et maintenant la FIFA pour nous expulser », a-t-il dénoncé.

Shalom faisait allusion à l’effort palestinien de faire expulser Israël de la fédération internationale de football pour avoir restreint le déplacement des joueurs de football palestiniens.

Shalom a demandé à la chef de la politique étrangère de l’UE de convaincre les Palestiniens d’abandonner leur cause contre la participation d’Israël dans le monde du football.

Mogherini a également rencontré le président Reuven Rivlin à la résidence du président jeudi matin. Avant l’entretien, Mogherini a déclaré aux journalistes : « L’amitié entre nos peuples est forte et bien établie, et mon message aujourd’hui est sur la nécessité d’utiliser cette connexion comme un outil pour aider à mettre fin au conflit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...