Macédoine : les deux derniers Juifs de Bitola à une commémoration de la Shoah
Rechercher

Macédoine : les deux derniers Juifs de Bitola à une commémoration de la Shoah

Deux cent personnes ont marqué la déportation des Juifs en 1943 vers le camp de la mort nazi de Treblinka, en Pologne, où ils devaient être assassinés

Des fleurs sont posées sur les rails au cours d'une cérémonie de commémoration des victimes de la Shoah à la gare de Bitola, dans le sud de la Macédoine, le 11 mars 2019 (Crédit : AP Photo/Boris Grdanoski)
Des fleurs sont posées sur les rails au cours d'une cérémonie de commémoration des victimes de la Shoah à la gare de Bitola, dans le sud de la Macédoine, le 11 mars 2019 (Crédit : AP Photo/Boris Grdanoski)

BITOLA, Macédoine (JTA) — Environ 200 personnes se sont rassemblées à Bitola, une ville des Balkans, pour une cérémonie de commémoration de la Shoah qui est devenue l’un de ses événements juifs les plus importants depuis des décennies.

La cérémonie, qui a eu lieu dimanche, visait à commémorer la déportation, le 11 mars 1943, de plus de 3 200 Juifs locaux vers le camp de la mort nazi de Treblinka, en Pologne, où ils devaient être assassinés. Seuls 2 % des Juifs de la ville avaient survécu.

A cette occasion, une visite du vieux cimetière juif de Bitola a également été organisée. Les participants ont arpenté cette ville de 85 000 habitants située à proximité de la frontière séparant la Macédoine de la Grèce, au sud du pays pour une Marche des vivants commémorative.

Parmi les personnes présentes lors de l’événement, les deux derniers Juifs de la ville, Maria Behar, 60 ans, et son fils Zoran. Le père de Maria, Moïse, avait été sauvé par des musulmans locaux qui avaient affirmé qu’il était leur fils et non juif.

Sa mère s’est éteinte la semaine dernière.

« Grâce à cette cérémonie, j’ai le sentiment d’avoir une famille autour de moi et ça veut dire beaucoup », a confié Maria à l’agence JTA.

Dan Oryan, l’ambassadeur israélien en Macédoine, est impliqué dans un projet de restauration d’une partie du cimetière, qui se trouve sur un versant abrupt situé aux abords du centre-ville – un projet qui prévoit également le pavage des chemins traversant le site d’inhumation. Il a également organisé les événements liés à la Marche des vivants qui ont connu un point d’orgue dimanche avec la participation du ministre des Affaires environnementales, Zeev Elkin.

Elkin a prononcé un discours dans lequel il a souligné les initiatives prises par de nombreux musulmans de Macédoine pour sauver des Juifs pendant la Shoah. Des membres du mouvement des jeunes israéliens et des représentants de la communauté juive de Skopje étaient également présents.

L’Institut du patrimoine spirituel et culturel des Albanais a aussi envoyé une délégation, qui comprenait plusieurs dizaines de lycéens musulmans.

De nombreux visiteurs juifs sont venus prendre part à l’inauguration du musée de la Shoah de Macédoine dans la journée de lundi.

Ce qui a fait de cet événement organisé à Bitola l’un des plus importants de l’histoire récente de la communauté juive de Macédoine, qui comprend environ 200 membres, dont la majorité vit à Skopje, la capitale.

Les Israéliens présents à la marche ont brandi le drapeau de l’Etat juif.

Hassan Jasari, homme d’affaires local dont l’oncle avait risqué sa vie pour donner de l’eau à des Juifs qui attendaient leur déportation à Treblinka, a déclaré que « c’était formidable de voir ce drapeau ici, celui du plus grand pays sur Terre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...