Macron réaffirme sa position à une délégation du Conseil central palestinien
Rechercher

Macron réaffirme sa position à une délégation du Conseil central palestinien

Le président français a rappelé son attachement à la solution à deux États

Emmanuel Macron et Mahmoud Abbas à l'Élysée le 5 juillet 2017 (Crédit : AFP / Martin BUREAU)
Emmanuel Macron et Mahmoud Abbas à l'Élysée le 5 juillet 2017 (Crédit : AFP / Martin BUREAU)

Emmanuel Macron a réaffirmé vendredi à une délégation du Conseil central palestinien la position française et européenne en faveur des deux Etats israélien et palestinien, mais aussi « encouragé les dirigeants palestiniens à poursuivre leur appel au calme et au dialogue », a indiqué dimanche l’Elysée.

La rencontre avec cette délégation conduite par Azzam Al-Ahmada, président du groupe du Fatah au sein de ce conseil, précède la réunion du Conseil central palestinien du 15 janvier, qui se penchera sur la situation régionale après la décision américaine sur Jérusalem, dénoncée par les Palestiniens, selon un communiqué de la présidence.

« La délégation palestinienne, saluée par le président de la République française, a remercié la France pour son soutien et rappelé ses positions en faveur d’une paix juste et négociée avec Israël », a rapporté l’Elysée.

Et le président de la République, qui doit se rendre en Israël et dans les Territoires palestiniens en 2018, a « réaffirmé la position française et européenne en faveur des deux Etats et la nécessité de faire émerger les conditions d’une feuille de route politique dans les semaines à venir, comme évoqué avec le président [de l’Autorité palestinienne, Mahmoud] Abbas ».

Les Palestiniens n’accepteront « aucun plan » de paix proposé par les États-Unis au Proche-Orient après leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, avait déclaré le 22 décembre à Paris le président de l’Autorité palestinienne après une rencontre avec Emmanuel Macron et au lendemain d’une condamnation assez large par l’Assemblée générale de l’ONU de la décision du président américain Donald Trump du 6 décembre reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le président français avait, lui, jugé Washington désormais « marginalisé ».

Affirmant que la diplomatie française faisait preuve d’un « esprit de méthode », Emmanuel Macron avait écarté cependant toute reconnaissance unilatérale par la France d’un État palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...