Rechercher

Macron s’entretient avec Abbas au sujet de la montée des violences en Cisjordanie

Le président français a condamné la politique d’implantation israélienne et a exhorté le dirigeant palestinien à conclure les enquêtes sur la mort de Shireen Abu Akleh

Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rencontrant au siège présidentiel de l'AP à Ramallah, le 22 janvier 2020. (Crédit: Wafa)
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rencontrant au siège présidentiel de l'AP à Ramallah, le 22 janvier 2020. (Crédit: Wafa)

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu samedi avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, exprimant son inquiétude face à la récente flambée de violence dans la région et appelant à conclure les enquêtes sur la mort de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh.

Macron a fait part à Abbas de sa « préoccupation » face à « la détérioration de la situation » en Cisjordanie et de sa « disponibilité » pour aider à négocier une « paix durable » dans la région, selon un communiqué du bureau de Macron.

Le président français a également « déploré la poursuite de la politique d’implantation (israélienne) et rappelé à Abbas l’engagement indéfectible de la France à respecter les droits légitimes des Palestiniens », selon le communiqué.

L’armée israélienne a intensifié ses opérations en Cisjordanie à la suite d’une série d’attentats terroristes perpétrés dans des villes israéliennes depuis mars, qui ont fait 19 morts. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 30 morts parmi les Palestiniens, dont la journaliste Abu Akleh.

Des responsables palestiniens ont déclaré que des troupes israéliennes stationnées à proximité l’avaient tuée. L’armée israélienne affirme qu’elle a été abattue au cours d’un échange de tirs entre les troupes et des tireurs palestiniens ; il est impossible de déterminer qui a tiré la balle fatale sans une analyse appropriée.

Les Palestiniens ont refusé de remettre la balle pour analyse.

Dans cet appel, Macron a adressé « ses condoléances au peuple palestinien » pour la mort d’Abu Akleh et a noté « l’importance pour la France que toute la lumière soit faite sur les circonstances de sa mort ».

Pendant ce temps, Abbas a exhorté la France et la communauté internationale à faire pression sur Israël pour que le pays arrête la construction d’implantations et mette fin aux expulsions de Palestiniens dans les quartiers de Jérusalem-Est, selon l’agence de presse officielle palestinienne WAFA.

Macron s’est également entretenu avec le roi Abdallah II de Jordanie, a indiqué son bureau, entretien au cours duquel Macron a « réitéré son soutien total au Royaume hachémite pour répondre aux défis sécuritaires et économiques auxquels il est confronté ».

Abbas et Abdullah ont tous deux félicité le président français pour sa réélection le 24 avril, selon le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...