Mahmoud Abbas va enchaîner les discours au sein de tribunes internationales
Rechercher

Mahmoud Abbas va enchaîner les discours au sein de tribunes internationales

Le président de l'AP participera auparavant à une réunion de la Ligue arabe, à une réunion de l'Organisation de la coopération islamique, puis à un sommet de l'Union africaine

Mahmoud Abbas à l'assemblée générale de l'ONU, à New York, le 27 septembre 2018 (Crédit : Thimothy A. Clary/AFP)
Mahmoud Abbas à l'assemblée générale de l'ONU, à New York, le 27 septembre 2018 (Crédit : Thimothy A. Clary/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas va venir d’ici quinze jours plaider devant le Conseil de sécurité de l’ONU le rejet du plan de paix américain, a annoncé mercredi l’ambassadeur palestinien auprès des Nations unies, Riyad Mansour.

Un projet de résolution devrait être soumis à cette occasion au Conseil de sécurité, a-t-il précisé à des journalistes, sans pouvoir donner de date précise pour cette visite ni dire sur quoi porterait le texte.

Mahmoud Abbas participera auparavant à une réunion ministérielle de la Ligue arabe, samedi au Caire, à une réunion de l’Organisation de la coopération islamique, puis à un sommet de l’Union africaine prévu début février, a indiqué le diplomate.

Il est possible qu’Abbas ait aussi avant de venir à l’ONU une rencontre avec l’Union européenne, selon Riyad Mansour, qui n’a pas donné de date précise ni de lieu.

« Ces consultations culmineront d’ici les deux prochaines semaines avec une visite du président Abbas au Conseil de sécurité », a dit M. Mansour. « D’ici là, nous espérons avoir un accord sur un texte qui sera soumis au vote du Conseil de sécurité ».

Le diplomate a réaffirmé qu’une paix avec Israël et que la création d’un Etat palestinien indépendant ne pouvaient passer que par le droit international et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale des Palestiniens.

Il a aussi souligné que tout changement des lignes tracées en 1967 ne pouvait se faire sans accord des deux parties et qu’il fallait inclure le règlement de la question des réfugiés.

« Ce n’est pas un plan de paix, c’est un plan qui éloigne de la paix. C’est un plan pour détruire l’aspiration nationale du peuple palestinien à réaliser ses droits inaliénables à l’auto-détermination, à l’obtention d’un Etat et à résoudre les droits des réfugiés », a dit l’ambassadeur de l’AP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...