Malgré le transfert de l’ambassade, Trump signe la dérogation présidentielle
Rechercher

Malgré le transfert de l’ambassade, Trump signe la dérogation présidentielle

Comme ses prédécesseurs l'ont fait avant lui, le président suspend temporairement la mise en œuvre de la loi sur l'ambassade de Jérusalem, en cause, la résidence de l'ambassadeur

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin et la fille et conseillère du président américain Donald Trump, Ivanka Trump, dévoilent la plaque d'inauguration lors de l'ouverture de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018. (AFP Photo/Menahem Kahana)
Le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin et la fille et conseillère du président américain Donald Trump, Ivanka Trump, dévoilent la plaque d'inauguration lors de l'ouverture de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018. (AFP Photo/Menahem Kahana)

Le président américain Donald Trump a signé lundi la dérogation présidentielle qui suspend pour six mois une loi ordonnant que l’ambassade américaine soit déplacée de Tel Aviv à Jérusalem – en dépit du fait que l’ambassade a officiellement ouvert ses portes à Jérusalem le mois dernier.

La décision de Trump découle du fait que la résidence officielle de l’ambassadeur n’a pas encore été transférée dans la capitale.

Comme tous ses prédécesseurs l’ont fait tous les six mois depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’ambassade de Jérusalem en 1998, Trump a signé un mémorandum dans lequel il a déterminé « qu’il est nécessaire, afin de protéger les intérêts des États-Unis en matière de sécurité nationale, de suspendre » pendant six mois la pleine application de la loi.

« En plus d’exiger le déménagement de l’ambassade, la loi sur l’ambassade de Jérusalem exige également le transfert de la résidence du chef de mission. Tant que ce transfert n’est pas réalisé, la dérogation prévue par la loi reste nécessaire », a expliqué un fonctionnaire de l’ambassade des États-Unis au Times of Israel mardi.

L’article 3 de la loi sur l’ambassade de Jérusalem, qui énonce le changement de politique requis, stipule seulement que « l’ambassade des États-Unis en Israël devrait être établie à Jérusalem ». Mais l’article 8 précise que « l’expression » ambassade des États-Unis « désigne les bureaux de la mission diplomatique des États-Unis et la résidence du chef de mission des États-Unis ».

La nouvelle ambassade des États-Unis dans le quartier d’Arnona, dans la capitale, a été inaugurée par une grande cérémonie le 14 mai en présence de hauts responsables américains. Mais la résidence officielle de l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, se trouve toujours dans la banlieue de Tel Aviv, à Herzliya.

S’adressant au Times of Israel la semaine dernière, Friedman a déclaré que son équipe a commencé à « chercher » à acquérir une résidence officielle, mais a expliqué que pour le moment il partage son temps entre Jérusalem et la région de Tel Aviv.

« Il y a la maison à Herzliya et j’ai une résidence à Jérusalem », a-t-il expliqué. « Avec le temps, il faudra que la résidence du chef de mission s’installe à Jérusalem. Mais cela va aussi prendre du temps et une certaine planification. »

Fête du Jour de l’Indépendance des Etats-Unis à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis à Herzliya en 2012 (CC BY SA US Embassy/Flickr)

Ces dernières années, la cérémonie annuelle de la fête de l’Indépendance de l’ambassade s’est tenue à la résidence d’Herzliya de l’ambassadeur. Cette année, l’événement, prévu pour le 3 juillet, aura lieu à l’Avenue à Airport City, à l’extérieur de Tel Aviv.

« La décision d’organiser la fête de cette année dans une salle de réception a été prise pour des raisons pratiques, notamment le confort des invités, le budget, la sécurité et la commodité », a déclaré un représentant de l’ambassade des États-Unis au Times of Israel.

Ce n’est pas la première fois que la réception du Jour de l’Indépendance se tient dans un lieu autre que la résidence du chef de mission à Herzliya, a précisé le fonctionnaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...