Israël en guerre - Jour 256

Rechercher
Analyse

Malgré les menaces, l’Egypte ne rompra probablement pas ses accords de paix avec Israël

Le Caire, désireux de voir la guerre se terminer et l'économie repartir, fait ouvertement état de ses frustrations, mais ses intérêts dans la préservation de l'accord avec Jérusalem n'ont pas changé

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Abdel Fattah al-Sissi lors d'une rencontre avec le ministre français des Armées, au palais présidentiel d'Ittihadia, au Caire, le 15 novembre 2023. (Crédit : Khaled Desouki)
Abdel Fattah al-Sissi lors d'une rencontre avec le ministre français des Armées, au palais présidentiel d'Ittihadia, au Caire, le 15 novembre 2023. (Crédit : Khaled Desouki)

À en croire la couverture médiatique frénétique émanant du Caire, les liens de longue date entre Israël et l’Égypte semblent sur le point de se défaire.

Lorsque les troupes israéliennes ont finalement amorcé l’incursion terrestre dans la zone frontalière de Rafah le 7 mai, la réaction publique du Caire a été aussi rapide que virulente.

L’Égypte a mis en garde Israël contre des « répercussions désastreuses », a titré CNN.

Des responsables égyptiens anonymes ont déclaré aux journalistes que l’offensive israélienne pourrait mettre en péril l’accord de paix signé en 1979 entre les deux pays. D’autres responsables ont averti que les liens diplomatiques pourraient rétrograder.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a ensuite déclaré qu’il se joindrait à la plainte pour « génocide » déposée par l’Afrique du Sud à l’encontre d’Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ).

L’Égypte a également interrompu la coordination du passage des camions d’aide de son territoire à Gaza et a insisté pour que l’autre côté du passage de Rafah soit sous contrôle palestinien avant de reprendre les livraisons.

Un char de Tsahal écrase un panneau « I love Gaza » du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah-Egypte. (Capture d’écran X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

« La situation actuelle vis-à-vis de l’Égypte est la pire depuis le début de la guerre », a expliqué un fonctionnaire israélien anonyme au quotidien Haaretz.

Puis, les menaces ont cessé.

Plus important encore, l’Égypte n’a fait aucune démarche pour se joindre à l’affaire de la CIJ.

Elle a également accueilli une délégation israélienne de haut niveau pour tenter d’apaiser les tensions.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry lors d’un débat d’une réunion spéciale du Forum économique mondial à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)

La colère de l’Égypte était prévisible et n’est pas le signe d’une rupture imminente des liens avec un pays qui a des intérêts de longue date dans une relation multiforme avec Israël.

Elles reflètent toutefois les profondes inquiétudes de l’Égypte face à la guerre entre Israël et le Hamas qui s’éternise, et à ce qui pourrait s’ensuivre.

Des intérêts profonds

Le comportement de l’Égypte est motivé par des intérêts fondamentaux – économiques, sécuritaires et régionaux – que Le Caire entend protéger malgré les combats qui font rage dans la bande de Gaza.

L’Égypte pâtit des profondes retombées économiques du conflit. Avant même l’attaque du Hamas le 7 octobre, l’économie égyptienne était en déclin constant. L’augmentation de la dette a conduit le pays à réduire les services sociaux et les subventions de base au cours de la dernière décennie, et l’invasion russe de l’Ukraine en 2022 a coupé ses principales sources d’importation de blé. Le Caire a dû dévaluer sa monnaie afin d’obtenir un prêt crucial du Fonds monétaire international (FMI), et l’inflation galopante continue de grimper.

Un vendeur égyptien transporte un plateau de pain sur un marché populaire du Caire, en Égypte, le 26 janvier 2024 (Crédit : AP/Amr Nabil, File).

Les combats dans la bande de Gaza n’ont fait qu’aggraver une situation déjà difficile.

L’une des principales sources de devises étrangères de l’Égypte – dont elle a besoin pour rembourser près de 200 milliards de dollars de dette extérieure et pour importer des produits de base essentiels – est le transport maritime international qui passe par le canal de Suez. Ce trafic a chuté de 50 % en raison des attaques menées par les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, contre les navires traversant la mer Rouge.

Le tourisme, une autre source essentielle de devises étrangères et un secteur qui représente plus de 8 % du PIB, est également en forte baisse à cause de la guerre. (Certains experts égyptiens ont supposé que le fait que les pyramides de Gizeh aient la même sonorité que Gaza a encore plus dissuadé les touristes).

En plus de ces défis, l’Égypte a également vu affluer jusqu’à 100 000 réfugiés gazaouis depuis le début de la guerre.

La situation au point de passage de Rafah ne facilite pas la situation économique de l’Égypte. Le gouvernement égyptien gagnait de l’argent en facturant des frais de traitement sur chaque cargaison acheminée par le corridor El-Arish-Rafah, qui représente une part importante de l’aide destinée à la bande de Gaza.

Des camions égyptiens transportant de l’aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, en attente à proximité du poste-frontière de Rafah, côté égyptien, le 23 mars 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Mais c’est Le Caire qui a décidé d’interrompre les envois d’aide dès qu’Israël a hissé son drapeau du côté gazaoui du point de passage.

Ce drapeau a été perçu en Égypte comme une violation de l’accord de 2005 sur les déplacements et l’accès (Agreement on Movement and Access ou AMA), qu’Israël a signé avec l’Autorité palestinienne (AP) après s’être retiré de la bande de Gaza. Cet accord stipule que l’AP contrôlera le passage du côté de Gaza sous la supervision de l’Union européenne. L’AMA a été suspendu après que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007, mais l’Égypte souhaite que l’AP reprenne le contrôle de la frontière.

« La réaction de l’Égypte vise à faire comprendre à Israël que sa présence aux postes-frontières est illégitime aux yeux du Caire et que les décisions non coordonnées auront un prix : celui de nuire aux relations bilatérales », explique Ofir Winter, chercheur principal à l’Institut d’études de sécurité nationale de Tel-Aviv.

L’Égypte a une autre raison importante de refuser la présence d’Israël à la frontière de Rafah.

Les troupes de l’armée israélienne, du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« Il s’agit également de signaler aux détracteurs du régime d’Abdel-Fattah el-Sissi en Égypte et dans le monde arabe que Le Caire ne coopère pas avec Israël sur la capture du point de passage de Rafah », précise Winter.

« Si les conditions étaient différentes, ils préféreraient que nous soyons là tout le temps », estime Haïm Koren, ancien envoyé israélien en Égypte et au Soudan du Sud et chercheur au sein du groupe de réflexion Mitvim. « Mais ils ne peuvent rien dire de tel par les temps qui courent. »

Depuis que l’Égypte a signé un traité de paix avec Israël en 1979, le premier entre Jérusalem et un pays arabe, ses dirigeants sont vulnérables aux critiques des États anti-occidentaux et des partisans des Frères musulmans dans leur pays, qui les accusent de collaborer avec l’ennemi.

Cette sensibilité est à l’origine de l’appel du président égyptien Sissi, qui a exhorté les Égyptiens à descendre dans la rue pour protester contre Israël avant même le début de l’incursion terrestre à la fin du mois d’octobre.

Des militants égyptiens brandissant du pain lors d’une manifestation pro-palestinienne devant le bâtiment du Syndicat des journalistes, au Caire, en Égypte, le 3 avril 2024. (Crédit : Mohamed El Raai/AP Photo)

« Les responsables des Frères musulmans en dehors de l’Égypte tentent d’inciter à la protestation et à la critique contre le régime égyptien par le biais de messages diffusés sur les chaînes satellitaires et les réseaux sociaux », analyse Winter. « Bien qu’il soit probable que la majorité des Égyptiens soient plus préoccupés par les difficultés économiques et la guerre quotidienne de l’existence que par la guerre à Gaza, les considérations de l’opinion publique influencent la conduite du régime. »

Le Hamas et les Frères musulmans

Cela ne veut pas dire que Sissi et l’élite dirigeante ont de la sympathie pour le Hamas. Ils le considèrent comme un bras armé des Frères musulmans, un mouvement politique fondé en Égypte, où il est proscrit.

Les hauts responsables de la police, des prisons et des services de renseignement accusent le Hamas d’avoir participé à une évasion massive de prison en 2011, qui a permis de libérer plus de 20 000 détenus, dont des membres du Hamas emprisonnés et des criminels qui ont alimenté une vague de criminalité massive. Parmi les dirigeants des Frères musulmans libérés lors de cette attaque coordonnée figurait Mohammed Morsi, l’homme que Sissi a renversé en tant que président et qu’il a maintenu en prison jusqu’à sa mort en 2019.

Des manifestants égyptiens sont encerclés par des soldats de l’armée qui tentent de les éloigner de la place Tahrir au Caire, en Égypte, le 13 février 2011. (Crédit : AP/Tara Todras-Whitehill, File)

Le régime a également accusé le Hamas d’être impliqué, avec les Frères musulmans, dans l’assassinat en 2016 du procureur général du pays, Hisham Barakat.

Sissi, qui a déclaré que les Frères musulmans était un groupe terroriste lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 2014, traque vigoureusement cette organisation, qui représente la principale menace pour son régime.

En mars, un tribunal égyptien a condamné à mort par pendaison huit hauts dirigeants du mouvement, dont deux anciens guides suprêmes. Les Frères musulmans continuent d’œuvrer à la chute de Sissi depuis leurs quartiers généraux à l’étranger, notamment en Turquie et au Qatar.

Le chef spirituel des Frères musulmans Mohammed Badie dans un tribunal improvisé dressé à l’académie nationale de police, à l’Est du Caire, en Égypte, le 16 mai 2023. (Crédit : Ahmed Omar/AP)

Parallèlement, les fonctionnaires égyptiens semblent éprouver une certaine sympathie discrète pour le Hamas – ou du moins une volonté de fermer les yeux pour de l’argent. À Rafah, les forces israéliennes ont découvert une cinquantaine de tunnels transfrontaliers, qui n’auraient pas pu être creusés à l’insu de certaines forces de sécurité de l’autre côté de la frontière.

Pourtant, le régime veut éviter qu’un flot de réfugiés gazaouis ne traverse la frontière pour se rendre dans le Sinaï, ce qui ajouterait des centaines de milliers de bouches à nourrir et permettrait aux terroristes du Hamas de se lier aux terroristes salafistes et à ceux des Frères musulmans. Le Caire se souvient que le Hamas a déclenché des explosions le long de la barrière frontalière en 2008, permettant à la moitié de la population de Gaza de passer sans contrôle en Égypte. Il a fallu près d’un an à l’Égypte pour rassembler les derniers habitants de Gaza dans le nord du Sinaï et les renvoyer à Gaza.

Une occasion en or

Malgré tous les écueils, si Sissi joue bien ses cartes, la guerre à Gaza peut redéfinir la position régionale de l’Égypte.

« L’Égypte considère qu’il s’agit d’une occasion en or de profiter de la crise actuelle pour trouver une solution à la question palestinienne », explique Michael Barak, chercheur principal à l’Institut international de lutte contre le terrorisme de l’université Reichman.

« L’Égypte tente également de renforcer son image dans le monde arabe, ce qui signifie qu’elle souhaite signaler aux États-Unis qu’elle est un allié crucial dans la région et qu’elle est capable d’amener Israël et le Hamas à la table des négociations et de contribuer à l’obtention d’un cessez-le-feu.

De gauche à droite : Le président syrien Bashar el-Assad, le Premier ministre intérimaire libanais Najib Mikati, le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi alors qu’ils suivent le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, devant à droite, et le président iranien Ebrahim Raïssi, derrière à droite, lors d’un sommet d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Ryad, le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

L’Egypte se donnera beaucoup de mal pour tenter que la guerre soit écourtée, même au risque de distendre les liens avec Washington. CNN a rapporté que les services de renseignement égyptiens avaient modifié les termes d’un accord sur la libération des otages accepté par Israël à l’insu des autres médiateurs. Cette tentative maladroite a irrité le Qatar, les États-Unis et Israël, et les pourparlers sont au point mort depuis.

Jusqu’à ce qu’il atteigne cet objectif clé, Le Caire demande instamment à Israël de clarifier l’avenir de la bande de Gaza et la gestion du point de passage de Rafah avant d’accepter de travailler ensemble sur l’aide ou sur le lendemain du Hamas.

Parallèlement aux dénonciations, l’Égypte a également envoyé de nombreux signaux indiquant qu’elle n’avait pas l’intention de prendre des mesures trop radicales à l’encontre d’Israël.

Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la zone de Rafah, dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 20 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« L’accord de paix avec Israël est le choix stratégique de l’Égypte depuis 40 ans et représente le principal pilier de la paix dans la région pour parvenir à la paix et à la stabilité », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le jour même où son ministère a annoncé qu’il se joindrait à l’action en justice de la CIJ.

Après avoir accusé Israël de se soustraire aux efforts de cessez-le-feu, Sissi a déclaré la semaine dernière, lors du sommet de la Ligue arabe, que « malgré le tableau sombre actuel, l’Égypte s’accroche toujours à l’espoir que les voix de la raison, de la justice et de la vérité finiront par l’emporter, sauvant ainsi la région de vagues interminables de guerres et d’effusions de sang ».

Contrairement aux envoyés de pays comme les Émirats arabes unis, l’ambassadeur d’Égypte poursuit son travail depuis Tel-Aviv, et l’envoyé d’Israël fait de même au Caire.

La coopération en matière de sécurité reste étroite, les délégations faisant régulièrement des allers-retours en toute discrétion.

Rien de tout cela ne devrait surprendre. L’Égypte est un pays aux intérêts constants et profonds, et les décideurs restent au pouvoir pendant de nombreuses années.

« Ils savent combien d’intérêts communs ils partagent avec nous », résume Koren.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.