Malgré les promesses, les Palestiniens sont sceptiques sur la tenue d’élections
Rechercher
Analyse

Malgré les promesses, les Palestiniens sont sceptiques sur la tenue d’élections

Cela fait 14 ans qu'il n'y a pas eu de vote national et les engagements publics des hauts responsables du Hamas et du Fatah ne sauraient aboutir sans mesures concrètes

Un Palestinien passe devant les bureaux de la Commission centrale électorale à Gaza le 8 septembre 2016. Un tribunal palestinien a suspendu les élections municipales prévues pour le 8 octobre à la suite de différends entre les mouvements rivaux du Fatah et du Hamas sur les listes de candidats, compromettant ainsi le premier vote depuis 2006 à impliquer les deux parties. (PHOTO AFP / MOHAMMED ABED)
Un Palestinien passe devant les bureaux de la Commission centrale électorale à Gaza le 8 septembre 2016. Un tribunal palestinien a suspendu les élections municipales prévues pour le 8 octobre à la suite de différends entre les mouvements rivaux du Fatah et du Hamas sur les listes de candidats, compromettant ainsi le premier vote depuis 2006 à impliquer les deux parties. (PHOTO AFP / MOHAMMED ABED)

Après de nombreuses promesses publiques destinées à organiser les premières élections nationales palestiniennes depuis 14 ans, la possibilité que les résidents de Cisjordanie et de la bande de Gaza se rendent aux urnes semble s’être à nouveau évanouie.

Une réunion des chefs de factions palestiniennes samedi dernier, au cours de laquelle le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devait publier un décret appelant à des élections, n’a jamais eu lieu. Mercredi après-midi, une nouvelle date de réunion n’était toujours pas fixée.

Les élections législatives palestiniennes n’ont pas eu lieu depuis 2006, lorsqu’une victoire du Hamas sur le mouvement Fatah d’Abbas a conduit à une lutte sanglante pour le contrôle de la bande de Gaza. Le groupe terroriste a expulsé le Fatah du territoire en 2007, après quoi l’assemblée législative palestinienne a pratiquement cessé de fonctionner.

Plusieurs tentatives pour résoudre les divergences entre les deux parties au cours des années écoulées – pour organiser des élections nationales et établir un nouveau gouvernement d’union – ont échoué.

De nombreux Palestiniens estiment qu’une direction nationale unifiée et élue aurait plus de légitimité que l’impasse actuelle : deux gouvernements palestiniens amèrement en désaccord l’un avec l’autre, dont les mandats ont expiré en 2010.

Les deux parties ont maintenu, comme d’habitude, qu’elles sont vraiment engagées cette fois-ci à aller aux élections dans les six mois, suivies d’un gouvernement d’unité, les hauts fonctionnaires ayant fait remarquer que la situation politique palestinienne désastreuse a changé la donne.

Les deux parties ont subi de nombreux coups au cours des derniers mois : la décision des Émirats arabes unis et du Bahreïn de normaliser les liens avec Israël malgré les demandes des Palestiniens, une économie en lambeaux et une pandémie qui fait rage tant en Cisjordanie qu’à Gaza.

« Tout le monde ressent le danger de la phase que traverse la cause palestinienne », a déclaré la semaine dernière le chef politique adjoint du Hamas, Hussam Badran. « C’est ce qui a provoqué le rapprochement actuel [entre le Fatah et le Hamas] ».

Des Palestiniens de Ramallah, en Cisjordanie, brûlent des photos du prince héritier émirati le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan (en haut) et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, lors d’une manifestation contre l’accord EAU-Israël visant à normaliser les relations diplomatiques, le 15 août 2020. (Abbas Momani / AFP)

Mais l’opinion publique palestinienne, frustrée par les promesses sans fin d’unité entre les deux factions, reste incrédule. Seuls 11 % des Palestiniens interrogés à la mi-septembre ont déclaré qu’ils croyaient qu’un gouvernement d’unité se formerait bientôt ; 58 % ont déclaré que le gouvernement actuel de l’AP était incapable d’organiser des élections avec succès.

« C’est tout simplement une manœuvre d’Abbas pour gagner du temps avant le 3 novembre, les élections américaines », a déclaré Mukhaymar Abu Saada, professeur à l’université Al-Azhar à Gaza.

« Le Hamas sait que le projet politique d’Abbas est en train d’échouer, que tout le projet de l’Autorité palestinienne semble être dans une impasse. Le Hamas croit que des élections ne lui nuiront pas, surtout en Cisjordanie [contrôlée par le Fatah] », a déclaré Abu Saada. « Mais ils savent aussi que tout cela n’est que posture, et ils vont accepter pour ne pas être accusés de l’échec des élections ».

Alors qu’Abbas a promis une élection dans son discours à l’Assemblée générale des Nations unies, d’après la loi palestinienne, le président doit signer le décret avant que le processus puisse commencer. Il peut approuver les élections, il peut faire des promesses publiques, mais sans décret présidentiel, il n’y a aucune raison de croire que des élections auront lieu.

Les écarts entre les deux factions sont énormes, et un tribunal électoral indépendant doit être créé pour trancher entre toutes les parties. Il y a aussi l’épineuse question de savoir quelles forces de sécurité surveilleront les élections, en particulier dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas. Aucune solution à ces questions difficiles n’a été abordée en public.

Ainsi, malgré les gros titres, aucun travail sur le terrain pour préparer les élections promises n’a commencé. Le porte-parole du Comité central palestinien des élections, Farid Taamullah, a confirmé au Times of Israel que les responsables attendaient toujours un ordre présidentiel avant de commencer à organiser les élections.

Lorsque les débats électoraux ont occupé les ondes palestiniennes fin 2019, Abbas a refusé de publier un décret avant qu’Israël ne garantisse aux Palestiniens de Jérusalem-Est le droit de vote. L’Autorité palestinienne a longtemps considéré Jérusalem-Est comme la capitale de son futur État.

Israël aurait refusé la demande, car il a interdit à l’AP d’opérer à Jérusalem-Est. En conséquence, des bavardages politiques ont circulé pendant des mois sans qu’aucun processus formel ne soit engagé.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas montre son doigt taché d’encre après avoir voté lors des élections locales dans un bureau de vote de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 20 octobre 2012. (AP/Majdi Mohammed)

Jeudi dernier, Azzam Al-Ahmad, membre du Comité central du Fatah, a déclaré à l’agence de presse turque Anadolu qu’aucune élection ne se tiendrait sans Jérusalem-Est.

L’insistance sur Jérusalem-Est pourrait être considérée soit comme une position de principe des responsables palestiniens, soit comme une tactique créative de blocage. Après tout, les vrais problèmes qui divisent le Fatah et le Hamas sont bien plus profonds, plus insolubles et moins populaires qu’une défense rhétorique de ce que de nombreux Palestiniens espèrent être un jour leur capitale.

Selon l’analyste politique palestinien Jihad Harb, il existe des moyens de garantir que les habitants de Jérusalem-Est puissent voter sans avoir besoin de l’approbation complète d’Israël. Ils peuvent voter par courrier ou déposer leur bulletin de vote dans des villes palestiniennes telles qu’Abu Dis et A-Ram, qui – bien que l’AP les considère comme faisant partie de la grande Jérusalem – ne font pas partie de la municipalité de Jérusalem.

« Ce sont des problèmes techniques, pour lesquels la société civile palestinienne a proposé des solutions », a déclaré M. Harb.

Il y a cependant eu un certain progrès sur une question majeure : Le Fatah et le Hamas auraient convenu de suivre un système de vote proportionnel beaucoup plus favorable au Fatah, plutôt que le système actuel, qui favorise le Hamas.

Au lieu du système actuel, qui attribue la moitié des sièges en fonction des votes des candidats de district, le système du Fatah traiterait toutes les zones palestiniennes comme un seul district, et les électeurs voteraient pour une liste de partis, comme en Israël.

Mahmoud Abbas, au centre, président de l’Autorité palestinienne, vote pendant le congrès du Fatah à la Mouqataa, le siège de l’Autorité, à Ramallah, en Cisjordanie, le 3 décembre 2016. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le système de vote actuel a permis au Hamas d’infliger au Fatah une défaite colossale en 2006. A l’époque, le Fatah était populaire mais profondément divisé : Les candidats du Fatah se faisaient concurrence, district après district. Son principal rival, le Hamas, était bien organisé et faisait preuve d’une discipline interne rigoureuse.

Alors que le Hamas n’a battu le Fatah que de 3 % lors du vote populaire général, le mouvement terroriste islamiste a remporté 74 des 132 sièges du Parlement législatif palestinien contre 45 pour le Fatah.

« C’est encore plus clair quand on regarde le vote populaire et les districts. Dans les sièges attribués par le vote populaire, la différence entre le Fatah et le Hamas n’était que d’un seul mandat », a déclaré M. Harb.

Selon M. Harb, si le Hamas a vraiment accepté de suivre la représentation proportionnelle, le Fatah se sentirait beaucoup plus en sécurité en permettant la tenue d’élections.

« On s’inquiète des divisions internes [au sein du Fatah]. Mais le vote à la proportionnelle diminue cette inquiétude », a déclaré M. Harb, qui a ajouté que l’adoption du nouveau système de vote le rendait plus optimiste quant à la possibilité d’organiser des élections.

Il est encore temps de prendre des décisions et de procéder à des révisions, mais sans un décret présidentiel, ont souligné Harb et Abu Saada, il n’y a aucune raison de croire que des élections auront réellement lieu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...