Rechercher

Marine Le Pen exclut d’intégrer Marion Maréchal et Zemmour dans son gouvernement

La candidate n'avait initialement pas exclu la participation à son "gouvernement d'union nationale" de gens venus "de la gauche chevènementiste, c'est-à-dire d'une gauche souverainiste"

Marine Le Pen, candidate à la présidence du Rassemblement national (RN) d'extrême droite, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à Reims, dans l'est de la France, le 5 février 2022. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)
Marine Le Pen, candidate à la présidence du Rassemblement national (RN) d'extrême droite, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à Reims, dans l'est de la France, le 5 février 2022. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)

Marine Le Pen a indiqué mardi qu’elle ne prendrait pas dans son gouvernement sa nièce Marion Maréchal, soutien d’Eric Zemmour, si elle est élue présidente le 24 avril.

« Non, je ne prendrai pas Marion Maréchal dans mon gouvernement », a déclaré la candidate du RN lors d’une conférence de presse à Vernon (Eure), en réponse à une question d’un journaliste.

Dans la matinée, Marine Le Pen a aussi rejeté la possibilité qu’Eric Zemmour, arrivé quatrième au premier tour, fasse partie de son gouvernement: « Il n’en a pas le souhait et je n’en ai pas le souhait non plus ».

Lundi, Marion Maréchal avait douté de la capacité de la candidate RN à l’emporter face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle si elle ne scelle pas « des alliances » à droite.

Le leader du parti d’extrême droite français Reconquete ! et candidat à l’élection présidentielle de 2022, Eric Zemmour, salue le public entouré de la politicienne d’extrême droite française Marion Marechal lors d’un meeting de campagne à Toulon, dans le sud de la France, le 6 mars 2022. (Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

« Ca ne peut pas passer que par un dialogue avec la gauche populaire souverainiste, ça doit passer aussi par des alliés, et des coalitions et des alliances » à droite, avait-elle développé.

Avant le premier tour de la présidentielle, Marine Le Pen n’avait pas exclu, si elle est élue, la participation à son « gouvernement d’union nationale » de gens venus « de la gauche chevènementiste, c’est-à-dire d’une gauche souverainiste ».

« Un fantasme totalement irréalisable » pour Marion Maréchal, qui défend comme Eric Zemmour une politique économique plus libérale que Marine Le Pen et pour qui « ces gens ne viendront jamais ».

La candidate du RN a redit mardi que « bien entendu il y a des gens qui viennent de la droite et qui viennent de la gauche qui souhaitent gouverner avec moi en cas de victoire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...