Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Marine Le Pen : Macron « sous influence de Drahi » et de la « finance internationale »

La chef du parti d'extrême droite a ressorti les grands classiques du FN qui ont fait leurs preuves par le passé

La présidente du parti d'extrême droite Front National, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse, le 23 mars 2014. (Crédit : Kenzo Tribouillard/AFP)
La présidente du parti d'extrême droite Front National, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse, le 23 mars 2014. (Crédit : Kenzo Tribouillard/AFP)

Marine Le Pen s’est faite discrète ces derniers mois. Comme de nombreux observateurs l’ont noté la candidate s’est contentée d’observer sa côte favorable monter dans les sondages en vue des présidentielles, alors que les attentats, le Brexit, la victoire de Trump, la chute de Sarkozy, puis celle de Valls, tout l’appelait à sortir de sa réserve.

Tout, même le fait que le Parlement européen réclame actuellement 300 000 euros au FN pour l’emploi fictif d’assistants parlementaires européens qui travaillent en fait pour le parti en France. Une affaire qui méritait bien une diversion.

Quasi-certaine d’arriver au second tour, Marine Le Pen a attendu patiemment de savoir qui sera son adversaire direct.

Ses pronostics semblent aujourd’hui désigner Emmanuel Macron, pour qui Marine Le Pen a sorti l’artillerie lourde. Des attaques dans un style qui ne renie en rien l’héritage paternel du fondateur du parti, adepte des petites phrases qui font beaucoup parler.

« C’est sans doute face à lui que je serais au second tour » a déclaré Marine Le Pen sur LCP au micro de Frédéric Haziza.

« Emmanuel macron c’est le plus caricatural ! a-t-elle continué. Il est soutenu de manière massive par des gens à qui il a fait des fleurs quand il était ministre, explique la présidente du Front National. Et je pense évidemment à M. Drahi qui est patron d’un groupe de presse très important ». Et d’énumérer les titres, L’Express, Libération, BFM, RMC que son groupe Altice possède et qui « soutiennent »,selon elle, Macron, qualifié de candidat « sous influence » des « grandes puissances financières ».

Pour conclure Marine Le Pen a attrapé à pleine mains la perche que lui tendait Frédéric Haziza, « et de la finance internationale ? ».

« De la finance internationale évidemment ! » a affirmé Marine Le Pen.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.