Maroc : enquête après des fuites de données concernant la communauté LGBT
Rechercher

Maroc : enquête après des fuites de données concernant la communauté LGBT

Certains ont reçu des messages haineux, d'autres ont été jetés à la rue par leur famille ou ont subi des violences de leurs proches ; l'homosexualité est un crime au Maroc

Drapeau LGBTIQ. (Crédit : Wikimedia commons)
Drapeau LGBTIQ. (Crédit : Wikimedia commons)

La police marocaine a ouvert une enquête préliminaire pour « incitation à la haine et à la discrimination » après des fuites de données privées visant la communauté LGBT, a-t-on appris vendredi auprès de la sûreté nationale (DGSN).

Cette enquête a été déclenchée « par la publication par un individu d’un contenu numérique » portant « atteinte aux systèmes de traitement automatisé des données », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la DGSN, sans autre précision.

Un collectif réunissant une vingtaine d’associations de défense des droits humains s’était élevé dimanche contre une « campagne de diffamation » et « d’intimidation » après la publication sur les réseaux sociaux de données personnelles récupérées sur des sites de rencontres spécialisées.

Cette « chasse aux sorcières » a été lancée par un compte Instagram géré par une personne de nationalité marocaine basée en Turquie, selon les militants qui suivent le dossier.

Une centaine de noms, accompagnés de photographies et parfois d’adresses ou de numéros de téléphone, ont été diffusés la semaine dernière sur les réseaux sociaux après avoir été récupérés sur différentes applications de rencontres comme Grindr ou PlanetRomeo, selon les informations réunies par l’AFP auprès de plusieurs militants.

Depuis, certains ont reçu des messages haineux, d’autres encore ont été jetés à la rue par leur famille ou ont subi des violences de leurs proches ulcérés par leur orientation sexuelle, selon les témoignages recueillis par différentes associations.

La police est prête à « enregistrer et traiter toutes les plaintes déposées par les plaignants, conformément à la législation en vigueur », a précisé le porte-parole de la DGSN.

La situation est compliquée par le confinement obligatoire en vigueur au Maroc jusqu’au 20 mai pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.

Sujet tabou, objet de condamnation sociale, l’homosexualité est considérée comme un crime au Maroc, le code pénal marocain sanctionnant de six mois à trois ans de prison « les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe ».

Un total de 170 personnes ont été poursuivies en 2018 pour ce motif, selon les chiffres officiels.

Les défenseurs des droits humains demandent depuis plusieurs années l’abrogation de cette loi, ainsi que des articles sanctionnant les relations sexuelles hors mariage et l’adultère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...