Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Maroc : un responsable islamiste veut une loi contre la « normalisation » avec Israël

Le Maroc n'entretient officiellement aucune relation avec Israël et son gouvernement a toujours affirmé que le "boycott d'Israël est un principe"

Le conseiller du roi du Maroc, André Azoulay est l'un des invités présent à la conférence de Marrakesh (Crédit : capture d'écran Youtube/Fondation Jean Monnet pour l'Europe)
Le conseiller du roi du Maroc, André Azoulay est l'un des invités présent à la conférence de Marrakesh (Crédit : capture d'écran Youtube/Fondation Jean Monnet pour l'Europe)

Un responsable du Parti Justice et développement (PJD, islamiste), qui dirige la coalition gouvernementale au Maroc, a appelé lundi à « l’adoption rapide » d’une proposition de loi interdisant la « normalisation » avec Israël, accusant l’opposition de « surenchère politicienne » sur le sujet.

« Les partis de l’opposition devraient se mettre sérieusement au travail pour adopter rapidement la proposition de loi interdisant la normalisation avec Israël », a dit à l’AFP le président du groupe parlementaire du PJD, Abdellah Bouanaou.

Ce responsable réagissait à des critiques de l’opposition qui, selon des médias, a accusé le PJD de « refuser » le vote d’une disposition de loi prohibant les échanges économiques avec l’Etat hébreu.

D’après des médias marocains, un amendement interdisant l’importation des produits israéliens a récemment été présenté au Parlement par l’opposition, mais la majorité n’y a pas donné suite.

Il s’agissait d’une simple « disposition technique, qui n’a pas fait l’objet d’un vote », a rétorqué M. Bouanou, dénonçant une « surenchère politicienne ».

« Il existe des dispositions plus importantes (…) qui devront être adoptées à l’avenir », a-t-il poursuivi, en référence au projet de criminaliser « toutes les formes » de normalisation avec Israël.

Quatre groupes parlementaires issus de la majorité et de l’opposition, dont le PJD, avaient apporté leur soutien, en décembre 2013, à une proposition de loi en ce sens, mais elle n’a pas pour l’heure abouti.

Une des formations impliquées dans l’initiative, le Parti authenticité et modernité (PAM, opposition), a par la suite retiré son soutien au texte.

Cette proposition de loi avait été inspirée par « L’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël », fondé début 2013 dans l’optique de « dénoncer » les personnalités « entretenant des rapports avec l’entité sioniste ».

Le Maroc n’entretient officiellement aucune relation économique ou diplomatique avec Israël et son gouvernement a toujours affirmé que le « boycott d’Israël est un principe ».

Un bureau de liaison israélien avait été ouvert à Rabat en 1994, le Maroc ouvrant le sien à Tel Aviv en 1995, dans le sillage des accords israélo-palestiniens d’Oslo.

En octobre 2000, le royaume a toutefois suspendu ses relations avec l’État hébreu pour protester contre « la politique répressive » du gouvernement israélien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.