Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Mexique : des étudiants anti-Israël campent devant la plus grande université du pays

Les manifestants ont entre autres scandé "De la rivière à la mer, la Palestine vaincra !" et demandé au gouvernement de rompre les liens diplomatiques et commerciaux avec Israël

Des militants de l'Assemblée interuniversitaire et populaire de solidarité avec le peuple de Palestine dressent des tentes devant le bâtiment du presbytère de l'Université autonome du Mexique (UNAM) dans le cadre d'un camp visant à protester contre les attaques d'Israël sur la bande de Gaza et à exiger des autorités la rupture des relations académiques, politiques et économiques entre le Mexique et Israël, à Mexico City, le 2 mai 2024. (Photo par Yuri CORTEZ / AFP)
Des militants de l'Assemblée interuniversitaire et populaire de solidarité avec le peuple de Palestine dressent des tentes devant le bâtiment du presbytère de l'Université autonome du Mexique (UNAM) dans le cadre d'un camp visant à protester contre les attaques d'Israël sur la bande de Gaza et à exiger des autorités la rupture des relations académiques, politiques et économiques entre le Mexique et Israël, à Mexico City, le 2 mai 2024. (Photo par Yuri CORTEZ / AFP)

Des dizaines d’étudiants anti-Israël de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), la plus grande du pays, ont dressé un camp jeudi à Mexico en solidarité avec les manifestations d’étudiants aux Etats-Unis.

Les manifestants ont installé des tentes et des drapeaux palestiniens devant le siège de l’université à Mexico, où ils ont scandé « Vive la Palestine libre ! » et « De la rivière à la mer, la Palestine vaincra ! ».

Ils ont notamment demandé au gouvernement mexicain de rompre les relations diplomatiques et commerciales avec Israël.

« Nous sommes ici pour soutenir la Palestine, les gens en Palestine, les camps (d’étudiants) aux Etats-Unis », déclare à l’AFP Valentina Pino, 19 ans, qui étudie à la faculté de philosophie et de lettres.

Jimena Rosas, 21 ans, étudiante dans la même faculté, espère que leur initiative créera un effet d’entraînement et s’étendra à d’autres universités du pays.

« Une fois que l’on aura constaté que l’UNAM commence à se mobiliser, d’autres universités commenceront également à se mobiliser », estime-t-elle.

Des militants de l’Assemblée interuniversitaire et populaire de solidarité avec le peuple de Palestine dressent des tentes devant le bâtiment du presbytère de l’Université autonome du Mexique (UNAM) dans le cadre d’un camp visant à protester contre les attaques d’Israël sur la bande de Gaza et à exiger des autorités la rupture des relations académiques, politiques et économiques entre le Mexique et Israël, à Mexico City, le 2 mai 2024. (Photo par Yuri CORTEZ / AFP)

« Je me joins à ce mouvement pour demander d’une voix plus forte de rompre les relations avec l’Etat d’Israël, de cesser de commercer avec », explique Marcela Castillo, une manifestante de 42 ans.

Au moins 30 universités américaines ont été le théâtre de manifestations anti-Israël ces dernières semaines.

Les autorités universitaires tentent de trouver un équilibre entre la défense de la liberté d’expression et la lutte contre la prolifération des discours haineux et la résurgence de l’antisémitisme.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

L’offensive israélienne lancée en représailles sur la bande de Gaza a fait jusqu’à présent près de 34 600 morts, selon le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Par ailleurs, plus de 260 soldats de Tsahal sont morts depuis le début de l’opération terrestre à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.