Rechercher

Michelle Bachelet dénonce le meurtre « inadmissible » d’enfants palestiniens

Selon la cheffe des droits de l'homme, 19 enfants palestiniens ont été tués à Gaza et en Cisjordanie ; elle appelle à l'ouverture d'enquête sur ces morts

Un enfant palestinien blessé à la suite de frappes aériennes israéliennes reçoit des soins à l'hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, le 6 août 2022. (Crédit : Mahmud HAMS / AFP)
Un enfant palestinien blessé à la suite de frappes aériennes israéliennes reçoit des soins à l'hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, le 6 août 2022. (Crédit : Mahmud HAMS / AFP)

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet s’est dite jeudi alarmée par le nombre d’enfants palestiniens tués ces derniers jours et a demandé que les responsables rendent des comptes.

Au cours de la dernière semaine, 19 enfants palestiniens ont été tués, portant à 37 le nombre de décès depuis le début de l’année, selon le Haut-Commissariat. 17 ont été tués au cours des hostilités à Gaza du 5 au 7 août, et deux autres ont été tués le 9 août lors d’opérations de maintien de l’ordre menées par Israël en Cisjordanie.

« Le nombre si élevé d’enfants tués ou blessés cette année est inadmissible », a indiqué Mme Bachelet dans un communiqué.

Le 5 août, l’armée israélienne a lancé dans la bande Gaza une opération préventive contre le Jihad islamique palestinien au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza ont été tués, de même que plusieurs membres du groupe terroriste.

« Le coût civil de la dernière escalade à Gaza, du 5 au 7 août, a été lourd », selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme.

La Haute-commissaire aux droits de l’Homme des Etats-Unis Michelle Bachelet à l’ouverture de la 40è session du conseil des droits de l’Homme de l’ONU, à Genève, le 25 février 2019 (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)

Les services de Mme Bachelet ont pu vérifier que parmi les 48 Palestiniens tués, il y avait au moins 22 civils, dont 17 enfants et 4 femmes.

Sur les 360 Palestiniens déclarés blessés, près des deux tiers étaient des civils, dont 151 enfants, 58 femmes et 19 personnes âgées.

L’armée israélienne a déclaré et prouvé dans certains cas que des Palestiniens, dont des enfants, avaient été tués par des roquettes tirées par le Jihad islamique vers Israël mais qui étaient retombées dans l’enclave palestinienne.

Selon le Haut-Commissariat, un certain nombre de frappes israéliennes ont touché des biens qui étaient visiblement civils. « De telles attaques doivent cesser », a déclaré Bachelet.

Elle a également accusé les groupes armés palestiniens d’avoir lancer des centaines de roquettes lors d’attaques aveugles, faisant des victimes civiles et endommageant des biens civils en Israël et à Gaza.

La Haut-Commissaire a demandé que des enquêtes rapides, indépendantes, impartiales, approfondies et transparentes soient menées sur tous les incidents où des personnes ont été tuées ou blessées.

« Une absence presque totale de responsabilité persiste (…) qu’il s’agisse des violations du droit international humanitaire commises par toutes les parties aux hostilités à Gaza, ou des violations israéliennes récurrentes du droit international des droits de l’homme et du droit de l’occupation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est », a déclaré Bachelet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...