Mogherini : Les États-Unis « essentiels » pour résoudre le conflit
Rechercher

Mogherini : Les États-Unis « essentiels » pour résoudre le conflit

"Rien sans les Etats-Unis, mais rien où les Etats-Unis agiraient seuls", a résumé la diplomate en chef de l'UE

Rami Hamdallah (g) et Federica Mogherini, le 31 janvier 2018 à Bruxelles (Crédit :  AFP / JOHN THYS)
Rami Hamdallah (g) et Federica Mogherini, le 31 janvier 2018 à Bruxelles (Crédit : AFP / JOHN THYS)

Federica Mogherini, a jugé mercredi que les Etats-Unis restent « essentiels pour qu’un processus (de paix) ait une chance réaliste de réussir » et mettre fin au conflit israélo-palestinien.

« C’est un moment difficile », a rappelé Mme Mogherini juste avant une réunion du groupe de donateurs international pour la Palestine à Bruxelles, conviée en urgence après la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d’Israël.

« Ce qui compte avant tout pour nous, c’est que tout le monde reconnaisse que les Etats-Unis sont essentiels pour qu’un processus (de paix) ait une chance réaliste de réussir, mais aussi que nos amis américains comprennent qu’il sera plus difficile d’arriver à quoi que ce soit tout seuls », a-t-elle expliqué.

« Rien sans les Etats-Unis, mais rien où les Etats-Unis agiraient seuls », a-t-elle résumé, espérant que la réunion permette de « restaurer un peu la confiance entre les différentes parties ».

M. Trump a dépêché à cette réunion des donateurs pour la Palestine son envoyé spécial pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, et l’Autorité palestinienne son Premier ministre Rami Hamdallah. Israël était de son côté représenté par son ministre pour la Coopération régionale, Tzachi Hanegbi.

Tzachi Hanegbi, alors ministre de la Coopération régionale, en décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les ministres des Affaires étrangères du Maroc, d’Egypte, de Jordanie et le vice-ministre des affaires étrangères de Turquie étaient également présents.

Mme Mogherini a par ailleurs annoncé que l’UE débloquait une nouvelle tranche d’aide, de 42,5 millions d’euros, « y compris pour des activités à Jérusalem-Est et de l’aide pour construire un Etat palestinien démocratique ».

Mardi, l’envoyé spécial de l’ONU au Proche-Orient Nickolay Mladenov avait prévenu que la bande de Gaza sous blocus était au bord « d’un effondrement total ».

M. Mladenov, qui a assisté à la réunion des donateurs à Bruxelles, a estimé que sauver Gaza d’un désastre passait par la restauration du pouvoir de l’Autorité palestinienne sur ce territoire actuellement contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Nickolay Mladenov en 2013 (Crédit : Marco Castro/Nations unies)

Sans ce transfert de pouvoirs, « Gaza risque à nouveau d’exploser, de manière encore plus violente et meurtrière que par le passé », avait-il averti.

« Un soutien financier accru est urgent », a commenté à ce propos à Bruxelles la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Soreide, qui co-présidait la réunion avec Mme Mogherini.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...