Mont du Temple : Erdogan appelle Israël à retirer les détecteurs de métaux
Rechercher

Mont du Temple : Erdogan appelle Israël à retirer les détecteurs de métaux

"Les détecteurs installés par Israël doivent être retirés dans les plus brefs délais possibles", a déclaré le président turc à son homologue israélien

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 11 mars 2017. (Crédit : Ozan Kose/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 11 mars 2017. (Crédit : Ozan Kose/AFP)

Le président israélien, Reuven Rivlin, a échangé au téléphone avec le président de la Turquie, Recep Tayep Erdogan, à la demande de ce dernier, suite aux récentes évolutions dans la région.

Au cours de leur conversation, le président Rivlin a précisé à son homologue turc que l’attentat terroriste perpétré vendredi sur le mont du Temple – un site saint pour tous – était intolérable et que cette attaque a franchi une ligne rouge qui a mis en danger la capacité de chacun à vivre ensemble.

Rivlin a rappelé à Erdogan qu’après l’attentat terroriste en Turquie, l’État d’Israël a rapidement condamné ces actes criminels. Il a déclaré qu’Israël devait entendre une condamnation similaire de la part de la Turquie, étant entendu que la terreur était la terreur partout où qu’elle se produise, a Jérusalem, à Istanbul ou à Paris.

Rivlin a souligné qu’Israël maintenait et continuerait à maintenir le statu quo sur les lieux saints. Il a ajouté que les mesures prises sur le mont du Temple visaient à garantir que de tels actes de terreur ne se répètent pas et qu’Israël s’engageait à protéger la vie de tous les citoyens qui ont visité les lieux saints.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé jeudi Israël à retirer les détecteurs de métaux, ont rapporté les médias turcs.

« Vu l’importance que revêt Al-Haram al-Charif (e mont du Temple) pour tout le monde islamique, les détecteurs de métaux installés par Israël doivent être retirés dans les plus brefs délais possibles », a déclaré M. Erdogan lors d’un entretien téléphonique avec son homologue israélien Reuven Rivlin, selon l’agence pro-gouvernementale turque Anadolu.

Erdogan a également eu jeudi un entretien téléphonique avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au cours duquel il a qualifié d' »inacceptables » les mesures de sécurité israéliennes autour du lieu saint.

Selon des informations exclusives de la Deuxième chaîne, le ministère des Affaires étrangères a recommandé au président de ne pas contacter le président turc, craignant que le fait de donner à Erdogan, un allié du Hamas, un rôle dans les pourparlers ne ferait qu’affecter la position d’Israël.

La résidence du président a réagi aux informations de la Deuxième chaîne en condamnant les prétendues fuites du ministère des Affaires étrangères.

Il ne nie pas les informations évoquées par la Deuxième chaîne.

Pour protester contre l’installation des détecteurs de métaux, les fidèles musulmans prient depuis dimanche à l’extérieur de l’esplanade, à l’appel des autorités religieuses palestiniennes.

A l’approche de la prière du vendredi –qui rassemble généralement entre 20 000 et 30 000 fidèles–, les médias israéliens ont rapporté jeudi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu pourrait retirer ces détecteurs pour éviter des émeutes.

Netanyahu assure ne pas avoir l’intention de modifier les règles tacites d’un statu quo aux termes duquel les musulmans peuvent monter à toute heure sur le site et les juifs y pénétrer à certaines heures, mais sans pouvoir y prier.

Mais le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, a affirmé plus tôt vendredi que la Turquie redoutait que les mesures israéliennes « ne visent à changer le statut quo comme cela fut le cas à Hébron dans les années 1990 ».

En 1994 Baruch Goldstein avait tué au fusil automatique 29 fidèles musulmans en prière au Caveau des Patriarches à Hébron. L’armée israélienne avait alors divisé ce lieu de culte en deux parties : l’une pour les fidèles musulmans, l’autre pour les juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...