Moody’s : L’adoption d’un budget en Israël est le « défi le plus urgent »
Rechercher

Moody’s : L’adoption d’un budget en Israël est le « défi le plus urgent »

L'agence de notation estime que le "manque de cohésion idéologique" du gouvernement l'incitera à se concentrer sur les politiques économiques

Le nouveau Premier ministre élu Naftali Bennett fait un signe de la main avec Yair Lapid, à sa gauche, et Gideon Saar, à sa droite, à ses côtés, après l'approbation de leur nouveau gouvernement à la Knesset, le 13 juin 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)
Le nouveau Premier ministre élu Naftali Bennett fait un signe de la main avec Yair Lapid, à sa gauche, et Gideon Saar, à sa droite, à ses côtés, après l'approbation de leur nouveau gouvernement à la Knesset, le 13 juin 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Le défi le plus pressant, pour le nouveau ministre israélien des Finances, Avigdor Liberman, sera d’élaborer un nouveau budget pour la nation, son premier depuis 2019, a indiqué Moody’s Investor Service lundi, dans une note, après qu’Israël a prêté serment dimanche dans un nouveau gouvernement dirigé par Naftali Bennett.

Le budget fournira des indices sur la capacité du nouveau gouvernement à élaborer et à mettre en œuvre une stratégie fiscale post-crise efficace, qui viserait à ramener le fardeau de la dette à sa tendance historique à la baisse », a écrit Kathrin Muehlbronner, vice-présidente de Moody’s.

« La pression exercée sur les dépenses dans un contexte de crise est telle qu’il est difficile d’évaluer l’efficacité de la stratégie. « La pression des dépenses refoulées dans un certain nombre de domaines, notamment la santé, les infrastructures et la défense, rend probable que toute stratégie future de réduction du déficit devra s’appuyer en partie sur des mesures de recettes. »

Le nouveau budget sera probablement biennal, couvrant 2022 et le reste de l’année 2021, a-t-elle ajouté.

Le nouveau gouvernement, composé d’une coalition de partis de gauche, de centristes et de droite et d’un parti arabe, « est susceptible de donner naissance à un gouvernement fragile et potentiellement de courte durée », écrit Muehlbronner. Mais ce « manque de cohésion idéologique » devrait « accroître les incitations à se concentrer principalement sur les politiques économiques plutôt que sur des questions plus conflictuelles. »

Le consensus interne au sein du nouveau gouvernement « sera difficile à atteindre sur de nombreuses questions, notamment la politique étrangère et l’approche des Territoires palestiniens », écrit Muehlbronner. « Néanmoins, il existe un large consensus entre les principaux partis politiques, sur les principes de base de la politique économique et fiscale ; nous nous attendons à ce que le gouvernement se concentre principalement sur ces questions alors que l’économie et le marché du travail continuent de se remettre du choc induit par le coronavirus. »

En mai, le déficit budgétaire d’Israël, qui était déjà élevé avant la pandémie, représentait 10,5 % du PIB.

« Nous nous attendons à ce que le déficit public se réduise à environ 8 % du PIB d’ici la fin de l’année, conformément à la forte reprise économique » et à mesure que les mesures de soutien budgétaire liées à la pandémie expirent, écrit Muehlbronner. Moody’s prévoit une croissance du PIB réel de 4,7 % en 2021.

Le poids de la dette d’Israël devrait continuer à augmenter dans les années à venir pour atteindre environ 80 % du PIB d’ici 2024, contre 60 % du PIB en 2019, selon Moody’s, « ce qui indique que le choc induit par le coronavirus aura un effet durable sur les paramètres budgétaires du gouvernement. En revanche, nous nous attendons à ce que l’effet économique et fiscal de la récente intensification du conflit entre Israël et Gaza soit limité. »

Lors d’une réunion de sa faction Yisrael Beytenu lundi, M. Liberman a déclaré qu' »il n’y aura pas d’augmentation d’impôts » et que l’objectif du nouveau gouvernement est de gérer un budget d’État « responsable », rapporte Calcalist.

Liberman doit rencontrer lundi le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, le président de la Histadrout, Arnon Bar-David, le président de l’Association des fabricants, Ron Tomer, et le président du secteur des affaires israéliennes, Dovi Amitai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...