Mort de Ibrahim Abu Thurayeh : L’armée réclame la fin des mensonges
Rechercher

Mort de Ibrahim Abu Thurayeh : L’armée réclame la fin des mensonges

L’armée israélienne fait remarquer qu’il n’y a "aucun élément" pour affirmer que le manifestant paraplégique de Gaza a été tué par un sniper

Le coordinateur du ministère de la Défense aux activités gouvernementales dans les territoires, le général de division Yoav Mordechai, avertit le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien de ne pas attaquer Israël dans une vidéo du 11 novembre 2017 (Capture d'écran : /YouTube)
Le coordinateur du ministère de la Défense aux activités gouvernementales dans les territoires, le général de division Yoav Mordechai, avertit le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien de ne pas attaquer Israël dans une vidéo du 11 novembre 2017 (Capture d'écran : /YouTube)

Une semaine après la mort Ibrahim Abu Thurayeh, Yoav Mordechai a demandé à la Croix Rouge de partager les informations sur les blessures que le double amputé a reçues, et demande de mettre en terme aux « mensonges ».

Un général israélien a déclaré samedi qu’il n’y avait aucun élément pour affirmer que le manifestant palestinien en chaise roulante qui avait été tué lors des émeutes à la frontière de Gaza le 15 décembre avait été ciblé par un sniper de l’armée israélienne ou abattu délibérément par les troupes israéliennes.

L’enquête de l’armée israélienne n’a pas établi qu’Ibrahim Abu Thurayeh est mort des suites d’un tir de l’armée israélienne, a écrit sur sa page Facebook en arabe le général Yoav Mordechai, l’officier de liaison des Palestiniens.

Et il n’y avait « aucun élément soutenant les fausses informations qu’un sniper l’avait délibérément ciblé », a ajouté Mordechai.

Mordechai a dit qu’il avait appelé la Croix Rouge Internationale à partager ses informations sur les blessures subies par Abu Thurayeh à la manifestation frontalière « pour déterminer la vérité et mettre un terme à ces mensonges qui incitent à la violence ».

Des articles palestiniens, a écrit Mordechai, ont affirmé sans élément concret qu’Abu Thurayeh, qui aurait été amputé des deux jambes après une frappe israélienne en 2008, est mort après avoir été abattu par un sniper israélien lors de la manifestation à la frontière.

Ni le communiqué de Mordechai ni les éléments rendus publics des enquêtes de l’armée n’ont explicitement démenti qu’Abu Thurayeh avait été tué par les troupes israéliennes, seulement qu’il n’avait pas été délibérément ciblé par des balles réelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...