Mort d’un membre du Hamas, blessé lors des émeutes frontalières de samedi
Rechercher

Mort d’un membre du Hamas, blessé lors des émeutes frontalières de samedi

Les responsables ont dit que le défunt qui, selon le Hamas, appartenait à l'aile armée du groupe, s'appelait Osama Adaeej ; il avait 32 ans

Des manifestants palestiniens affrontent les soldats israéliens pendant une émeute à la frontière, à l'est de Gaza City, le 21 août 2021. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des manifestants palestiniens affrontent les soldats israéliens pendant une émeute à la frontière, à l'est de Gaza City, le 21 août 2021. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un Palestinien qui avait été grièvement blessé pendant des affrontements avec les soldats israéliens le long de la frontière avec Gaza dans la journée de samedi est mort dans la matinée de mercredi, a annoncé le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas.

Selon les responsables de la bande, le défunt s’appelait Osama Khalid Adaeej et il était un résident du camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de l’enclave côtière. L’origine de la blessure contractée par Adaeej, 32 ans, pendant les heurts survenus samedi reste indéterminée.

L’armée israélienne n’a pas commenté le décès du Palestinien.

L’aile armée du Hamas, les Brigades Ezzedine Al-Qassam, a affirmé qu’Adaeej faisait partie de ses rangs dans un communiqué qui a été publié sur sa chaîne Telegram. La dépouille du trentenaire, enveloppée dans un drapeau du Hamas, a été portée mercredi matin à travers le camp de réfugiés, entourée de Palestiniens armés en uniforme du Hamas.

Les factions palestiniennes de Gaza – y compris les gouvernants de l’enclave, le groupe terroriste du Hamas – avaient organisé une manifestation, samedi, à proximité de la frontière israélienne, – un rassemblement qui avait réuni des milliers de participants. Étaient également présents de hauts-responsables du Hamas et du Jihad islamique, notamment le numéro deux du Hamas à Gaza, Khalil al-Hayya.

Des centaines de Palestiniens avaient ensuite avancé vers la frontière, faisant brûler des pneus et jetant des pierres. Les troupes israéliennes avaient répondu à l’aide de gaz lacrymogènes et de grenades incapacitantes. Les militaires avaient également procédé à des tirs isolés et à l’aide de balles Ruger – des balles réelles de petit calibre qui sont moins meurtrières que les balles normales dans certaines circonstances.

Le Hamas et les autres groupes terroristes de Gaza avaient fait savoir que ce mouvement de protestation visait à mettre la pression sur l’État juif, les négociations portant sur la reconstruction de l’enclave, suite au conflit du mois de mai, étant apparemment dans l’impasse.

La semaine dernière, des tirs de roquettes ont pris pour cible la frontière sud de l’État juif pour la toute première fois depuis la guerre qui a opposé le pays au Hamas au mois de mai. Jeudi, les Nations unies et le Qatar ont annoncé avoir trouvé un accord permettant à des fonds qataris d’entrer dans Gaza – une demande déterminante du Hamas – mais un accord entre les parties concernant les travaux de reconstruction de l’enclave côtière n’a pas encore été finalisé.

Barel Shmueli, tireur d’élite de la police des frontières, avait par ailleurs été grièvement blessé samedi quand un Palestinien s’était approché d’un trou dans un mur en béton édifié à la frontière, sortant une arme et ouvrant le feu à bout portant. Shmueli, qui se trouvait alors de l’autre côté, avait été évacué à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

Il se trouve encore dans un état grave.

Par ailleurs, un jeune émeutier palestinien de 13 ans aurait reçu une balle à la tête et il aurait lui aussi été grièvement touché lors de ces émeutes, ont ajouté les responsables de la santé du Hamas.

Le porte-parole du groupe terroriste, Abd al-Latif al-Qanou, a salué la mort d’Adaeej, le qualifiant de « martyr héroïque ».

Le Hamas et les autres factions palestiniennes ont annoncé l’organisation d’une manifestation similaire à la frontière dans l’après-midi de mercredi, à proximité de Khan Younès, dans le sud de la bande. Les militaires israéliens ont déployé des troupes supplémentaires dans la zone et ils ont renforcé le nombre de batteries du système anti-missile du Dôme de fer, au cas où les combats reprennent.

Le mouvement de protestation de mercredi est « un élargissement de la bataille en cours du Sabre de Jérusalem, menée pour protéger notre peuple et nos lieux saints », a déclaré al-Qanou, utilisant le nom donné par le Hamas au conflit du mois de mai qui a opposé l’État juif et le groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...