Moselle : des inscriptions antisémites gravées sur les murs d’un espace culturel
Rechercher

Moselle : des inscriptions antisémites gravées sur les murs d’un espace culturel

Les mots "Vive Adolf Hitler", "Mort aux Juifs", "Sieg Heil" et des croix gammées ont été découverts il y a quelques semaines sur la façade du bâtiment public

Vue du village de Porcelette, en Moselle. (Crédit : Elge001 / Wikimédia / CC BY-SA 4.0)
Vue du village de Porcelette, en Moselle. (Crédit : Elge001 / Wikimédia / CC BY-SA 4.0)

Les mots « Vive Adolf Hitler », « Mort aux Juifs », « Sieg Heil » et des croix gammées ont été retrouvés gravés sur les murs de la bibliothèque communale du village de Porcelette, en Moselle, situé à proximité de la ville de Saint-Avold.

Les méfaits ont été commis à l’aide d’un objet pointu.

Les faits remonteraient à il y a quelques semaines, selon le quotidien local Le Républicain Lorrain, qui a publié la nouvelle samedi dernier et photographié les inscriptions.

Eddie Muller, maire de la ville de 2 500 habitants, a réagi en annonçant qu’une « plainte allait être déposée auprès des services de gendarmerie ». « On ne peut pas laisser cela impuni », a-t-il expliqué.

Selon le responsable, « un groupe de jeunes qui squatte les lieux régulièrement » serait à l’origine des dégradations. Il dénonce également d’autres incivilités. « On ramasse des poubelles pleines de verre cassé, de seringues. Ça dure déjà depuis un certain temps, on essaie de les raisonner, de dialoguer, mais rien n’y fait », avait-il ajouté au micro de France Bleu Moselle.

Selon le maire, les habitants lanceraient actuellement une pétition afin de lutter contre ces méfaits.

Des insultes – non antisémites cette fois – auraient également été retrouvées sur les murs d’un nouveau groupe scolaire actuellement en construction.

Il y a quelques années, des inscriptions antisémites avaient déjà été découvertes sur l’école maternelle du village. Aucune plainte n’avait cependant été déposée.

Le délit d’injure avec une connotation antisémite est passible d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...