Nasrallah : Le Hezbollah « délibérément » ambigu sur les sites de missiles
Rechercher

Nasrallah : Le Hezbollah « délibérément » ambigu sur les sites de missiles

Le chef du groupe terroriste a rejeté le discours prononcé par Netanyahu à l'ONU, "une farce", ajoutant qu'il ne voulait pas livrer à l'ennemi "des informations gratuites"

Le chef du Hezbollah s'exprime via un lien vidéo à Beyrouth, au Liban, le vendredi 12 octobre 2018 (Crédit :  AP Photo/Hussein Malla)
Le chef du Hezbollah s'exprime via un lien vidéo à Beyrouth, au Liban, le vendredi 12 octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Le leader du groupe terroriste du Hezbollah Hassan Nasrallah a rejeté vendredi le discours prononcé par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans lequel il accusait le groupe de construire clandestinement des structures de production souterraines de missiles à proximité de l’aéroport international de Beyrouth, qualifiant ces propos de « farce ».

« La guerre psychologique de Netanyahu au sujet des missiles est une farce », a dit Nasrallah dans un discours.

Il n’a toutefois pas confirmé ni infirmé les affirmations israéliennes, disant que « notre silence concernant nos armes est délibéré et intentionnel ».

Le chef du groupe terroriste a déclaré que sa politique maintenait volontairement une « ambiguïté constructive » de manière à ne pas livrer « d’informations gratuites » à ses ennemis.

« Nous ne devons pas aider l’ennemi dans sa guerre psychologique contre notre pays, notre peuple et notre gouvernement », a dit Nasrallah.

Capture d’écran d’une vidéo du Premier ministre Benjamin Netanyahu montrant un schéma de ce qu’il a dit être un site détenu par le Hezbollah près de Beyrouth, lors de son discours devant la 73ème Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 27 septembre 2018. (Nations Unies)

L’existence des sites de missiles a été révélée pour la première fois par Netanyahu au cours de son discours prononcé le 27 septembre devant l’Assemblée générale des Nations unies.

Les usines – qui transformeraient des missiles ordinaires en armes plus précises – ne seraient pas opérationnelles. Selon l’armée, elles seraient actuellement en cours de construction avec le soutien de l’Iran.

Netanyahu a déclaré que ces missiles de précision seraient capables de frapper dans un rayon de 10 mètres par rapport à leur cible. Le Hezbollah détiendrait un arsenal de 100 à 150 000 roquettes et missiles, même si la vaste majorité ne serait pas pourvu d’une technologie de précision.

L’armée a souligné que ces structures étaient « un autre exemple de l’ancrage de la république islamique dans la région et de l’influence négative de l’Iran ».

Brandissant des photos aériennes des structures présumées du Hezbollah, Netanyahu avait mis en garde à l’ONU : « Israël sait ce que vous faites, Israël sait où vous le faites et Israël ne vous laissera pas faire ».

Image tirée d’une pancarte affichée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, montrant des sites de missiles de précision du Hezbollah cachés à Beyrouth. (GPO)

Netanyahu avait par ailleurs accusé le groupe terroriste libanais « d’utiliser la population innocente de Beyrouth comme bouclier humain ».

L’un des sites présumé serait situé sous un terrain de football utilisé par une équipe parrainée par le Hezbollah. Un autre se trouverait au nord de l’aéroport international Rafik Hariri et le troisième serait enterré sous le port de Beyrouth, à moins de 500 mètres du tarmac de l’aéroport.

Ces trois sites ne sont pas les seuls qui, selon l’armée israélienne, sont utilisés par le Hezbollah pour fabriquer et stocker des missiles de précision.

« Israël contrôle ces sites grâce à différentes capacités et instruments. Le pays a une connaissance significative de ce projet d’armes de précision et le combat avec une grande variété de réponses opérationnelles et de techniques », a commenté l’armée.

Ces dernières années, l’Etat juif a reconnu avoir mené des centaines de frappes aériennes en Syrie qui, selon lui, avaient pour objectif d’empêcher l’Iran d’établir une présence militaire permanence dans le pays ainsi que de bloquer le transfert de munitions avancées au Hezbollah, au Liban.

L’armée de l’air israélienne s’est largement gardée de lancer des raids sur le territoire libanais, même si elle a précisé être préparée à le faire.

En début d’année, le commandement de l’aviation militaire israélienne Amiram Norkin avait montré à des généraux l’image d’un avion furtif israélien de type F-35 survoler les alentours de l’aéroport de Beyrouth, ce qui avait été perçu comme un message direct envoyé au Hezbollah.

Israël a affronté le Hezbollah dans une guerre en 2006. Jérusalem estime que le groupe a depuis renouvelé son arsenal avec des dizaines de milliers de missiles susceptibles de menacer l’ensemble du territoire de l’Etat juif.

Suite au discours de Netanyahu, le ministre des Affaires étrangères libanais Gibran Bassil avait emmené 73 ambassadeurs étrangers visiter les sites présumés pour tenter de réfuter les accusations israéliennes.

Le ministre des affaires étrangères du Liban Gibran Bassil réunit 73 envoyés et journalistes étrangers au stade Al-Ahed, au sud de Beyrouth, le 1er octobre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)

Bassil avait expliqué que son gouvernement ne saurait autoriser la construction de structures de roquettes près de l’aéroport et que le Hezbollah était « trop sage » pour les placer à proximité des habitations. Il avait ajouté que les affirmations de Netanyahu étaient basées sur des estimations « inexactes », sans aucune « preuve concluante ».

Nasrallah s’était récemment vanté de ce que son groupe possédait dorénavant des missiles « de haute précision » malgré les initiatives prises par Israël pour l’empêcher d’acquérir un tel arsenal.

Bassil avait reconnu la véracité des affirmations du Hezbollah, ajoutant que « cela ne signifie pas que ces missiles sont présents aux alentours directs de l’aéroport de Beyrouth ».

Netanyahu avait ultérieurement qualifié la tournée des sites effectuée par les ambassadeurs de « visite frauduleuse de propagande », disant que le Hezbollah « ment outrageusement » à la communauté internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...