Nasrallah : leçons tirées de la performance « hollywoodienne » de l’armée d’Israël
Rechercher

Nasrallah : leçons tirées de la performance « hollywoodienne » de l’armée d’Israël

Le chef du Hezbollah dit que la fausse évacuation de soldats blessés par Tsahal au début du mois montre que l'armée "légendaire" est maintenant "faible"

Des partisans du groupe terroriste chiite du Hezbollah se rassemblent pour regarder la transmission sur un grand écran d'un discours du chef du mouvement, Hassan Nasrallah, dans la ville d'Al-Ain dans la vallée Bekaa du Liban, le 25 août 2019. (AFP)
Des partisans du groupe terroriste chiite du Hezbollah se rassemblent pour regarder la transmission sur un grand écran d'un discours du chef du mouvement, Hassan Nasrallah, dans la ville d'Al-Ain dans la vallée Bekaa du Liban, le 25 août 2019. (AFP)

Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré mardi que l’armée israélienne avait fait preuve de faiblesse lors de l’incident du début du mois au cours duquel elle avait organisé une évacuation de « soldats blessés » dans un VBTT [Véhicule blindé de transport de troupe], que son groupe a attaqué par des missiles antichars, et que le Hezbollah avait tiré des enseignements de cet incident.

« L’armée légendaire et invincible [Tsahal] s’est transformée en une armée hollywoodienne, jouant dans des films, car elle est devenue fragile, affaiblie, faible et lâche », a expliqué Nasrallah.

Il a déclaré que le Hezbollah, à la suite de la mise en scène de l’évacuation, devrait atteindre davantage de cibles israéliennes dans l’avenir.

Vous nous dites : « La prochaine fois, ne frappez pas un seul véhicule militaire et ne frappez pas seulement à un seul endroit. Au lieu de cela, frappez plusieurs véhicules militaires et plusieurs endroits. Nous n’allons plus voir de films hollywoodiens », a-t-il dit.

Le Hezbollah avait annoncé avec enthousiasme avoir tué et blessé des soldats après avoir tiré des missiles antichars sur le nord d’Israël au début du mois, mais Israël avait déclaré par la suite qu’aucun soldat n’avait été blessé et des sources israéliennes avaient indiqué que des images de soldats blessés envoyés d’urgence à l’hôpital faisaient partie d’une ruse.

De la fumée qui monte près de la communauté israélienne d’Avivim après des tirs du Hezbollah depuis le Liban, le 1er septembre 2019. (Crédit : Autorisation)

L’armée israélienne a riposté en tirant une centaine d’obus d’artillerie et de bombes sur les positions du Hezbollah dans le sud du Liban. Aucune victime libanaise n’a été signalée. Le Hezbollah, croyant apparemment qu’il avait déjà obtenu une revanche suffisante pour les frappes de Tsahal de la semaine précédente, s’est abstenu de toute nouvelle réponse. Le groupe terroriste a continué d’affirmer que le VBTT avait été directement touché.

Lors du discours commémorant la fête religieuse chiite de l’Achoura, une commémoration annuelle de la mort du petit-fils du prophète Mahomet, Hussein, au 7e siècle, l’un des saints les plus vénérés de l’islam chiite, Nasrallah a également promis qu’une guerre contre l’Iran entraînerait la disparition d’Israël.

« Nous rejetons tout projet de guerre contre la République islamique d’Iran parce qu’une telle guerre mettrait la région en feu, détruirait des pays et des peuples et viserait l’axe entier de la résistance », a-t-il déclaré. « Ceux qui pensent qu’une telle guerre sera la fin de l’axe de la résistance, je leur dis : avec la force, la persévérance, la vérité, la sincérité, la détermination et les sacrifices de cet axe, une telle guerre sera la fin d’Israël, de l’hégémonie et de la présence américaine dans notre région. »

Les tensions avec le Hezbollah et son patron, l’Iran, ont grimpé en flèche ces dernières semaines, après que l’armée israélienne a déjoué à la fin du mois dernier une tentative des agents iraniens en Syrie – dont deux anciens membres du Hezbollah – pour attaquer le nord d’Israël avec des drones armés et attaquer leur base. Elles ont également fait suite à une attaque de drone à Beyrouth, attribuée à Israël, qui aurait détruit des éléments clefs d’un projet conjoint Hezbollah-Iran visant à fabriquer des missiles guidés de précision au Liban.

Les services de renseignement de l’armée libanaise inspectent la scène où deux drones sont tombés à proximité d’un centre de presse du Hezbollah dans le sud de la capitale Beyrouth, le 25 août 2019. (Anwar Amro/AFP)

L’armée israélienne a lancé dimanche un exercice à grande échelle simulant une guerre contre le Hezbollah et d’autres forces pro-iraniennes dans le nord du pays.

Un jour plus tard, un drone israélien s’est écrasé à l’intérieur du Sud-Liban, a indiqué l’armée. Le groupe terroriste du Hezbollah a prétendu avoir abattu cet appareil au moment où il a franchi la frontière. Tsahal a confirmé que le drone était tombé à l’intérieur du territoire libanais, mais lorsqu’on lui a demandé si l’avion avait été abattu ou s’il s’était écrasé en raison d’un problème technique, un porte-parole de l’armée a répondu : « Il est tombé, autant que je sache ».

Le Hezbollah soutenu par l’Iran, considéré comme une organisation terroriste par Israël et les États-Unis, est également un acteur politique majeur au Liban et un bailleur de fonds clé du gouvernement en Syrie déchirée par la guerre.

Israël et le Hezbollah, qui ont mené une guerre d’un mois en 2006, ont indiqué qu’ils ne voulaient pas se lancer dans la guerre, mais s’opposent ces dernières semaines, après la promesse du Hezbollah de riposter en cas de frappe.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...