Rechercher

Nasrallah : Si Israël attaque l’Iran, le Hezbollah ne combattra pas nécessairement

Israël et les États-Unis craignent une guerre avec le régime islamique, estime le chef chiite, qui met en garde contre une réponse iranienne "très intense et dure" en cas d'attaque

Hassan Nasrallah, dirigeant du Hezbollah. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
Hassan Nasrallah, dirigeant du Hezbollah. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé mardi qu’Israël n’était pas sérieux quant à une attaque de l’Iran. Mais si c’est le cas, a-t-il dit, son groupe terroriste libanais ne ripostera pas automatiquement au nom de Téhéran, et décidera s’il doit ou non s’impliquer.

Dans une interview accordée à la télévision d’État iranienne, le chef de l’organisation chiite soutenue par l’Iran a semblé tenter d’affirmer l’indépendance du Hezbollah vis-à-vis de Téhéran, tout en affirmant qu’Israël avait peur d’entrer en guerre contre l’un ou l’autre.

« L’Iran est une puissance régionale forte, et toute guerre avec l’Iran fera exploser toute la région », a-t-il déclaré, selon Naharnet.

Au milieu des critiques domestiques libanaises, selon lesquelles son groupe agit dans l’intérêt de Téhéran et non dans celui du Liban, il a mis au défi quiconque de « nous parler d’un seul acte que le Hezbollah a fait pour le bien de l’Iran plutôt que pour le bien du Liban ».

Le président américain Joe Biden (à gauche) et le guide suprême iranien Ali Khamenei. (Crédit : Collage, AP)

Il a nié que l’ambassade d’Iran à Beyrouth ait été impliquée dans les prises de décisions du Hezbollah.

Nasrallah a estimé que les États-Unis craignaient d’entrer en guerre avec l’Iran, affirmant qu’ils étaient incapables de stopper le programme nucléaire de Téhéran. Il a également mis en garde contre une réponse iranienne « très intense et dure » si Israël venait à attaquer l’Iran.

« L’Iran ne plaisante avec personne », a-t-il déclaré, selon Press TV.

Il a affirmé que les missiles à guidage de haute précision du Hezbollah étaient répartis dans tout le Liban, de sorte qu’Israël devrait lancer une guerre à grande échelle pour les détruire.

Un drone du Hezbollah abattu par l’armée israélienne après avoir franchi la frontière israélienne, le 4 janvier 2022. (Forces de défense israéliennes)

Il a également accusé Israël d’avoir peur d’entrer en guerre contre le Hezbollah.

« Si le régime israélien était certain qu’il serait victorieux dans une guerre avec le Hezbollah, il n’hésiterait pas ne serait-ce qu’un instant », a déclaré Nasrallah.

Il a également affirmé que les vols de drones israéliens au-dessus du Liban ont été « considérablement réduits » en raison de l’amélioration des défenses aériennes du Hezbollah.

Nasrallah a ajouté qu’il s’opposait au partage du gaz offshore avec Israël et ne se souciait pas vraiment des négociations entre Beyrouth et Jérusalem sur la détermination des zones économiques exclusives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...