Rechercher

Conflit maritime libanais: L’émissaire américain rencontre la ministre de l’Energie

Amos Hochstein s'entretiendra également avec des responsables libanais à Beyrouth ; les deux pays ont annoncé la semaine dernière qu'ils étaient prêts à reprendre les pourparlers

Une corvette de la marine israélienne Saar 5 protège une plateforme d'extraction de gaz naturel au large des côtes israéliennes, dans une photographie sans date. (Crédit : Armée israélienne)
Une corvette de la marine israélienne Saar 5 protège une plateforme d'extraction de gaz naturel au large des côtes israéliennes, dans une photographie sans date. (Crédit : Armée israélienne)

L’émissaire américain pour l’Energie, Amos Hochstein, a rencontré dimanche la ministre israélienne de l’Energie, Karine Elharrar, dans le cadre des efforts déployés par les États-Unis pour servir de médiateur dans un conflit frontalier maritime entre Israël et le Liban.

Hochstein devait également se rendre à Beyrouth pour rencontrer des responsables libanais à ce sujet. Sa visite intervient après qu’Israël et le Liban ont annoncé la semaine dernière leur intention de reprendre les négociations sur une zone d’environ 860 kilomètres-carrés de la mer Méditerranée revendiquée par les deux pays, qui affirment qu’elle se trouve dans leurs zones économiques exclusives.

Les deux États ont entamé des pourparlers indirects par l’intermédiaire d’un médiateur américain en 2020 sur une base de maintien de la paix de l’ONU à Naqoura, au Liban, mais les discussions ont achoppé à plusieurs reprises.

Le dernier cycle de pourparlers a eu lieu en mai dernier. Le Liban s’est enfoncé dans une crise économique et financière qui a débuté fin 2019 – point culminant de décennies de corruption et de mauvaise gestion de la part de la classe politique.

Le petit pays méditerranéen est impatient de résoudre son différend frontalier avec Israël, ouvrant la voie à d’éventuels accords lucratifs sur le pétrole et le gaz.

En novembre, le site d’information Axios a rapporté que Hochstein avait informé Israël et le Liban que s’ils ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur un compromis, il mettrait fin à sa participation aux pourparlers.

Il a suggéré aux importants responsables israéliens, lors d’une visite en Israël, qu’ils devaient conclure un accord avant les élections législatives de mars 2022 au Liban, selon l’article qui a cité des responsables israéliens.

Hochstein était également à Beyrouth un mois plus tôt, où il avait poursuivi ses efforts pour relancer les pourparlers en suspens. L’émissaire d’origine israélienne a également déclaré aux responsables qu’il ne prévoyait pas de reprendre les pourparlers conjoints qui avaient eu lieu sur une base de l’ONU, à la frontière. Au lieu de cela, il s’est dit prêt à rencontrer chaque partie de manière indépendante, ajoutant qu’il présenterait ensuite une proposition de rapprochement.

« Hochstein nous a dit qu’il n’allait pas présenter une proposition qui plaira aux deux parties, mais le contraire – que les deux n’aimeront pas. Mais si, dans trois ou quatre mois, il voit que les parties ne sont pas disposées à accepter l’accord, il abandonnera tout et ne s’occupera plus de cette question », a déclaré un haut fonctionnaire israélien à Axios.

Hochstein cherche à amener les deux parties à faire des compromis sérieux, ont indiqué les responsables, notant que les deux pays souhaitent résoudre le différend malgré les tensions qui les opposent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...