Netanyahu à Abbas : cessez de payer les terroristes, renvoyez le conseiller qui incite à la violence
Rechercher

Netanyahu à Abbas : cessez de payer les terroristes, renvoyez le conseiller qui incite à la violence

Dans un message vidéo au président de l’AP, le Premier ministre l’exhorte à “enseigner la tolérance, pas le terrorisme”, parce que “défendre le génocide n’est pas cohérent avec la paix”

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté vendredi le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas à cesser de soutenir financièrement les terroristes, à renvoyer les responsables palestiniens qui encouragent ouvertement le meurtre d’Israéliens juifs, et à désavouer les cérémonies rendant hommage aux assassins.

Dans une vidéo publiée sur YouTube, avec des sous-titres en arabe, le Premier ministre a déclaré que « ces dernières années, vous avez refusé de me rencontrer, de vous asseoir et de négocier la paix, j’espère que vous entendrez ce message. »

Il a pointé le conseiller d’Abbas et membre du Comité central du Fatah qui le mois dernier avait déclaré au site d’informations palestinien Donia al-Watan que, « quand vous trouvez un Israélien, tranchez-lui la gorge. »

« D’abord, votre conseiller, Sultan Abu al-Einein, a récemment appelé à trancher la gorge de chaque Israélien. Trois jours après, un terroriste palestinien a transformé ces paroles en actes quand il a tranché la gorge d’une belle petite fille de 13 ans, Hallel Yaffa Ariel, pendant qu’elle dormait. Elle était une petite fille innocente. Elle ne méritait pas ça », a déclaré le Premier ministre dans un message apparemment enregistré dans son bureau de Jérusalem.

Sultan Abu al-Einein, conseiller du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et membre du Comité central du Fatah. (Crédit : capture d'écran MEMRI)
Sultan Abu al-Einein, conseiller du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et membre du Comité central du Fatah. (Crédit : capture d’écran MEMRI)

« Je vous demande de renvoyer ce conseiller, parce que défendre le génocide n’est pas cohérent avec la paix. »

« C’est notre peuple qui chaque jour se fait massacrer par les Israéliens sous les ordres directs du gouvernement israélien », a répliqué Sultan Abu al-Einein dans un communiqué.

Il aussi critiqué les « rabbins qui appellent à tuer des Palestiniens » et la ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked, « qui appelle à tuer les femmes et les enfants palestiniens dans le ventre de leur mère ».

Il a également souligné le récent hommage rendu par le Fatah, parti d’Abbas, à un attentat terroriste en 1972 à l’aéroport de Lod (devenu aéroport Ben Gurion), pendant lequel 24 personnes (huit Israéliens et 16 touristes) ont été tuées quand des membres de l’Armée rouge japonaise recrutés par un groupe terroriste palestinien avait ouvert le feu et lancé des grenades.

« Votre parti a récemment rendu hommage sur Facebook à un terroriste qui a tué 24 civils, des Israéliens innocents, de sang-froid, a déclaré Netanyahu. Je vous demande de prendre votre téléphone et de demander au gestionnaire de communauté de votre parti de cesser de rendre hommage à des meurtriers de masse. Des enfants impressionnables lisent ces posts. On devrait leur apprendre l’harmonie, pas la haine. De telles paroles nuisent sérieusement aux chances de paix. »

Le Fatah avait marqué l’anniversaire de l’attaque en mai, publiant des images des attaquants sur Facebook, avec une légende disant : « Un millier d’hommages au combattant et camarade japonais Kozo Okamoto, le héros de l’opération de l’aéroport de Lod. »

Avec une photo de l'attaque montrant des mares de sang sur le sol près d'un bagage déchiré, le Fatah a envoyé ses "hommages" au "héros" survivant de l'attaque, le meurtrier Kozo Okamoto, sur Facebook, le 17 mai 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)
Avec une photo de l’attaque montrant des mares de sang sur le sol près d’un bagage déchiré, le Fatah a envoyé ses « hommages » au « héros » survivant de l’attaque, le meurtrier Kozo Okamoto, sur Facebook, le 17 mai 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)

Le Premier ministre a également fustigé les projets de commémoration d’une explosion en 1975 à Jérusalem, quand un réfrigérateur rempli d’explosifs avait tué 15 personnes au Kikar Sion.

« La semaine prochaine, l’Autorité palestinienne dédiera un monument à Abu Sakar. Abu Sakar a assassiné 15 personnes en faisant exploser un réfrigérateur rempli d’explosifs dans une rue passante de Jérusalem, a-t-il déclaré. Plutôt que de dédier une statue à un assassin, je vous demande d’envisager d’honorer un défenseur de la coexistence. Cela aidera à éduquer les générations futures à aimer la paix plutôt que la guerre, la compassion plutôt que la violence. Cela aidera également à convaincre les Israéliens qu’ils ont un vrai partenaire pour la paix. »

Enfin, Netanyahu a critiqué l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) pour son soutien financier aux familles des terroristes tués pendant qu’ils menaient des attaques. Ce sujet est devenu une source de pression sur l’AP, qui fournit l’argent que l’OLP distribue aux familles.

Israël a déclaré qu’elle déduirait à partir du mois prochain les sommes données aux familles de terroristes sur les transferts mensuels des taxes et frais de douanes qu’il collecte au nom de l’AP. Les Etats-Unis et la Norvège ont exprimé leur préoccupation sur cette pratique.

« L’OLP paie actuellement un salaire mensuel à quiconque assassine des juifs, a déclaré Netanyahu. Cet argent fournit une incitation directe au terrorisme. Je vous demande de cesser de payer les meurtriers et d’utiliser à la place cet argent pour financer l’éducation à la coexistence, apprendre la tolérance, et pas le terrorisme. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu  (à gauche) avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de la photo de famille de la COP21, la conférence des Nations unies sur le changement climatique, au Bourget , le 30 novembre 2015 (Crédit : Martin Bureau/Pool/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de la photo de famille de la COP21, la conférence des Nations unies sur le changement climatique, au Bourget , le 30 novembre 2015 (Crédit : Martin Bureau/Pool/AFP)

Le Premier ministre a conclu en faisant un serment pour la paix, un objectif sur lequel il a dit travailler « sans cesse », et a exhorté Abbas à faire de même, pour le salut des générations futures des deux côtés.

« Chaque enfant israélien et chaque enfant palestinien méritent une vie d’espoir, de tranquillité et d’opportunité, a déclaré Netanyahu. Je continuerai à travailler sans cesse pour la paix. Il est temps que vous rejoigniez cet effort. »

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...