Netanyahu appelle à l’équité dans le procès pour le soldat de Hébron
Rechercher

Netanyahu appelle à l’équité dans le procès pour le soldat de Hébron

Le Premier ministre espère que la Cour trouvera un "équilibre" entre l'assassinat par Elor Azaria d'un terroriste palestinien neutralisé et le contexte dans lequel il a agi

Benjamin Netanyahu reçoit le Premier ministre de Singapour, le 19 avril 2016 (Crédit : YouTube/Times of Israel)
Benjamin Netanyahu reçoit le Premier ministre de Singapour, le 19 avril 2016 (Crédit : YouTube/Times of Israel)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé mardi à l’équilibre dans la procédure judiciaire initiée contre un soldat de l’armée israélienne accusé d’homicide involontaire pour avoir tué un attaquant palestinien blessé et désarmé à Hébron le mois dernier.

Le procès du Sgt. Elor Azarya a suscité une importante controverse et a enflammé les tensions politiques en Israël, certains partisans d’extrême droite et hommes politiques accusant l’administration de la défense d’abandonner l’un des leurs.

« En tant que père d’un soldat et en tant que Premier ministre, je voudrais le répéter : ‘L’armée israélienne soutient ses soldats' », a déclaré Netanyahu au début d’une rencontre avec le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong.

« Je suis convaincu que l’examen de l’incident à Hébron se fera de façon responsable et intelligente. Connaissant le système de justice militaire, je suis convaincu que le tribunal prendra en considération toutes les circonstances de l’incident », a-t-il ajouté.

Nos soldats ne sont pas des assassins. Ils prennent des mesures contre les meurtriers, et j’espère qu’un équilibre sera trouvé entre cette action et le contexte général de l’incident. En attendant, je suggère que tout le monde se calme », a conclu M. Netanyahu.

Azaria, 19 ans, a été filmé tirant dans la tête d’Abdel Fattah al-Sharif, 21 ans, le 24 mars dernier, quelques minutes après que Sharif et un autre assaillant poignardent et blessent légèrement un soldat à Tel Rumeida, une enclave israélienne de la ville d’Hébron en Cisjordanie. Les deux assaillants ont été tués – le premier a été tué par un officier de l’armée au cours de leur attaque, tandis que Sharif a été blessé.

Azaria a été inculpé pour homicide involontaire par un tribunal militaire lundi.

Elor Azaria, le soldat israélien qui a abattu un attaquant palestinien désarmé et neutralisé en mars 2016 à Hébron devant la cour militaire de Jaffa, le 18 avril 2016. (Crédit : Flash90)
Elor Azaria, le soldat israélien qui a abattu un attaquant palestinien désarmé et neutralisé en mars 2016 à Hébron devant la cour militaire de Jaffa, le 18 avril 2016. (Crédit : Flash90)

La ministre de la Justice Ayelet Shaked a accusé l’armée israélienne d’enfreindre la loi militaire dans son traitement de l’affaire pour cause de fuite des détails de l’enquête, avant que celle-ci ne soit achevée.

« Cela n’aurait jamais dû se produire. C’est ce qui a provoqué tout ce gâchis », a-t-elle dit mardi à la radio Galei Israel. « La police militaire aurait dû enquêter discrètement sur cette affaire pour permettre au tribunal de déterminer seul le résultat final. »

Tout au long de l’enquête, un certain nombre de détails – y compris les commentaires d’Azaria concernant le fait que l’assaillant devrait être tué – ont été divulgués aux médias israéliens. L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires sur les détails divulgués.

Malgré la forte condamnation des actions d’Azaria par de hauts gradés, des milliers de personnes ont manifesté en faveur du soldat lors d’un certain nombre de rassemblements à travers le pays pour exiger sa libération par Tsahal.

Un grand rassemblement de soutien à Azaria est prévu mardi soir sur la Place Rabin de Tel Aviv, tandis que plusieurs députés s’interrogent sur les dommages qu’une telle manifestation pourra causer à l’armée.

Lundi, deux des trois stars de la pop qui devaient participer à la manifestation, David D’or et Eyal Golan, ont annulé leurs performances après avoir subi la pression du public sur la nature hautement politisé de l’événement.

Bien qu’elle n’ait pas approuvé de manière explicite le rallye, Shaked a déclaré mardi qu’elle « n’a pas de problème avec les gens qui souhaitent exprimer leur opinion à ce sujet. »

Azaria maintient qu’il croyait que Sharif portrait une ceinture explosive et qu’il lui a tiré dessus par crainte que ce dernier ne l’active. Mais les procureurs militaires ont déclaré que le comportement du soldat au vu de scène ne révèle pas ce genre de préoccupation.

La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, au ministère de la Justice, à Jérusalem, le 17 mai 2015 (Crédit : Flash90/Dudi Vaknin/Pool)
La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, au ministère de la Justice, à Jérusalem, le 17 mai 2015 (Crédit : Flash90/Dudi Vaknin/Pool)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...