Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Netanyahu aux leaders grec et néerlandais : les civilisations doivent s’unir contre le Hamas

Le Premier ministre grec espère que la guerre n'aura pas un "coût humanitaire trop élevé" ; le Premier ministre néerlandais déclare que les dirigeants doivent "discuter de la meilleure façon d'aller de l'avant"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans son bureau à Jérusalem, le 23 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans son bureau à Jérusalem, le 23 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte se sont tous deux rendus en Israël lundi. Il s’agit de la dernière visite en date d’un cortège de dirigeants étrangers qui ont effectué des visites de solidarité depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de deux semaines.

La semaine dernière, le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont tous rendus en Israël et ont rencontré le premier ministre Benjamin Netanyahu. Dimanche, la première ministre italienne, Giorgia Meloni, a fait le voyage, et le président français, Emmanuel Macron, devrait arriver mardi.

« Je dis toujours que la meilleure chose à faire pour se tenir aux côtés d’Israël est de se tenir en Israël », a déclaré Netanyahu à Mitsotakis lors d’une réunion au bureau du Premier ministre à Jérusalem. « Et c’est ce que vous faites. J’apprécie votre solidarité, celle de votre gouvernement et du peuple grec en ces heures les plus sombres. »

Mitsotakis a déclaré à Netanyahu qu’il se rendait en Israël « non seulement en tant qu’allié, mais aussi en tant que véritable ami ». Les atrocités commises par le Hamas contre Israël le 7 octobre étaient « vraiment horribles, et la Grèce, dès le premier instant, a défendu et soutenu le droit d’Israël à se défendre conformément au droit international ».

Le dirigeant grec a déclaré qu’Athènes continuerait à soutenir Israël, espérant que « quoi qu’il arrive, cela se passera sans trop de coûts humanitaires. Mais vous pouvez compter sur notre soutien et notre aide ».

Netanyahu a répété à Mitsotakis ce qu’il a déjà déclaré à de nombreux dirigeants étrangers au cours des deux dernières semaines : « C’est une bataille contre la civilisation. C’est la civilisation contre la barbarie. Nous sommes du côté de la civilisation. Nous devons nous unir, tous ensemble, contre le Hamas, qui est l’Etat islamique ».

Plus tard dans la journée de lundi, Netanyahu a également rencontré Rutte à Jérusalem, répétant ses affirmations selon lesquelles il assimilait le Hamas au groupe terroriste Etat islamique et que les nations civilisées devaient s’unir pour détruire le groupe terroriste.

« Tout comme le monde s’est uni pour vaincre l’État islamique, le monde doit s’unir contre le Hamas, s’unir avec Israël pour les vaincre », a déclaré Netanyahu à son homologue néerlandais, en soulignant la « sauvagerie inimaginable » du Hamas. « J’ai connu des guerres. J’ai vu des choses horribles. Je n’ai jamais vu des choses aussi horribles », a-t-il ajouté.

Mark Rutte a déclaré à son homologue israélien qu’il avait « du respect pour ce que votre équipe fait pour tenter de repousser cette attaque et de rétablir la sécurité d’Israël ».

Le dirigeant néerlandais a ajouté que l’attaque du Hamas était « horrible. C’est horrible. Et nous allons discuter de la meilleure façon d’aller de l’avant ».

Rutte a également rencontré lundi le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Aucun détail de leur conversation n’a été communiqué l’immédiat.

Macron devrait arriver à Tel Aviv mardi et rencontrer Netanyahu ainsi que le président Isaac Herzog.

On ignore pour le moment si Macron rencontrera également Abbas ou les familles des citoyens français dont les proches ont été tués ou pris en otage par le Hamas.

Au moins 30 citoyens français figuraient parmi les quelque 1 400 personnes assassinées en Israël par les terroristes du Hamas lors de leur massacre brutal du 7 octobre. Sept citoyens français sont toujours portés disparus : il a été confirmé que l’un d’entre eux, une Française, faisait partie des 224 otages au moins pris par le Hamas.

Macron a déclaré que les personnes portées disparues étaient présumées otages, mais cela n’a pas encore été confirmé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.