Netanyahu brandit le spectre d’un Iran « 1 000 fois plus dangereux » que l’EI
Rechercher

Netanyahu brandit le spectre d’un Iran « 1 000 fois plus dangereux » que l’EI

Le Premier ministre dénonce le danger que représente un Iran nucléaire tandis que les négociations reprennent

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 23 septembre 2014 (crédit : Haim zach/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 23 septembre 2014 (crédit : Haim zach/GPO/Flash90)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a brandi mardi le spectre d’un Iran « mille fois plus dangereux » que l’organisation Etat islamique si les grandes puissances lui permettent de posséder la bombe atomique, ont rapporté ses services.

« Aussi terrifiant que soit l’EI, l’Iran, premier Etat terroriste de notre époque, sera, une fois qu’il aura acquis l’arme nucléaire, cent fois plus dangereux, mille fois plus dangereux et plus destructeur que l’EI », a dit Netanyahu le jour où devaient se tenir de nouvelles discussions en vue d’un accord international sur le nucléaire iranien.

« Les discussions du P5+1 sont en train de reprendre, et je crains de leur part une précipitation vers ce que je considère comme un très mauvais accord », a dit Netanyahu. Il a répété que, selon lui, l’accord qui se profile non seulement « pave la voie vers la bombe pour l’Iran, mais remplit les caisses iraniennes de dizaines de milliards de dollars qui lui serviront à poursuivre sa politique d’agression à travers le Moyen-Orient ».

Il faisait référence aux sommes qui seraient réinjectées dans l’économie iranienne en cas de levée des sanctions internationales.

« Il faut combattre ISIS. Il faut aussi stopper l’Iran », a-t-il dit à l’occasion d’une rencontre avec le sénateur américain Bill Cassidy.

Netanyahu est depuis des mois l’un des plus farouches détracteurs des termes de l’accord qui pourrait être conclu entre l’Iran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne).

Ces derniers tentent depuis plus de 20 mois de conclure avec l’Iran un accord qui garantirait le caractère uniquement pacifique du programme nucléaire de la République islamique et lèverait en contrepartie les sanctions internationales.

L’Iran et les grandes puissances ont conclu le 2 avril un accord-cadre ouvrant la voie à un accord final d’ici au 30 juin. Une séance de discussions entre les experts politiques et techniques des deux parties pour rédiger le texte de l’accord était prévue ce mardi à Vienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...