Rechercher

Netanyahu convoque le Trésor alors que le déficit atteint les 9 MDS de shekels

Le ministère des Finances a enregistré une forte hausse de la dette nationale qui menace le plan sur dix ans prévu par le Premier ministre pour augmenter les dépenses de la Défense

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Moshe Kahlon à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, en août 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/IsraeliPM)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Moshe Kahlon à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, en août 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/IsraeliPM)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé mardi à une réunion en urgence avec le ministre des Finances Moshe Kahlon pour évoquer le déficit budgétaire croissant qui menace une augmentation programmée des dépenses dans le secteur de la Défense, a fait savoir Haaretz.

Le ministère des Finances a annoncé lundi que le déficit du budget de l’Etat s’élevait à 9 milliards de shekels, ce qui représente approximativement 3,6 % du PIB – le taux le plus élevé depuis des années et presque 1 % de plus que le déficit cumulé de 2,5 % au mois de septembre.

Netanyahu qui, au début de l’année, avait dévoilé son « Concept de sécurité 2030 » appelant à investir des centaines de millions de shekels dans la modernisation de l’armée israélienne, a convoqué une réunion avec ses conseillers économiques après la rencontre du cabinet de dimanche pour tenter de libérer des fonds pour les dépenses de la Défense.

Lors de la rencontre, le directeur-général du ministère des Finances Shai Babad avait informé le Premier ministre qu’il y avait peu de marge dans le budget permettant de verser des fonds supplémentaires à l’armée, notant le déficit en hausse. Kahlon était, pour sa part, absent.

Netanyahu et Babad se sont affrontés au sujet de l’accord récent conclu par le ministère avec les retraités de la police et des services des prisons israéliennes, permettant de faire correspondre leurs salaires et leurs pensions à ceux des personnels militaires de carrière.

Le Premier ministre a déclaré que l’accord tout entier devait être réexaminé, même si des sources ont ultérieurement dit à Haaretz que Netanyahu ne remettrait pas en cause les hausses accordées.

Au mois d’août, Netanyahu avait présenté le « Concept de sécurité 2030 » au cabinet, un plan visant à faire passer les dépenses du secteur de la Défense de 0,2 % à 0,3 % du PIB. Ce dernier s’élève actuellement à 316 milliards de dollars et l’augmentation en faveur des militaires atteindrait donc un montant compris entre 630 millions et 950 millions de dollars.

Netanyahu avait affirmé à ce moment-là que le territoire israélien était entouré de pays hostiles et que « ses besoins en sécurité étaient bien plus importants que n’importe quel autre Etat de taille similaire ».

Dans un message vidéo posté sur les réseaux sociaux, il avait ajouté que des dépenses plus importantes en matière de défense étaient nécessaires pour garantir plus de croissance économique.

Des investissements sécuritaires supplémentaires seraient destinés à renforcer les capacités offensives et de cyber-défense du pays, en modernisant les systèmes antimissiles, en réexaminant les mesures de protection sur le front intérieur et en achevant les travaux sur les barrières frontalières, avait-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...