Netanyahu déconseille de renouer avec l’Iran
Rechercher

Netanyahu déconseille de renouer avec l’Iran

Pour le Premier ministre, le monde a besoin d'une "politique sans compromis" pour bloquer le nucléaire de Téhéran, alors que Biden voudrait négocier avec la République islamique

Le vice-président américain Joseph Biden, (à gauche), et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) discutent avant un dîner à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le mardi 9 mars 2010. (AP Photo/Baz Ratner, Pool)
Le vice-président américain Joseph Biden, (à gauche), et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) discutent avant un dîner à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le mardi 9 mars 2010. (AP Photo/Baz Ratner, Pool)

Dans un message apparemment adressé au président américain désigné Joe Biden et à son équipe, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a mis en garde dimanche contre un réengagement avec l’Iran sur l’accord nucléaire de 2015.

« Nous ne permettrons pas à l’Iran de se doter d’armes nucléaires », a déclaré M. Netanyahu lors d’un événement annuel à la mémoire du premier Premier ministre israélien, David Ben Gurion, dans le kibboutz Sde Boker, au sud du pays, où vivait Ben Gurion.

« Il ne peut y avoir de retour au précédent accord nucléaire. Nous devons nous en tenir à une politique intransigeante pour garantir que l’Iran ne développera pas d’armes nucléaires », a déclaré M. Netanyahu.

Le monde doit mettre fin au « comportement agressif de l’Iran, en particulier à son soutien au terrorisme », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Benjmin Netanyahu prend la parole lors de la cérémonie annuelle de commémoration du premier Premier ministre israélien, David Ben Gurion, au kibboutz Sde Boker, le 22 novembre 2020 (Haim Zach / GPO)

Netanyahu a déclaré que la position d’Israël envers l’Iran a joué un rôle dans le réchauffement des liens de Jérusalem avec le monde arabe. Au cours des derniers mois, Israël a conclu des accords de normalisation historiques avec trois États arabes – les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan.

« Grâce à notre position déterminée contre la nucléarisation de l’Iran, et à notre opposition à l’accord nucléaire avec l’Iran », a déclaré M. Netanyahu, « de nombreux pays arabes ont fondamentalement changé leur approche vis-à-vis d’Israël ».

Les remarques de Netanyahu dimanche ont fait écho à son opposition farouche à l’accord de 2015 lorsqu’il était en cours de négociation par l’administration Obama, et contrastent fortement avec la promesse de Biden de « réintégrer » l’accord.

En mars 2015, Netanyahu a averti dans un discours cinglant prononcé devant les chambres réunies du Congrès que l’accord nucléaire qui se dessinait alors entre l’Iran et les puissances occidentales « ouvrait la voie » à un arsenal nucléaire, plutôt que de le bloquer, et a exhorté les dirigeants américains à se retirer de ce qu’il a appelé « un très mauvais accord ».

Le discours avait publiquement souligné les profondes divergences entre Netanyahu et le président Barack Obama sur la manière de contrecarrer les ambitions de l’Iran en matière d’armes nucléaires, Netanyahu dénonçant l’accord soutenu par Obama lorsqu’il a été finalisé plus tard dans l’année comme une « erreur historique pour le monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...