Netanyahu et Gantz se sont entretenus sur le gouvernement d’unité d’urgence
Rechercher

Netanyahu et Gantz se sont entretenus sur le gouvernement d’unité d’urgence

Le chef du Likud a affirmé que l'inclusion de "partisans du terrorisme" – en référence à la Liste arabe unie – au gouvernement est impossible, même en pleine crise de coronavirus

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Jeudi soir, les dirigeants des partis du Likud et de Kakhol lavan ont échangé par téléphone concernant la possibilité de mettre en place un gouvernement d’urgence, alors qu’ils tentaient d’oublier leurs différends afin de pouvoir gérer plus efficacement la pandémie de coronavirus qui secoue le pays et le reste du monde.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le leader de Kakhol lavan, Benny Gantz, ont exprimé leur soutien à une coalition d’unité compte tenu des circonstances. Il n’était néanmoins pas clair si les deux partis s’étaient mis d’accord au sujet d’une éventuelle inclusion de la Liste arabe unie à ce gouvernement.

Tous deux ont déclaré plus tôt dans la soirée qu’ils étaient prêts à entamer des négociations concernant la formation d’un gouvernement d’unité d’urgence afin de se concentrer sur la lutte contre la pandémie de coronavirus qui a paralysé l’économie et la vie publique en Israël.

Israël a organisé trois élections en moins d’un an – le dernier vote de la semaine dernière semblant conduire vers une nouvelle impasse, alors que Netanyahu comme Gantz pourrait ne pas parvenir à former une majorité parlementaire.

Netanyahu a déclaré à Gantz jeudi soir qu’ils devraient entamer des pourparlers sur la mise en place immédiate d’un gouvernement, selon des médias vendredi matin, affirmant qu’un leadership était nécessaire compte tenu de la menace sanitaire.

Cependant, il a ajouté que « les partisans du terrorisme ne pouvaient pas faire partie du gouvernement – ni en temps normal ni en cas d’urgence », en utilisant une expression souvent employée par son parti pour décrire la Liste arabe unie ou des éléments au sein de cette alliance.

Dans un court communiqué envoyé vendredi par un porte-parole, Gantz a déclaré avoir exhorté Netanyahu à demander à des équipes de chaque parti d’entamer des négociations dès jeudi soir « afin d’étudier la mise en place d’un gouvernement d’urgence large et national afin de combattre le propagation du coronavirus ».

« Je l’ai informé que, dans tous les cas, je compte favoriser tout projet lié au bien des citoyens à ce sujet », a-t-il ajouté.

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz tient une conférence de presse à Kfar Maccabia, le 7 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Gantz avait déclaré plus tôt qu’il était prêt à discuter d’un gouvernement d’urgence, mais a ajouté que celui-ci devrait inclure des éléments de tous les bords politiques.

« Kakhol lavan, sous ma direction, a jusqu’à présent et continuera de soutenir la lutte commune contre l’épidémie de coronavirus et ses conséquences », a écrit Gantz sur Facebook. « Au vu de la situation, nous sommes prêts à discuter de la formation d’un large gouvernement d’unité nationale dans lequel seraient représentés tous les partis du Parlement. Nous mettrons tout en œuvre afin de faire avancer cette idée au profit des citoyens israéliens et du pays. »

La mention de représentation de « tous les partis du Parlement » a été largement interprétée comme un signe que Gantz insisterait pour l’inclusion de la Liste arabe unie dans un gouvernement d’urgence.

Jeudi, le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a critiqué Netanyahu, estimant qu’il continuait à faire de « l’incitation contre 20 % de la population [la minorité arabe du pays] pendant une crise sanitaire mondiale ».

« Il n’y a pas un seul hôpital qui compte une majorité de personnels juifs. Si nous pouvons sauver des vies, nous pouvons également prendre des décisions », a-t-il ajouté dans un tweet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...