Netanyahu fermerait la Radio de l’armée si la droite n’est pas mieux représentée
Rechercher

Netanyahu fermerait la Radio de l’armée si la droite n’est pas mieux représentée

Pour le Premier ministre, la station ne peut pas exister en l'absence de plus d'animateurs conservateurs et soutient l'un d'entre eux, un détracteur régulier de Benny Gantz

Image illustrative des radiodiffuseurs au siège de la radio militaire à Jaffa, le 27 mars 2014. (Tomer Neuberg / Flash 90)
Image illustrative des radiodiffuseurs au siège de la radio militaire à Jaffa, le 27 mars 2014. (Tomer Neuberg / Flash 90)

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pris pour cible la Radio de l’armée dans sa guerre contre les médias, l’accusant de faire campagne pour son éviction du pouvoir et semblant la menacer de fermeture si elle ne donne pas plus de place à des voix de la droite.

Le chef du gouvernement, visé par des accusations de corruption et d’abus de confiance après des tentatives d’achat d’une couverture médiatique favorable, a accusé la station de livrer une campagne contre lui en collaboration avec la gauche, rappelant ainsi le président américain Donald Trump.

« Il y a une limite à la police de la pensée de la gauche et au bâillonnement des voix, » a chargé Netanyahu sur Twitter. « Nous ne sommes pas en Corée du Nord. Si la droite ne peut pas s’exprimer — la Radio de l’armée n’a pas le droit d’exister. »

Celui qui officie également comme ministre de la Défense dispose d’un contrôle considérable sur la radio militaire, qui fait techniquement partie de Tsahal, mais compte néanmoins un directeur et quelques employés issus de la société civile.

Il a accusé la station de travailler pour le compte de son principal rival aux élections, Benny Gantz du parti Kakhol lavan, et soutenu l’un de ses animateurs, Yakov Bardugo, qui se montre régulièrement critique de Benny Gantz à l’antenne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une conférence des présidents des principales organisations juives américaines, à Jérusalem, le 18 février 2019. (MENAHEM KAHANA / AFP)

« À l’antenne de la Radio de l’armée, il y a un animateur qui n’est pas prêt à marcher au pas de la gauche et de sa clique,” a ajouté Netanyahu, faisant visiblement référence à Bardugo.

Il a accusé Kakhol lavan, qui compte trois anciens chefs de l’armée à sa tête, de faire pression pour chasser Bardugo de l’antenne et affirmé que d’autres intervenants faisaient campagne pour le compte de Gantz.

Yakov Bardugo (Crédit : capture écran/Youtube)

Cette semaine, Kakhol lavan a reproché à Bardugo d’être aux ordres de Netanyahu, après plusieurs semaines de critiques de la part du commentateur. Celui-ci s’est plaint que Gantz lui refusait tout interview.

« Kakhol lavan ne souhaite pas répondre aux questions de Bardugo ni participer à son émission, tout comme nous ne participons pas à des émissions en Corée du Nord. Bardugo, le représentant de Netanyahu au sein de la Radio de l’armée, utilise le temps d’antenne publique pour servir son maître », a tweeté Kakhol lavan,

Le candidat du nouveau parti Avi Nissenkorn a mis en garde Netanyahu contre la politisation de la station, qui assure informations, divertissement et musique.

« Il y a d’excellents animateurs de droite à la Radio de l’armée, et il y a d’excellents animateurs de gauche, » a ainsi déclaré Nissenkorn dans un communiqué. « Il faut juste être prudent et veiller à ce que la radio ne devienne pas un dispositif de campagne partisan. »

Un studio de la Radio de l’armée, le 4 février 2016. Illustration. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La radio militaire a commencé à émettre en 1950, en remplacement de la station antérieure à la création d’Israël, Haganah.

Elle a servi de tremplin à certains des plus célèbres journalistes du pays, dont Ilana Dayan, Yonit Levy et Nitzan Horowitz.

Avec sa double mission à la fois d’information et militaire, la station fait régulièrement l’objet de critiques des députés pour ses prises de position partisanes sur des sujets politiques et culturels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...