Netanyahu : le confinement pourrait n’être totalement levé que dans un an
Rechercher

Netanyahu : le confinement pourrait n’être totalement levé que dans un an

Netanyahu propose de renforcer le confinement en limitant les déplacements à 200 mètres du domicile ; il ordonne aux hôpitaux de se préparer à accueillir 5 000 cas graves

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti les ministres mercredi que le confinement actuel – qui limite considérablement la vie publique et ferme le système éducatif ainsi que de nombreuses entreprises, et qui limitera le droit de manifester – pourrait durer des mois, voire un an.

Le cabinet chargé du coronavirus s’est réuni pour discuter de la fixation d’objectifs et d’indicateurs en vue d’une sortie progressive du deuxième blocus national d’Israël, ainsi que des progrès réalisés en matière de vaccins et d’achat et d’utilisation de tests de dépistage rapides. La réunion a eu lieu alors que la situation sanitaire devenait de plus en plus grave, avec des milliers de nouveaux cas signalés chaque jour, des hôpitaux débordés et une augmentation constante des décès dus à la Covid-19.

Dans des fuites de la réunion rapportées dans les médias en hébreu, Netanyahu déclare au forum spécial des ministres concernés par l’épidémie en cours que « notre stratégie de sortie [du confinement] sera lente cette fois-ci, et pourrait prendre plus de six mois ou un an ».

Le gouvernement a été critiqué pour avoir levé trop rapidement les restrictions après le dernier confinement au printemps, et pour ne pas en avoir réimposé lorsque les taux d’infection ont commencé à augmenter en juillet.

Face à la montée des taux de contamination, un confinement de trois semaines a été décrété le 18 septembre, dont les conditions ont été resserrées vendredi dernier, alors que les responsables – sous la houlette de Netanyahu – prédisaient qu’il serait prolongé au-delà de la date de fin initiale.

La police met en place un barrage routier temporaire sur la rue Menachem Begin à Tel-Aviv suite au confinement dû au coronavirus, le 23 septembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Au cours de la réunion du cabinet, le Premier ministre se serait querellé avec le ministre de la Défense Benny Gantz de Kakhol lavan au sujet de la politique de confinement du gouvernement.

D’après les informations rapportées, Netanyahu a évoqué la possibilité de renforcer encore le confinement actuel, notamment en réduisant le rayon d’un kilomètre autorisé pour les déplacements à seulement 200 mètres.

Gantz aurait répondu : « Nous rendons la population folle » avec les restrictions qui changent constamment.

Cette objection aurait conduit Netanyahu à lever la voix sur son partenaire de coalition : « Vous ne me dites pas ce que nous faisons ou ne faisons pas – c’est une réunion et je veux cette discussion. En mars-avril, nous avons mis à jour les mesures constamment ».

Contrairement à Netanyahu, le ministre des Finances Israël Katz a appelé à un assouplissement du confinement et à la réouverture des entreprises qui n’ont pas d’heures d’ouverture au public immédiatement après la fête de Souccot, qui se termine le 9 octobre.

Le plan de M. Katz aurait également appelé à la réouverture immédiate de l’éducation de la petite enfance et des plus jeunes classes des écoles élémentaires afin de permettre aux parents de retourner au travail.

Le ministre des Finances Israël Katz le 17 juin 2020 (capture d’écran de Kan news)

Sous le coup du confinement, les écoles et la plupart des entreprises ont été fermées dans le but de faire baisser le taux d’infection qui a grimpé en flèche, atteignant plus de 8 000 cas par jour certains jours.

Au cours de la réunion, les ministres ont appris que le confinement n’a pas encore été mis en œuvre comme prévu, les chiffres de la circulation montrant que de nombreux citoyens ne respectent apparemment pas l’obligation de rester chez eux.

Le responsable de la lutte sanitaire, Ronni Gamzu, a suggéré d’augmenter le montant des amendes pour ceux qui ne respectent pas les consignes de fermeture des commerces ou des entreprises qui sont censées être fermées. M. Gamzu a demandé de le doubler ou, dans certains cas, de le multiplier à titre dissuasif.

Le mandat de M. Gamzu, qui a été nommé en juillet, doit prendre fin en novembre, et la Douzième chaîne a rapporté que le chef du gouvernement prévoyait de demander à l’ancien directeur général du ministère de la Santé, Gabi Barbash, de prendre la relève. Ce dernier avait été choisi pour occuper les fonctions de Ronni Gamzu du virus au début de l’année, mais a finalement refusé le poste en raison d’un conflit sur les pouvoirs qui lui seraient accordés, laissant la place à Ronni Gamzu.

Tout au long de la pandémie, Gabi Barbash a été présent presque tous les soirs aux informations de la Douzième chaîne, donnant son opinion souvent critique sur les mesures de lutte pour endiguer le virus.

Pr Gabi Barbash, ancien directeur général du centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Chaîne 12)

Toujours au cours de la réunion de mercredi, Netanyahu a chargé le ministère de la Santé de préparer le système de santé à traiter jusqu’à
5 000 patients gravement malades à la fois, soit plus de six fois ce qui est estimé être la capacité maximale actuelle des hôpitaux du pays, où l’on compte actuellement 821 patients contaminés dans un état grave.

Ce chiffre suggère qu’il n’y a pas de signe clair que la forte augmentation du taux d’infection ralentit ou s’inverse.

Le Premier ministre a fait savoir qu’il voulait que les hôpitaux soient prêts à accueillir immédiatement jusqu’à 1 500 patients gravement malades,
3 200 d’ici la mi-octobre et 5 000 d’ici novembre, selon la Douzième chaîne.

Alors que les responsables de la santé citent depuis des mois le chiffre de 800 patients gravement malades atteints de coronavirus comme le seuil maximum pour le système de santé, les hôpitaux ont régulièrement agrandi leurs services de coronavirus et formé leur personnel pour se préparer à un nombre plus élevé.

Citant les responsables de la santé, la Treizième chaîne a indiqué que les patients atteints de Covid en phase terminale meurent plus rapidement que lors de la première vague d’infections au printemps. Alors que la durée moyenne d’hospitalisation avant le décès était de 15 jours, elle est maintenant de 11 jours, selon la chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...