Netanyahu : le Hamas veut que les émeutiers de Gaza meurent
Rechercher

Netanyahu : le Hamas veut que les émeutiers de Gaza meurent

Lors d'une réunion d'un think tank à Londres, le Premier ministre a aussi dit que le régime d'Assad n'était "plus à l'abri" des représailles israéliennes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud à la Knesset le 21 mai 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud à la Knesset le 21 mai 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a défendu jeudi le recours aux tirs réels contre les émeutiers postés à la frontière avec Gaza et déclaré que le groupe terroriste palestinien du Hamas veut que les émeutiers palestiniens meurent.

Il a également lancé un avertissement à l’intention du régime syrien de Bashar el-Assad, disant que ses trompes ne sont désormais « plus à l’abri » de frappes israéliennes.

Netanyahu a été interrogé sur les ripostes de l’armée israélienne aux émeutes à Gaza par un membre du public lors d’un évènement organisé par le think tank Policy Exchange.

« Nous avons essayé les canons à eau, nous avons essayé le gaz lacrymogène », a répliqué le Premier ministre, selon le quotidien Haaretz, ajoutant que « selon nos antécédents, nous trouverons surement quelque chose ».

« La dernière chose que nous voulons, c’est la violence [ou] la confrontation » a-t-il dit.

Après une demande de précisions, Netanyahu a dit que « nous avons essayé autrement, ça ne marche pas. Le Hamas veut qu’ils meurent ».

Netanyahu, qui était à Londres pour s’entretenir avec son homologue Theresa May et le ministre des Affaires étrangères britanniques Boris Johnson, a également dit que le régime d’Assad paiera pour l’enracinement de l’armée iranienne en Syrie.

« Il n’a plus d’immunité, son régime n’est plus à l’abri. S’il nous tire dessus, nous détruirons ses forces », a-t-il dit.

« Je pense qu’un nouveau calcul doit se faire et la Syrie doit comprendre qu’Israël ne tolérera pas l’enracinement militaire en Syrie contre Israël ».

« Les forces iraniennes ne seront pas les seules à en payer les conséquences, mais le régime d’Assaf aussi », a-t-il dit, ajoutant qu’il pensait que « c’est quelque chose qu’il doit sérieusement prendre en compte ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...