Netanyahu: Les responsables européens viendront voir les archives iraniennes
Rechercher

Netanyahu: Les responsables européens viendront voir les archives iraniennes

Un haut-responsable des renseignements a indiqué qu'Israël n'avait jamais disposé d'autant de matériels en une seule fois auparavant : "Tout est très technique et très compliqué"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente les dossiers obtenus par Israël, qui prouvent que l'Iran a menti sur son programme nucléaire, au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 30 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente les dossiers obtenus par Israël, qui prouvent que l'Iran a menti sur son programme nucléaire, au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 30 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Les cosignataires européens de l’accord sur le nucléaire iranien sont désireux d’en savoir davantage sur les archives secrètes concernant le programme passé d’armes nucléaires mis en place par la République islamique, a fait savoir mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ces propos tenus devant les journalistes sont survenus au lendemain de sa révélation de l’obtention récente par le Mossad de plus de 100 000 documents volés dans un entrepôt de Téhéran et qui semblent prouver les efforts secrets livrés par l’Iran pour assembler des armes nucléaires.

« Les leaders de l’E3 – le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – disent qu’ils veulent voir ces contenus. Ils sont très intéressés à l’idée de voir ce que nous avons découvert », a dit Netanyahu aux journalistes dans son bureau de Jérusalem.

Des professionnels des renseignements de Londres, de Paris et de Berlin viendront à Jérusalem à la fin de la semaine pour examiner les informations présentées par Israël, a-t-il ajouté.

Lundi soir, Netanyahu s’est entretenu avec le président français Emmanuel Macron, le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel pour les tenir au courant des trouvailles du Mossad.

« J’ai dit à Poutine qu’il était lui aussi le bienvenu pour voir les contenus. J’ai également invité le dirigeant de la Chine et [Yukiya] Amano », le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a dit Netanyahu.

Au cours d’une présentation par moments théâtrale, lundi soir, Netanyahu a montré une collection immense de documents iraniens qui, a-t-il dit, sont la preuve de l’existence du projet AMAD, que la république islamique a gelé en 2003.

Au mois de février, des agents du Mossad sont parvenus à obtenir et à faire entrer clandestinement en Israël 55 000 documents et 183 CD sur lesquels se trouvent 55 000 documents supplémentaires et qui semblent étayer la suspicion internationale de longue date que la république islamique investissait d’importants efforts dans la fabrication de l’arme nucléaire.

« Ce qui est arrivé, ces dernières semaines, c’est que nous avons transformé des points d’interrogation en points d’exclamation », a dit Netanyahu aux journalistes. « Nous avons découvert des choses que nous pensions êtres vraies mais que nous ne pouvions pas prouver et nous avons également découvert de nouveaux éléments concernant le programme nucléaire iranien ».

Commentant la probabilité que les Etats-Unis se retirent de l’accord sur le nucléaire iranien, le 12 mai, il a ajouté que « la décision relève de la décision du président Trump et de lui seul. C’est un leader qui sait prendre des décisions et qui les prend ».

Un haut-responsable des renseignements a déclaré pour sa part qu’Israël n’avait jamais reçu une telle quantité d’informations en une seule fois que cela a été le cas au mois de févier, lorsque les agents du Mossad sont parvenus à pénétrer dans ce que Netanyahu a décrit lundi comme un « entrepôt délabré » du quartier Shorabad, dans le sud de Téhéran, faisant entrer une demi-tonne de documents en Israël.

En fait, a expliqué le responsable, Israël n’a pas saisi les archives entières parce qu’elles étaient « très lourdes » et certains documents ont été laissés.

« C’est une importante quantité d’informations », a dit le responsable des renseignements qui a été impliqué dans la planification de l’opération. « C’est un challenge pour nous d’étudier tout ce matériel – il est très technique et très compliqué ».

Les meilleurs traducteurs du Mossad travaillent encore sur ces documents, a-t-il ajouté, disant que tandis que la majorité des dossiers ont d’ores et déjà été examinés, d’autres nécessitent encore d’être étudiés et qu’il est possible que des informations plus significatives se révèlent au cours du processus.

Le responsable a rejeté les critiques de la présentation de Netanyahu qui ont affirmé que l’existence d’un programme clandestin d’armes nucléaires iranien était déjà connue et détaillée dans un rapport établi par l’Agence internationale de l’Energie atomique datant de 2011. Il a précisé que le rapport de l’agence était basé sur la révision de « plus de mille » pages de documents, tandis que l’Etat juif a mis la main sur plus de 100 000 documents.

« Ces archives nous apprennent bien plus de détails concernant le programme d’armement nucléaire iranien. Nous avons dorénavant une connaissance bien plus détaillée de ce qu’il s’est passé là-bas », a-t-il estimé.

Tandis que l’existence d’un tel programme était soupçonnée depuis longtemps, Israël a maintenant « une preuve à un degré complètement différent. Nous avons un différent niveau de preuve des programmes d’armement, et qu’ils avaient été ordonnés par les leaders iraniens. Nous avons de nombreux détails nouveaux sur l’équipement dont disposent les Iraniens, l’identité des personnes impliquées et de nombreux autres éléments. Il faudra que l’Iran les explique tous », a poursuivi le responsable.

Certains documents obtenus par Israël montrent les moyens utilisés pour fabriquer des armes nucléaires qui, pour des raisons manifestes, ne devaient pas être rendus publics, a-t-il continué.

« Mais l’Iran devra expliquer tout cela », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...