Netanyahu : pas de nouvel assouplissement tant que les cas ne reculent pas
Rechercher

Netanyahu : pas de nouvel assouplissement tant que les cas ne reculent pas

Le Premier ministre avertit qu'il rétablira les fermetures si le récent pic de cas n'est pas nivelé, affirme que le tourisme venu de l'étranger n'est pas envisagé pour l'instant

De gauche à droite : Le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, et le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem. (Capture d'écran : Twitter)
De gauche à droite : Le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, et le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem. (Capture d'écran : Twitter)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé jeudi qu’il n’y aura pas d’assouplissement des restrictions liées au coronavirus tant que la récente flambée d’infections ne sera pas résorbée, et a averti que le gouvernement recourra à de nouvelles mesures de confinement pour atteindre cet objectif.

Israël a connu une augmentation récente des cas de coronavirus en raison de la levée des directives qu’il avait prises à la mi-mars, ce qui a permis de limiter l’épidémie initiale, mais aussi paralysé presque totalement l’économie. Le gouvernement a averti à plusieurs reprises la population de continuer à respecter les consignes de distanciation sociale et d’hygiène, craignant qu’un relâchement dans le respect des consignes ne permette une nouvelle accélération de la propagation du virus.

A la date de jeudi, 19 894 Israéliens ont été diagnostiqués avec la Covid-19, la maladie causée par le coronavirus, dont 15 499 guérisons et 303 décès. Le nombre de cas actifs est passé à 4 000 jeudi matin – après avoir chuté à quelque 2 000 au début du mois -, le ministère de la Santé ayant signalé 257 nouvelles infections au cours des 24 heures précédentes.

« Il ne fait aucun doute que nous devons arrêter la maladie », a déclaré M. Netanyahu lors de la cérémonie de prise de fonction du nouveau directeur général au ministère de la Santé. « La maladie revient et nous avons, pour l’instant, fini d’ouvrir davantage l’économie ».

« Rien ne peut remplacer le changement des habitudes de la population », a-t-il ajouté. « Si cela n’arrive pas, nous serons obligés de prendre des mesures plus agressives. Cela comprend le confinement, un confinement de répit, que nous allons commencer immédiatement, et aussi des actions générales pour la population », a-t-il dit, sans s’étendre sur le sujet.

« Nous devons à nouveau aplatir la courbe et nous prendrons les mesures nécessaires pour que cette hausse soit stoppée », a-t-il averti.

Moshe Bar Siman-Tov, directeur-général du ministère de la Santé, lors d’une conférence de presse au sujet du coronavirus au ministère de la Santé de Jérusalem, le 31 mai 2020 (Crédit : Flash90)

« À ce stade, il y a la question du transport aérien, mais nous n’avons pas l’intention d’ouvrir quoi que ce soit de sitôt », a indiqué le Premier ministre.

Bien que certaines compagnies aériennes aient repris leurs vols, Israël continue d’interdire l’entrée dans le pays à presque tous les non-Israéliens et impose aux ressortissants de retour une quarantaine de deux semaines après leur arrivée.

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée dans le bâtiment du ministère, le professeur Chezy Levy a succédé à Moshe Bar Siman-Tov, qui a dirigé la lutte initiale contre la pandémie, en tant que directeur général du ministère de la Santé.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein était également présent, tout comme son prédécesseur Yaakov Litzman, qui a été nommé ministre du Logement lors de la prestation de serment du nouveau gouvernement le mois dernier. Ce dernier a été critiqué pour avoir semblé laisser Moshe Bar Siman-Tov prendre l’initiative dans la gestion de l’épidémie.

Le Premier ministre l’a remercié pour sa gestion de la crise du virus, en déclarant que « à chaque fois que nous avons parlé, j’ai toujours su que j’obtiendrais des informations précises et une déclaration véridique de votre meilleur jugement ».

Yuli Edelstein lui a également adressé ses remerciements, disant qu’il était « le bon homme au bon moment et au bon endroit ».

« Je n’exagérerai pas si je dis que le peuple d’Israël vous doit certainement des remerciements et, dans de nombreux cas, des excuses », a déclaré Yuli Edelstein, en référence aux critiques selon lesquelles Moshe Bar Siman-Tov se serait appuyé sur des prévisions exagérées de 10 000 décès dus au virus pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il applique des mesures de confinement plus strictes.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein sur un site de test de coronavirus à Jérusalem, le 1er juin 2020. (Autorisation du ministère de la Santé)

« Il y a eu des moments où j’ai eu l’impression que nous étions aspirés dans un tunnel temporel, mais avec la grande foi que nous pouvons influencer notre destin », a confié Moshe Bar Siman-Tov, en se souvenant de ses expériences de ces derniers mois. « Le système de santé a montré toute sa puissance et a atteint le sommet de ses capacités ».

« Nous avons fait des erreurs, nous aurions pu inclure plus d’entités dans notre prise de décision », a-t-il concédé, mais il a affirmé que les actions du ministère avaient « sauvé la vie de milliers de citoyens ».

« Nous savions que nous allions payer le prix du succès ou de l’échec ; nous avons préféré payer le prix du succès », a ajouté Moshe Bar Siman-Tov.

Les menaces de Netanyahu surviennent alors qu’il a été révélé qu’un salarié de la Knesset avait été diagnostiqué contaminé et qu’un médecin du service chirurgical de l’hôpital Ichilov s’était également avéré porteur du virus, envoyant 10 autres membres du personnel en quarantaine par précaution. Selon la chaîne publique Kan, le médecin aurait été infecté en dehors de l’hôpital.

Mercredi, les ministres ont approuvé la reprise de l’exploitation des trains la semaine prochaine, alors même que le ministère de la Santé a indiqué que les cas de virus nouvellement diagnostiqués étaient toujours en augmentation. Le cabinet Corona a également approuvé la réouverture des lieux culturels, qui pourraient être autorisés à accueillir du public dès ce week-end.

Les services ferroviaires et les événements culturels font partie des derniers grands aspects de la vie quotidienne locale qui sont restés inaccessibles alors que le confinement était levé.

Les trains ont été arrêtés pendant trois mois et la date de reprise du service a été reportée à plusieurs reprises. Les liaisons sont maintenant prêtes à être assurées dès lundi

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...