Netanyahu, « prudent », ne cède pas aux pressions sur la levée des restrictions
Rechercher

Netanyahu, « prudent », ne cède pas aux pressions sur la levée des restrictions

Les ministres appellent à assouplir le confinement du pays alors que le taux d'infection semble se stabiliser ; il y a encore 900 malades graves

Un homme traverse un marché fermé le premier jour de la fermeture nationale de trois semaines, à Tel Aviv, le 18 septembre 2020 (AP Photo/Oded Balilty)
Un homme traverse un marché fermé le premier jour de la fermeture nationale de trois semaines, à Tel Aviv, le 18 septembre 2020 (AP Photo/Oded Balilty)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a résisté, dimanche, aux pressions exercées par ses ministres en faveur d’un assouplissement des restrictions mises en place face au coronavirus, affirmant qu’il attendrait au moins dix jours encore pour réévaluer la situation.

Les ministres du cabinet doivent débattre ce lundi de la prochaine phase du confinement et de nombreux hauts-responsables réclament un allègement des limitations, le taux d’infection semblant se stabiliser.

Toutefois, le chiffre des cas graves continue de son côté à grimper. Il avait atteint les 900 dimanche soir, retombant à 878 lundi matin.

Les officiels de la santé ont fait part, ces derniers jours, de leur « optimisme prudent » sur la situation actuelle : la courbe des infections semble, en effet, enfin commencer à s’inverser après plusieurs jours de baisse du nombre quotidien de nouveaux cas actifs et de baisse du « taux de positivité » – soit le pourcentage de tests de dépistage qui s’avèrent positifs.

Le ministre des Finances Israel Katz, le ministre de l’Economie Amir Peretz et le ministre des Sciences, Izhar Shai, soutiendraient tous la réouverture d’un grand nombre d’entreprises ainsi que celle des crèches, de manière à ce que les parents de jeunes enfants puissent retourner au travail.

Dans une vidéo diffusée dimanche sur les réseaux sociaux, Netanyahu a fait part de son opposition à une réouverture rapide du pays.

Aucune décision ne sera donc prise concernant une éventuelle levée des restrictions avant encore dix jours de confinement, a noté Netanyahu, ce qui signifie que le prochain vote sur le changement des directives liées à la fermeture du pays n’aura pas lieu avant jeudi prochain.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une vidéo appelant les Israéliens à se soumettre aux règles de confinement du coronavirus, le 4 octobre 2020. (Capture d’écran : Twitter)

« Certains disent déjà qu’ils nourrissent un ‘optimisme prudent’ sur le fait que le confinement commence à fonctionner, en faisant redescendre la courbe des infections », a déclaré Netanyahu dans sa vidéo.

« Je suis plus prudent encore. Je veux attendre qu’au moins dix jours soient passés – au moins dix jours. Ce qui signifie que les décisions portant sur le maintien du confinement après Simchat Torah [qui s’achèvera le 10 octobre dans la soirée] ne seront prises que jeudi. »

Il a ajouté que « en même temps, nous allons discuter au cabinet, demain, des chiffres des infections pour la sortie du confinement à long-terme, du passage d’une phase à une autre, de la protection des populations vulnérables, de l’augmentation des amendes, des besoins de discipline et de mise en application des règles ».

La semaine dernière, Netanyahu avait expliqué que le confinement durerait au moins un mois et qu’un grand nombre de limitations pourraient rester en place pendant une période allant jusqu’à un an.

Les responsables de la Santé recommandent vivement au gouvernement de ne pas lever les mesures de confinement avant une baisse importante du taux d’infection.

Une synagogue de Bnei Brak fermée par la police, le 1er octobre, après avoir accueilli un très grand nombre de personnes en violation des règles du coronavirus. (Autorisation : Police israélienne)

La semaine dernière, des responsables de la santé avaient dit à la Knesset que le confinement devrait rester en place jusqu’à ce que le nombre de cas quotidiens confirmés plonge au-dessous des 2 000, et jusqu’à ce que le taux de positivité chute en-dessous de 7 %.

Le nombre de porteurs confirmés de la maladie est en baisse depuis cinq jours, et il est passé de 9 015 – un record qui n’avait jamais été atteint – à 7 024 vendredi, à 2 576 samedi et à seulement 1 964 dimanche, ont révélé les chiffres du ministère de la Santé.

Cette nette baisse pourrait être une petite anomalie liée aux nombres de tests de dépistage qui chute habituellement pendant le week-end – en particulier dans la mesure où la population haredi, qui est celle où le virus se propage le plus vite, ne se fait pas dépister pendant Shabbat. Mais les responsables ont noté qu’un nombre de tests de dépistage en déclin s’accompagne habituellement d’une hausse du taux de positivité – ce qui ne s’est pas produit ces derniers jours. Ce qui laisse supposer que le strict confinement qui a été imposé la semaine dernière dans tout le pays pourrait avoir fait baisser le nombre d’infections.

Selon un rapport émis dimanche par le Conseil de sécurité nationale, le taux de positivité a chuté d’une moyenne de 13,7 % sur quatre jours, du 26 au 29 septembre, à une moyenne de seulement 11 % entre le 30 septembre et le 3 octobre.

Si les chiffres des nouvelles infections semblent décliner, ont déclaré les officiels, ceux des cas graves de coronavirus continuent pour leur part de monter. Ils sont passés de 810 dans la journée de jeudi à 900 dans la journée de dimanche.

Israël a estimé que ses services hospitaliers pourraient connaître une surcharge à partir de 800 malades pris en charge pour une forme grave du COVID-19.

Une employée de Shaare Zedek, vêtue de son habit de protection, prélève un échantillon en vue d’un test de dépistage au COVID-19 aux abords de l’unité de coronavirus de Shaare Zedek, à Jérusalem, le 4 septembre 2020.

Selon le radiodiffuseur public Kan, le responsable qui mène la charge contre la levée des restrictions est le responsable coronavirus du gouvernement, Ronni Gamzu, qui devrait recommander au cabinet que les écoles primaires et les yeshivot restent fermées au moins pour le mois à venir – et non pas jusqu’au 19 octobre comme dans le plan de confinement actuel.

Le ministre des Finances, Israel Katz, a annoncé dimanche qu’il allait recommander au cabinet de rouvrir « 50 % » de l’économie d’ici une semaine – en particulier les entreprises employant dix personnes et moins ou celles dont les clients ne sont pas tenus d’entrer dans des bureaux.

Les entreprises appartenant à ces catégories n’ont pas été identifiées comme étant des sources significatives d’infection au coronavirus, ont noté les officiels du Trésor, et leur réouverture pourrait réduire de manière spectaculaire l’impact économique entraîné par le confinement.

Katz a appelé à ce que les restrictions sur ce type de sociétés soient levées dès dimanche.

La ministre des Transports Miri Regev devrait, de son côté, demander aux ministres de permettre la reprise du trafic aérien commercial dès le 14 octobre, même si les restrictions du confinement sont encore en place – avec une exigence de quarantaine de dix jours pour les voyageurs provenant de pays dits « rouges », dont le taux d’infection au virus est élevé. Les voyages d’affaires devront être autorisés dès le mois de novembre, devrait ajouter Regev, selon des informations parues dans les médias israéliens.

Le ministre des Finances Israël Katz tient une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 1er juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La formation Kakhol lavan réclamerait également une réouverture partielle de l’économie, a annoncé la Treizième chaîne, et elle se préparerait à présenter au cabinet une stratégie de sortie du confinement.

Une rencontre qui a eu lieu dimanche entre le chef du Conseil de sécurité national, Meir Ben-Shabbat, et le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, ainsi que d’autres hauts-responsables du ministère de la Santé, s’est conclue par une recommandation faite à Netanyahu de ne pas procéder à une réouverture du pays trop rapide, estimant qu’il n’y avait pas suffisamment de données fiables qui permettraient d’affirmer que le déclin du taux de morbidité s’est stabilisé.

Peretz, le ministre de l’Economie, a déclaré que la réunion du cabinet de lundi chercherait à mettre en place « une formule qui déterminera l’échelle de la réouverture du pays sur la base de la baisse des infections ».

« Nous devons agir avec prudence… Mais la situation financière des petits entrepreneurs est au bord du gouffre et nous devons trouver des moyens de leur permettre de retourner au travail », a-t-il dit.

Pour sa part, le Conseil de sécurité nationale devrait présenter publiquement un nouveau rapport appelant à augmenter fortement le montant des amendes venant sanctionner les violations du confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...