Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Netanyahu retire la loi sur les rabbins de l’ordre du jour juste avant le vote

Un responsable du Shas a déclaré que la chute du gouvernement de Netanyahu n'était "qu'une question de temps" ; pour le chef de l'opposition, Yair Lapid, le Premier ministre réalise que les députés ne veulent pas "supporter la honte"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la Knesset de Jérusalem, le 11 juin 2024. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la Knesset de Jérusalem, le 11 juin 2024. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé au dernier moment d’abandonner « la loi sur les rabbins » avant le vote sur cette dernière qui était prévu mercredi matin. La législation était inscrite à l’ordre du jour de la plénière, à la Knesset, et de la Commission parlementaire qui débat actuellement de ce texte très controversé, selon un communiqué de la coalition qui a été cité par les médias israéliens.

Netanyahu a ordonné de retirer le texte de l’agenda après une consultation avec le président de la coalition, Ofir Katz, qui s’était préparé à remplacer deux députés du Likud au sein de la Commission de la Constitution, du droit et de la justice en raison de leur opposition à la loi.

Suite à cette annonce, des officiels du parti ultra-orthodoxe Shas ont averti que l’effondrement du gouvernement était inévitable.

S’exprimant auprès de la chaîne publique Kan, un responsable de la formation ultra-orthodoxe, dont l’identité n’a pas été révélée, a indiqué : « Il n’y a ni coalition, ni discipline et le plus frustrant, c’est que le Likud est constitué de 35 factions distinctes. »

« Tout le monde fait ce qui lui chante », a-t-il continué. « La dissolution complète de la coalition n’est qu’une question de temps ».

Le président du parti Shas, Aryeh Deri, s’exprime lors d’un événement du parti avant les élections municipales à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

La Douzième chaîne avait affirmé, mardi, que le leader du Shas, Aryeh Deri, menaçait de renverser le gouvernement si le projet de loi, qui prévoit de changer en profondeur la manière dont les rabbins municipaux sont nommés à leur poste, n’était pas présenté au vote.

Suite à ce retrait, le chef de l’opposition Yair Lapid a estimé, de son côté, que le Premier ministre « comprend qu’il y a des gens, au Likud, qui ne veulent plus supporter la honte ».

« Le prochain test sera celui de la législation sur le service militaire », a-t-il ajouté en référence à un projet de loi qui prévoit d’abaisser l’âge de l’exemption de service militaire pour les jeunes ultra-orthodoxes qui étudient en yeshiva. « Qu’est-ce qui est le plus important : la survie politique ou la survie de nos soldats ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.