Netanyahu soutiendrait le report du budget, évitant ainsi un nouveau scrutin
Rechercher

Netanyahu soutiendrait le report du budget, évitant ainsi un nouveau scrutin

La faction Derech Eretz a affirmé que le Premier ministre soutenait son projet de loi sur le report de la date butoir du 25 août, comme ce serait le cas du Shas et de Kakhol lavan

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de la Défense Benny Gantz, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Amit Shabi/pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de la Défense Benny Gantz, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Amit Shabi/pool/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait accepté de faire avancer une législation qui permettrait de reporter la date butoir d’approbation du budget de l’Etat, initialement fixée au 25 août – une initiative dont l’objectif est d’éviter – pour l’instant – un quatrième cycle électoral dans le pays en moins de deux ans. Ce projet de loi serait également soutenu par les formations Kakhol lavan et Shas, ses partenaires de coalition.

C’est Derech Eretz, une faction politique constituée de deux députés, Yoaz Hendel et Zvi Hauser, qui avaient été élus dans le cadre de l’alliance Kakhol lavan, qui est à l’origine de cette proposition qui reporterait de plusieurs mois la date limite déterminée pour l’adoption d’un budget, accordant ainsi plus de temps à Netanyahu et à son rival et partenaire Benny Gantz, chef de Kakhol lavan, pour qu’ils puissent résoudre leur conflit actuel autour de l’adoption du budget.

« La faction Derech Eretz s’est tournée, ce soir, vers le Premier ministre Benjamin Netanyahu et a réclamé le soutien du Likud pour faire avancer une loi visant à reporter l’approbation du budget de l’Etat », a noté la faction dans un communiqué.

« Cette initiative offrira au Likud et à Kakhol lavan le temps nécessaire – avec l’avancée de la législation – pour trouver une solution qui permettra de résoudre tous les désaccords, ce qui garantira la continuité du gouvernement et évitera des élections. »

Le communiqué a ajouté que « le Premier ministre Netanyahu a accepté cette requête et nous saluons, pour notre part, toutes les avancées faites vers la résolution de la crise ».

Netanyahu, n’a pas fait de commentaires.

Hendel, qui est ministre des Communications au sein du gouvernement actuel, a partagé le communiqué émis par sa faction sur Twitter, ajoutant que le texte serait présenté en séance plénière, à la Knesset, lors d’un vote préliminaire qui aura lieu mercredi.

Les députés Kakhol lavan Yoaz Hendel (à gauche) et Zvi Hauser le 29 avril 2019, avant l’ouverture de la session de la Knesset après les élections. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Des élections aujourd’hui porteraient gravement atteinte à nos intérêts nationaux, ainsi qu’aux intérêts des Israéliens. Nous ferons tout ce qui est possible pour prévenir cette folie que serait la tenue d’un quatrième scrutin au beau milieu d’une crise économique et sanitaire sans précédent », a dit Hendel.

Confirmant apparemment le communiqué de Derech Eretz, Kakhol lavan a salué la « volonté [affichée par le Likud] de préserver la stabilité politique d’Israël » pendant la crise.

Affirmant qu’elle apporterait aussi son appui à la proposition, la faction Kakhol lavan a noté dimanche soir qu’elle fera « tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher des élections qui seraient terribles dans le contexte de l’une des crises les plus graves jamais connues par le pays ».

Le parti Shas d’Aryeh Deri, un proche allié de Netanyahu, a immédiatement accordé son soutien au texte.

Derech Eretz est l’une des plusieurs petites factions de la coalition ayant réclamé aux partis plus importants de trouver un compromis dans ce conflit budgétaire.

La formation s’inquiète de la tenue d’un nouveau scrutin parce que, entre autres, les derniers sondages révèlent qu’elle ne franchirait pas le seuil de représentation électorale qui lui permettrait d’intégrer le parlement.

Selon les enquêtes d’opinion, le Likud et Kakhol lavan devraient aussi perdre des sièges si les Israéliens devaient se rendre à nouveau aux urnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...