Netanyahu veut donner à une implantation du plateau du Golan le nom de Trump
Rechercher

Netanyahu veut donner à une implantation du plateau du Golan le nom de Trump

En visite dans la région, le Premier ministre a dit que cette initiative rendra hommage à la reconnaissance par le président américain de la souveraineté d'Israël sur le territoire

Benjamin Netanyahu, à droite, et son épouse Sara en visite sur le plateau du Golan, le 23 avril 2019 (Crédit : Bureau du Premier ministre)
Benjamin Netanyahu, à droite, et son épouse Sara en visite sur le plateau du Golan, le 23 avril 2019 (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait savoir mardi que son prochain gouvernement donnera à une implantation du plateau du Golan le nom de Donald Trump pour rendre hommage à la décision prise par le président américain de reconnaître la souveraineté israélienne sur le territoire du nord.

« Je me trouve ici, aux côtés de ma famille et d’une foule de citoyens d’Israël, au pied du plateau du Golan, profitant du bonheur de la fête de Pessah et de notre beau pays », a déclaré Netanyahu dans une vidéo, apparaissant en compagnie de son épouse Sara, au cours d’une visite familiale de cette zone située à la frontière avec la Syrie.

« Il y a quelques semaines, j’ai amené la reconnaissance officielle du président Trump qui a reconnu pour l’éternité la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan. Pour exprimer notre gratitude, je donnerai à une ville ou à un village du plateau du Golan le nom de Trump. Je soumettrai prochainement cette résolution au gouvernement », a-t-il continué.

« Tous les Israéliens ont été profondément émus lorsque le président Trump a pris la décision historique de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan », a-t-il précisé.

Le Premier ministre mène actuellement des négociations pour former un nouveau gouvernement après avoir bénéficié du soutien d’une majorité des députés qui ont été élus lors des élections générales.

Trump avait d’abord annoncé qu’il reconnaîtrait le contrôle israélien sur le Golan dans un tweet en date du 21 mars. Il a signé la proclamation officielle le 25 mars, alors que Netanyahu se trouvait à la Maison Blanche, une initiative considérée par certain comme un coup de pouce apporté au Premier ministre pour l’aider dans sa tentative de réélection, quelques semaines avant le scrutin national. Cette démarche rompait avec des décennies de politique américaine et avait suscité des condamnations à l’international – mais également des éloges du côté israélien.

Israël a capturé le plateau stratégique du Golan à la Syrie lors de la guerre des Six jours, en 1967. En 1981, l’Etat juif a annexé la région – une initiative qui n’avait jamais été reconnue par le reste de la communauté internationale qui considère le plateau du Golan comme un territoire syrien occupé.

La plus haute partie du plateau surplombe le lac de Tibériade et certains secteurs de la haute-Galilée.

Le président américain Donald Trump présente un décret signé reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, sous le regard du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la salle de réception diplomatique de la Maison Blanche à Washington, le 25 mars 2019. (Saul Loeb/AFP)

Ce ne serait pas la première fois que des leaders israéliens rendent hommage à un président américain en donnant leur nom à un site, mais cette initiative reste toutefois sans précédent dans sa signification.

Au mois de décembre 2017, en réponse à la décision prise par l’administration Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël, le ministre des Transports Yisrael Katz avait annoncé qu’il donnerait le nom du président américain à une gare située à proximité du mur Occidental.

Au mois de mai 2018, après que Trump a transféré l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, le maire de la ville à ce moment-là, Nir Barkat, avait déclaré qu’il donnerait à une place le nom du président. L’équipe de football du Beitar Jerusalem avait suivi le mouvement, déclarant qu’elle se rebaptiserait du nom de Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...