Israël en guerre - Jour 253

Rechercher
Les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023

Netta Epstein, 22 ans, a sauté sur une grenade pour sauver sa fiancée

Il devait se marier en avril, mais a été assassiné au kibboutz Kfar Azza, le 7 octobre 2023

Netta Epstein, tué dans sa maison du kibboutz Kfar Azza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)
Netta Epstein, tué dans sa maison du kibboutz Kfar Azza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)

Lorsque la jeune Israélienne Irene Shavit a parlé à sa mère après son premier rendez-vous avec Netta Epstein, elle lui avait dit qu’elle était « déjà amoureuse » mais qu’elle craignait que cela ne « finisse mal ». Irene, 22 ans, avait imaginé que cette histoire d’amour, comme tant d’autres, se terminerait par un chagrin d’amour.

Au lieu de cela, elle s’est achevée le 7 octobre, lorsque Netta a plongé sur une grenade du groupe terroriste palestinien du Hamas pour lui sauver la vie. Il faisait partie des 1 400 personnes, pour la plupart des civils, tuées lors du massacre perpétré par le Hamas.

« Il est mort pour que je puisse vivre, pour que je sois obligée de vivre », a déclaré Irene à propos de son fiancé, qui avait lui aussi 22 ans.

Mais recommencer sa vie lui pose un déchirant dilemme.

« Si je ne le fais pas, c’est une trahison. Mais si je le fais, j’ai aussi l’impression de le trahir », dit-elle en pleurant. « Ses baisers, son étreinte, son amour me manquent. »

Le couple devait se marier en avril et Irene avait déjà acheté la robe de mariée. Elle s’exprime alors que la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza fait rage et qu’elle se trouve actuellement chez ses parents dans la ville de Bitzaron, au sud de Tel Aviv.

Irene Shavit, petite amie de Netta Epstein, citoyen israélien de 22 ans mort en sautant sur une grenade lors du massacre du 7 octobre dans le sud d’Israël, donnant une interview chez elle dans le village de Bitzaron près de la ville d’Ashdod, le 3 novembre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Irene et Netta se sont rencontrés dans un bar en avril 2022 et ont eu un « coup de foudre » réciproque, se souvient-elle.

Ils ont terminé leur service militaire – elle dans le renseignement militaire, lui en tant qu’officier du régiment de parachutistes – avant d’emménager ensemble au kibboutz de Kfar Azza.

Du bord de la commune, décrite par Irene comme un « paradis d’arbres et de fleurs », ils pouvaient voir les bâtiments de Gaza City, le plus grand centre urbain de l’enclave côtière.

Le samedi 7 octobre, les jeunes résidents du kibboutz prévoyaient un petit-déjeuner collectif avant un festival de cerfs-volants ayant pour thème le conflit israélo-palestinien.

« Nous voulions faire voler ces cerfs-volants avec des messages de paix en direction de la frontière de Gaza », a déclaré Irene.

Mais à 6h30, ils ont été réveillés par les mots « alerte rouge » diffusés par les haut-parleurs du kibboutz. L’alarme était habituelle dans cette ville frontalière, qui a souvent été la cible de tirs de roquettes en provenance du territoire palestinien.

Le couple avait pris un selfie et l’avait envoyé à sa famille pour la rassurer. Puis ils se sont rendormis dans les bras l’un de l’autre, pensant être en sécurité dans leur mamad – transformé en chambre à coucher nichée dans un cocon à l’épreuve des missiles.

Mais à 8h du matin, les habitants du kibboutz ont reçu un SMS : « Verrouillage, suspicion d’infiltration, cachez-vous. »

Ce message a provoqué une onde de choc dans le kibboutz, où chacun avait l’habitude de laisser sa porte ouverte. Ils ont éteint la lumière et sont restés immobiles.

Les premiers coups de feu ont retenti « au loin » et la nouvelle des premières victimes est rapidement arrivée par SMS. La grand-mère de Netta a d’abord été tuée, puis l’un de ses cousins.

Dans l’obscurité de leur pièce sécurisée, le couple a étouffé ses sanglots en s’accrochant au téléphone, seul moyen de contact avec le monde extérieur.

Irene se souvient de la terreur et de l’incertitude qu’ils ont ressenties : « Personne ne comprenait ce qui se passait à l’extérieur. Les tirs se rapprochaient. »

À 11h30, ils ont entendu des bris de verre dans le salon. Le couple s’est appuyé contre le mur du mamad, espérant ne pas être vu. Irene se souvient d’une « peur indescriptible ». La porte de leur chambre s’est ouverte et, alors que Irene reculait, Netta s’est avancé.

Deux grenades ont été lancées et un terroriste du Hamas a crié en hébreu : « Sortez ! Où êtes-vous ? »

Alors qu’une troisième grenade a été lancée dans la pièce, Irene a vu son fiancé se jeter dessus.

« C’est ce qu’il a appris à l’armée », dit-elle. « S’il y a une grenade dans un espace clos, vous sautez dessus pour protéger les autres. »

Après l’explosion, le terroriste a tiré une rafale de balles pour achever Netta, avant de mettre le feu à la pièce et de partir.

Irene, résignée à mourir, a tiré son pyjama sur sa bouche pour bloquer les fumées. Mais lorsqu’elle a entendu les terroristes partir, elle s’est glissée dans la salle de bain et a éteint le feu. Elle s’est ensuite glissée sous le lit, cachée par un sac à dos et le corps de Netta.

À 16h, Irene a entendu les soldats israéliens demander en hébreu s’il y avait des survivants. Elle a hésité avant de répondre. Les soldats l’ont extraite alors que la bataille pour reprendre le kibboutz faisait toujours rage.

Irene a déclaré « restée avec beaucoup d’hypothèses, beaucoup de culpabilité et beaucoup de solitude ».

Lors des funérailles de Netta, des milliers de personnes lui ont rendu hommage.

Mais Irene n’a que peu de souvenirs du jour de l’enterrement. Elle pleurait la perte d’une vie entière de camaraderie.

« Je me suis demandé ce que je faisais ici », a-t-elle déclaré.

« N’était-ce pas censé se produire dans 70 ans ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.